Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

81 – L’expédition du navire Les Armes d’Amsterdam pour le Canada en 1657

En ce début d’année 1657, les marchands rochelais s’affairent à l’expédition de leurs navires pour la Nouvelle-France. C’est le cas de Pierre Gaigneur et Jacques Massé qui sont à la recherche d’un navire pour y envoyer engagés, passagers et marchandises.expédition_blogue

Les préparatifs

Le 20 janvier 1657[1], les marchands Pierre Gaigneur et Jacques Massé signent un contrat de charte-partie[2] avec Jacob Gillissen, maître et « capitaine après Dieu » du navire Les Armes d’Amsterdam, une flûte de 250 tonneaux. Comme c’est l’habitude de franciser les patronymes étrangers, le notaire Moreau l’identifie sous le nom de « Jacob Gilles ». Ce dernier est assisté d’Élie Durbois, son courtier et interprète.

Navires de commerce rochelais au XVIIième siècle. Flûtes. (Source : Dessins de l’Album dit de Colbert, 1679)

Navires de commerce rochelais au XVIIe siècle. Flûtes.
(Source : Dessins de l’Album dit de Colbert, 1679)

Le capitaine Gillissen promet rendre son navire étanche et propre à servir les marchands Gaigneur et Massé qui seront tenus d’y mettre un maître et un équipage qu’ils voudront. Cependant, Gillissen demeurera toujours dans le navire et aura un garçon avec lui. De plus, il fournira la poudre, la mèche, les balles ainsi que les autres ustensiles nécessaires au voyage.

Les locataires seront tenus de fournir toutes les victuailles qu’il conviendra pour la nourriture du maître et de l’équipage, mais aussi celle de Gillissen et du garçon. Pendant toute la durée du voyage, ils donneront 60 livres par mois au capitaine Gillissen pour ses loyers et 150 livres pour son chapeau[3]. Le garçon recevra 50 livres par mois pour ses loyers. Le navire est assuré pour cinq mois à raison de 1 000 livres par mois. Les avaries se payeront entre les parties aux us et coutumes de la mer.

Advenant la confiscation du navire au Canada, les parties ont estimé le navire à 14 000 livres. Pour rassurer Gillissen du paiement du fret et des loyers, ainsi que des 14 000 livres, Gaigneur et Massé ont constitué leur « pleige caution, répondant et principal payeur pour eux » Antoine Grignon, marchand de La Rochelle, et son épouse Jeanne Suppet. Un renvoi à la fin du contrat de charte-partie indique que d’autres marchands s’ajoutent à Grignon, Suppet, Massé et Gaigneur à titre de certificateurs pour assurer le fret, les loyers et les 14 000 livres : Jean Garos, Louis Thibault et René Châtelier, marchands de La Rochelle.

Extrait. Contrat de charte-partie pour l’expédition du navire Les Armes d’Amsterdam à Québec. 20 janvier 1657. (Source : AD17. Notaire Pierre Moreau. Registre 3 E 59/261, fol. 22 et 23r)

Extrait. Contrat de charte-partie pour l’expédition du navire Les Armes d’Amsterdam à Québec. 20 janvier 1657.
(Source : AD17. Notaire Pierre Moreau. Registre 3 E 59/261, fol. 22 et 23r)

Avant le départ, les marchands Gaigneur et Massé sont tenus de garnir, dégarnir, nettoyer et laver le navire « en bon père de famille ». Si possible, les parties conviennent que le navire soit accompagné d’autres navires pour l’aller du voyage.

Pour l’exécution du contrat, le capitaine Gillissen a élu domicile à La Rochelle en la maison de Jean Vandermeer située près de la Porte Neuve.

