Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

France

4 – L’arrivée du premier Peron à La Rochelle : contexte et hypothèses

Après les horribles massacres de la Saint-Barthélemy à Paris en août 1572, les huguenots fuient et vont à l’étranger demander asile contre leurs persécuteurs catholiques. Un grand nombre se réfugient dans les villes de sûreté qui leur avaient été accordées par les édits de 1562 et 1570, soient Montauban, Cognac mais c’est surtout dans les murs de La Rochelle qu’ils accourent. Grâce à son commerce maritime, La Rochelle voit sa […]

Lire la Suite →

3 – Après que Dieu nous aura donné la paix (1626)

À l’été 1622, le blocus de La Rochelle reprend. L’armée royale met en chantier un fort (le Fort-Louis) à l’ouest pour surveiller la rade. Après une brève paix (fin 1622), catholiques et protestants reprennent les armes. Le 5 février 1626, la paix de La Rochelle est signée ! La ville accepte de recevoir un commissaire royal et de rendre aux catholiques les biens qui leur ont été pris, en échange […]

Lire la Suite →

2 – L’abjuration de Daniel Perron dit Suire (1638-1678)

Arrivée à Québec le 5 juin 1662 à bord du navire L’Aigle Blanc, jaugeant 80 tonneaux, Daniel Perron dit Suire est muni d’un important document : une procuration de son père, François Peron, marchand-engagiste, bourgeois et avitailleur de La Rochelle[1]. Ce document lui donne pouvoir de représenter son père à Québec et d’entreprendre les démarches nécessaires pour se faire rembourser des marchandises que Peron envoie pour les habitants du pays. Il […]

Lire la Suite →

1 – La maison de François Peron sur la rue Saint-Yon à La Rochelle

Depuis le décès de sa mère, François Peron habitait chez son frère Luc sur la rue Gargoulleau. À l’aube de ses 30 ans, le 30 septembre 1645[1], et nanti d’un héritage familial, il se fait arrenter par Pierre Maleray, sieur de Beauregard, et Marie Allaire, son épouse, une maison sur la rue de la Taupinerie[2] (aujourd’hui Saint-Yon[3]) dans la paroisse Saint-Barthélemy. Cette maison appartenait à Marie Allaire qui l’avait obtenu […]

Lire la Suite →