Les marchands rochelais Michel Moreau et Jean Rivereau emprunte de l’argent à la grosse aventure auprès de leurs compatriotes Jean Roy et Jean Chanjon. Le 20 mars[4], le notaire Jacques Savin rédige un état des marchandises employées dans « le mémoire des marchandises fournies et données à la grosse aventure pour les îles de Canada » par les sieurs Roy et Chanjon à Moreau et Rivereau totalisant 964 livres 8 sols et 2 deniers. On y retrouve, entre autres : 19 aunes de drap du Berry, sept douzaines de faux gallon, vingt aunes de drap, deux tapabords écarlates, quinze paires de gants garnis pour femme, six paires de gants noirs, cinq douzaines de fausse dentelle, quatre bonnets de satin avec argent fin et faux, 85 aunes de taffetas noir, trois écharpes de taffetas noir, deux paires de souliers en broderie pour femme, deux baudriers dont un à frange de soie, trois baudriers de marocain noir avec frange, etc. Il est mentionné que si Moreau et Rivereau ne peuvent vendre ces marchandises à leur profit, ils les mettront en mains de Guillaume Feniou à Québec. Ces marchandises sont chargées dans le navire Les Armes d’Amsterdam.

Le départ

Enfin prêt à faire voile, le navire Les Armes d’Amsterdam quitte La Rochelle le 10 avril. Il est armé de dix pièces de canon et six mousquets.

De l’équipage, nous connaissons :

  • Jean Guyonneau (41 ans), capitaine

Des passagers, nous connaissons :

  • Jacob Gillissen, maître et capitaine, et un garçon
  • Pierre Voyer d’Argenson, nouveau gouverneur de la Nouvelle-France
  • Martin de Lyonne, père jésuite
  • René Robineau de Bécancour
  • Charles-Joseph Ailleboust de Muceaux
  • le fils de Jacques Leneuf de La Poterie
  • Pierre Gaigneur, marchand, de La Rochelle
  • Jacques Massé, marchand, de La Rochelle
  • Michel Moreau, marchand, de La Rochelle
  • Jean Rivereau dit Lahune, marchand, de La Rochelle

Les engagés d’Antoine Grignon, Pierre Gaigneur et Jacques Massé, au nombre de 40, sont :

Jean Albert Pierre Gezeron
Pierre Albert François Giron
Pierre Augereau François Gourdon
Jean Basset François Guynard
Jean Benoit Pierre Laurent
Laurent Benoit, 18 ans Michel Le San
Laurent Benoit, 28 ans Jean May
Pierre Bire Guillaume Meon
Michel Bouchard Simon Minouneau
Nicolas Bouchard André Pillet
Guillaume Boucquet Jean Redon
Jean Bourrasseau Michel Regnauleau
Jean Brisset Joachim Reguindeau
Mathurin Brunet Clément Richard
Jean Charpentier Élie Riollet
Jean Cotereau Mathieu Riorteau
Robert Couillaud Michel Rocheron
Grégoire Deblois Jacques Rollé
Jean Durant Antoine Serre
Jacques Fouillou Michel Touzeau

La flotte de 1657 pour Québec est composée de cinq navires dont trois partent de La Rochelle et les autres de Saint-Nazaire et de Rouen. Ils sont :

  • Les Armes d’Amsterdam (250 tx), de La Rochelle (capitaine Jean Guyonneau), frété par Pierre Gaigneur et Jacques Massé;
  • Le Nantois, de Saint-Nazaire, frété par le sieur Lecerq, marchand à Nantes;
  • Le Saint-Sébastien, de Rouen (capitaines Guillaume et Jean Poulet);
  • Le Taureau (150 tx), de La Rochelle (capitaine Élie Tadourneau), frété par François Peron;
  • La Vierge (150 tx), de La Rochelle (capitaine Fabien Marot), frété par Fabien Marot (1/3).
Caractéristiques des navires composant la flotte de 1657 à destination de Québec. (Source : Collection Guy Perron)

Caractéristiques des navires composant la flotte de 1657 à destination de Québec.
(Source : Collection Guy Perron)

Alors qu’il est à 45 degrés de latitude, le capitaine Jean Guyonneau est surpris par le mauvais temps qui emporte le gouvernail et l’éperon du navire ! Ce dernier est « tellement ébranlé » qu’il est largué ! Il fait « eau par le devant tellement » que le capitaine est contraint de relâcher à Limerick en Irlande avec le consentement du gouverneur d’Argenson, de plusieurs passagers et gens de condition. Il y demeure au moins un mois pour faire rajuster son navire.

Vingt-quatre heures après son départ de Limerick, le navire fait « grand eau » de sorte qu’ils sont tous obligés de travailler incessamment à la poupe. Le navire doit relâcher à la rivière de Kenmore, à vingt lieues de Limerick, pour y faire faire les réparations nécessaires.

Emplacement de Limerick et Kenmore en Irlande. (Source : Bing Maps)

Emplacement de Limerick et Kenmore en Irlande.
(Source : Bing Maps)

Le navire quitte l’Irlande le 28 juin et arrive en Nouvelle-France le 20 août. Le Journal des Jésuites raconte l’arrivée du navire Les Armes d’Amsterdam à Québec : « Arriva à 4 heures du matin, M. le Gaigneur qui porta nouvelles que son vaisseau était à l’île aux Coudres, qu’il avait relâché deux fois en Irlande; que M. d’Argenson, gouverneur, le P. Lionne, M. Becancour, M. des Musseaux et le petit de La Poterie, étaient retournez de France[5] ».

Donc, le nouveau gouverneur Pierre Voyer d’Argenson, le père jésuite Martin de Lyonne, René Robineau de Bécancour, Charles-Joseph Ailleboust de Muceaux, le fils de Jacques Leneuf de La Poterie et peut-être aussi d’autres passagers sont retournés en France à la suite de l’une ou l’autre des relâches en Irlande[6].

À Québec, Jean Rivereau dit Lahune et Michel Moreau vendent une partie de leurs marchandises à Élie Godin et René Lavoie, habitants de la côte de Beaupré. Ces derniers s’obligent, le 16 septembre[7], de leur payer la somme de 101 livres 3 sols en castors assortis avant la fête de Pâques 1658.

Le retour

Le navire Les Armes d’Amsterdam quitte Québec le 15 octobre, avec à son bord le frère jésuite Pierre Feauté[8], et arrive à La Rochelle en décembre.

Les marchands Jean Roy et Jean Chanjon déposent une requête, le 29 décembre, afin que soit interrogé Jean Guyonneau devant l’Amirauté de La Rochelle concernant les grands frais et avaries sur les marchandises chargées à bord du navire Les Armes d’Amsterdam et du fait qu’il est revenu en France sans pelleteries pour leur compte.

Le capitaine Guyonneau fait sa déposition, le 3 janvier 1658[9], devant le juge et le procureur du roi de l’Amirauté. Après avoir prêté serment et dit être âgé de 41 ans, Guyonneau raconte que le navire est arrivé tard à Québec. La saison était avancée que déjà les navires de Fabien Marot (La Vierge), d’Élie Tadourneau (Le Taureau), du capitaine Poulet (Le Saint-Sébastien) et du marchand Lecerq (Le Nantois) ont « porté » toutes les choses nécessaires et chargé toutes les pelleteries qui y étaient !

À Québec, Guillaume Feniou, tant pour lui que pour son associé Léonard Compain, et les nommés Jean Rivereau dit Lahune et Michel Moreau, tous débiteurs de Jean Roy et Jean Chanjon, n’a pu charger aucunes pelleteries pour leur compte. Tout ce qu’il aurait pu faire, c’est d’en trouver pour payer le fret des marchandises expédiées à Québec !

Le capitaine Guyonneau termine sa déposition en disant qu’il « a certaine connaissance qu’il n’a été envoyé aux dits sieurs Roy et Chanjon aucuns effets du lieu de Québec ».

Il faut comprendre leur désarroi, car la cargaison de peaux de castors retournant en France à l’automne 1657 valait au moins 45 000 livres[10] !

Accord avec les créanciers

Pour obvier aux poursuites de leurs créanciers, Antoine Grignon, Pierre Gaigneur et Jacques Massé (qui est à Québec) leur proposent de se contenter « quand à présent » de recevoir la somme de 6 056 livres 1 sol. Cette somme provient de la vente et livraison des castors vendus par eux comme appert le procès-verbal du 2 mars :

Revenus
22 paquets de castors secs 4 446l 15s
6 barriques de castors gras 10 844l 10s
106 livres de castors gras 1 200l
Total 16 491l 5s
Dépenses
À Jacob Gillissen, pour fret du navire (3 953l 5s et 4 446l 15s pour l’achat de 847 livres de castors secs) 8 400l
Gages et salaires de l’équipage 2 000l
À Depont, huissier, pour frais de vente des castors 35l 4s
Total 10 435l 4s
Montant à partager entre les créanciers 6 056l 1s

Le 3 avril 1658[11], les créanciers de Grignon, Gaigneur et Massé s’accordent ainsi :

Montants partagés entre les créanciers

du navire Les Armes d’Amsterdam

pour son expédition à Québec en 1657.

Créanciers

Somme

principale

(livres)

Intérêt(%) Total(livres) Répartition3 avril 1658(38,5 %) Resteà payer
Anne Gassan 2 000 30 2 600 1 001l 1 599l
Jean Béraudin et Pierre Guibert 1 000 30 1 300 500l 10s 799l 10s
Barthelémy Conges, faisant pour Henri Bibaud 1 000 30 1 300 500l 10s 799l 10s
Richard Creaghe 1 500 30 1 950 750l 15s 1 199l 5s
Pierre Allaire, faisant pour Vincent Héron 1 000 30 1 300 500l 10s 799l 10s
Théodore et Jean Cailteau, père et fils 800 30 1 040 400l 8s 639l 12s
Jean Thomas Lachapelle 600 30 780 300l 6s 479l 14s
Gédéon Théroulde 400 30 520 200l 4s 319l 16s
Pierre Boursault 500 30 650 250l 5s 399l 15s
Pierre Delafond 400 30 520 200l 4s 319l 16s
Jacques Goilard 600 30 780 300l 6s 479l 14s
Jean Debortuste 500 30 650 250l 5s 399l 15s
Constantin Crüeppenning 500 30 650 250l 5s 399l 15s
Pierre Garbuzard 500 30 650 250l 5s 399l 15s
Jean Garos 300 30 390 150l 3s 209l 17s
Pierre Arnault 300 30 390 150l 3s 209l 17s
Jeanne Maréchal, veuve d’André Auboyneau 200 30 260 100l 2s 159l 18s
Total 12 100l 3 630l 15 730l 6 056 l 1s 9 673l 19s
Retiré du sac de procès par le sieur Boudaud. (Source : AD17 en ligne. Fonds de l’Amirauté de La Rochelle. Retirés des sacs. 1617-1687. Vue 38/82. 12 avril 1658)

Retiré du sac de procès par le sieur Boudaud.
(Source : AD17 en ligne. Fonds de l’Amirauté de La Rochelle. Retirés des sacs. 1617-1687. Vue 38/82. 12 avril 1658)

Sur la somme de 9 673 livres 19 sols qui reste à payer (et les 15 % de profits aventureux), Grignon, Gaigneur et Massé promettent de courir « seuls » les risques sur les marchandises qu’ils chargeront sur les navires Le Prince Guillaume ou Le Sacrifice d’Abraham pour les expéditions de 1658 à destination de Québec. Pour ce faire, ils nomment Jacques de Lamothe, marchand à Québec, pour marquer et inventorier les castors qu’ils espèrent embarquer à destination de La Rochelle à l’automne 1658.

Le 12 avril 1658, au greffe de l’Amirauté, un nommé Boudaud retire le sac du procès intenté par Pierre Gaigneur contre Jacob Gilles (Gillessen).

Chose promise, chose due ! Le 13 février 1659[12], les créanciers aventureux du navire Les Armes d’Amsterdam (expédition de 1657) se réunissent devant le notaire rochelais Pierre Moreau pour partager la somme de 11 125 livres (9 674 livres de principal à 15 % de profits) :

Répartition des montants à partager entre les créanciers

du navire Les Armes d’Amsterdam

pour son expédition à Québec en 1657.

13 février 1659.

Anne Gassan 1 840l 9s
Jean Béraudin et Pierre Guibert 919l 7s
Barthelémy Conges, faisant pour Henri Bibaud 919l 7s
Richard Creaghe 1 379l 2s
Pierre Allaire, faisant pour Vincent Héron 919l 7s
Théodore et Jean Cailteau, père et fils 735l 9s
Jean Thomas Lachapelle 551l 11s
Gédéon Théroulde 367l 13s
Pierre Boursault 459l 12s
Pierre Delafond 367l 13s
Jacques Goilard 551l 11s
Jean Debortuste 459l 12s
Constantin Crüeppenning 459l 12s
Pierre Garbuzard 459l 12s
Jean Garos 275l 14s
Pierre Arnault 275l 14s
Jeanne Maréchal, veuve d’André Auboyneau 183l 15s
Total 11 125 livres

Ainsi donc, grâce aux profits encourus en 1658, les marchands Antoine Grignon, Pierre Gaigneur et Jacques Massé sont acquittés de toutes les charges mentionnées dans la charte-partie du 20 janvier 1657.

L’expédition du navire Les Armes d’Amsterdam à Québec en 1657 est un exemple courant des problèmes financiers des affréteurs de navires pour un voyage outre-atlantique ! Malgré les avaries et radoubs du navire Les Armes d’Amsterdam, ses deux relâches en Irlande, les frais supplémentaires de nourriture pour l’équipage, les passagers et les engagés pendant au moins un mois à Limerick (Irlande), etc., la riche alliance familiale Grignon-Gaigneur a grandement facilité cet accord avec les créanciers.

 


[1] AD17. Notaire Pierre Moreau. Registre 3 E 59/261, fol. 22 et 23r. 20 janvier 1657.
[2] Une charte-partie est un acte constituant un contrat conclu de gré à gré entre un fréteur et un affréteur, dans lequel le fréteur met à disposition de l’affréteur un  navire. Le nom vient de ce que le document était établi en deux exemplaires que l’on découpait par le milieu pour en remettre deux moitiés à chaque partie. Mémoire d’un port. La Rochelle et l’Atlantique XVIe-XIXe siècle. Musée du Nouveau Monde, La Rochelle, 1985, p. 25.
[3] Gratification accordée par convention au capitaine d’un navire.
[4] AD17. Notaire Jacques Savin. Liasse 3 E 2053. 20 mars 1657.
[5] Abbés Laverdière et Casgrain, Le Journal des Jésuites, Québec, Léger Brousseau, 1871, p. 218.
[6] Marcel Trudel, Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, Éditions Fides, vol. III : La seigneurie des Cent-Associés, t. I : Les événements, 1979, p. 249.
[7] BAnQ. Notaire Guillaume Audouart. 16 septembre 1657.
[8] Abbés Laverdière et Casgrain, op. cit., p. 220.
[9] AD17. Fonds de l’Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5663, pièce 239 (anciennement pièce 120).
[10] Marcel Trudel, op. cit., p. 269.
[11] AD17. Notaire Pierre Moreau. Registre 3 E 59/261, fol. 92, 93 et 94. 3 avril 1658.
[12] Voir note 11.

Publicités

Catégories :Canada, Engagés, Expéditions de navires, France, HISTOIRE, La Rochelle, Nouvelle-France, Québec

4 réponses

  1. Parmi les engagés, vous nommez Mathurin Brunet, il s’agit en fait de Mathieu Brunet dit Létang, je sais qu’il y a eu un Mathurin Brunet mais pas sur ce navire. ref.: (377) Mathieu BRUNET, 20 ans, d’Olonne, près des Sables, 60L par an.

    • L’engagé Brunet de 1657 se prénomme MATHURIN et il est originaire d’Olonne. Mathieu Brunet dit Létang serait originaire de Normandie (Orne). Vous cité Debien (engagé numéro 377), assurément une erreur de lecture de sa part. Je peux vous envoyer une photographie du contrat d’engagement pour que vous constatiez par vous-même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s