Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

253 – Les engagés levés par divers particuliers pour le Canada en 1679

En 1679, le recrutement d’engagés est l’affaire de Jean Gitton, marchand de La Rochelle, pour six engagés alors que Pierre Lagarde, marchand de Batiscan en Nouvelle-France, engage son propre serviteur.

En consultant la « liste de Debien », on pourrait croire que ces sept engagés sont de la recrue de 1678. Il n’en est rien !

Erreur de transcription

Source : Gabriel Debien. « Liste des engagés pour le Canada au XVIIe siècle (1634-1715) » dans RHAF, vol. 6, no 3, décembre 1952, p. 399

Lors de la transcription de l’article de Gabriel Debien dans la revue RHAF, il y a eu omission de la date « 1679 » occasionnant de nombreuses erreurs dans des sites web et imprimés traitant de ce sujet.

 

À La Rochelle, le lundi 13 mars 1679, le laboureur Vincent Jean et le marinier René David se présentent dans l’étude du notaire rochelais Jean Drouyneau à la demande du marchand Jean Gitton, pour convenir de leurs conditions d’engagement. Ils sont suivis du marinier Yvon Richard (27 mars), du menuisier Michel Leblond (5 avril), du laboureur Mathieu Boisfils (17 avril) et du farinier Michel Doussin (19 avril). À la demande de Pierre Lagarde, le 6 avril, le laboureur à bœufs Léon Deganne (et non Degame) en fait autant chez le notaire Jean Rabusson, rue des Maîtresses (aujourd’hui rue Dupaty).

Chaque engagé décline ses prénom et nom, son lieu d’origine et sa profession. Le notaire écrit le salaire annuel (entre 60 et 170 livres) qui sera payé à la fin de chaque année. Une avance est accordée (entre 18 et 80 livres) pour leur permettre d’avoir des vêtements et autres commodités. Les frais du passage sont défrayés par l’engagiste pour l’aller seulement. De plus, chaque engagé est nourri et logé durant leur engagement.

Les engagés promettent d’aller servir, pendant trois années, soit l’engagiste lui-même ou autres particuliers en toutes choses qui leur seront commandées.

Léon Deganne s’engage en présence de Jacques Brochet, laboureur à bras, son oncle maternel, nous informant davantage sur sa généalogie.

Voici un contrat-type d’engagement entre Léon Deganne (l’engagé) et Pierre Lagarde (l’engagiste) en 1679.

Engagement Deganne à Lagarde

(graphie contemporaine)

Par-devant le notaire royal à La Rochelle soussigné, en présence des témoins ici-bas nommés. Ont été présents et personnellement établis le sieur Pierre Lagarde, marchand et habitant de Batiscan, pays de la Nouvelle-France en Canada, de présent en cette ville d’une part; et Léon Deganne, laboureur à bœufs, natif du bourg de Marans, demeurant à présent au bourg de Sainte-Soule, le tout en ce gouvernement, usant et jouissant de ses droits et de l’avis et conseil de Jacques Brochet, laboureur à bras, son oncle maternel à cause de Suzanne Deguitre, sa femme, demeurant en ladite paroisse de Sainte-Soule aussi l’un et l’autre de présent en cette dite ville d’autre part. Entre lesquelles parties a été volontairement passé l’acte qui s’en suit. C’est à savoir que ledit Léon Deganne s’oblige de s’embarquer à la première réquisition qui lui en sera faite par ledit Lagarde sur le vaisseau nommé Le Lion d’Or, commandé par le capitaine Monbeuil, de présent à La Pallice de cette ville, pour aller Dieu aidant audit lieu de Batiscan. Et là, étant arrivé, servir ledit Lagarde en qualité de serviteur domestique en tout ce qu’il lui commandera de licite et honnête et ce, pendant le temps et espace de trois années consécutives qui commenceront dès le jour qu’il arrivera audit pays sans le pouvoir quitter, ni servir à autre qu’après lesdits trois ans finis et révolus, moyennant quoi, promet ledit Lagarde de le nourrir, blanchir et coucher pendant ledit temps. Et en outre, de lui bailler et payer par chacun an et à la fin de chacun d’iceux la somme de soixante livres, monnaie dudit pays, et toutefois ledit Lagarde lui a avancé et présentement délivré la somme de dix-huit livres sur ses gages de la première des dites années aux fins d’acheter des hardes pour son usage particulier. Comme aussi est convenu que sans diminution des dits gages et choses ci-dessus, ledit Lagarde payera en outre le passage dudit Deganne de l’aller seulement. S’oblige ledit Brochet, en son nom, de présenter ledit Deganne, son neveu, dans samedi prochain aux fins dudit embarquement ou tel autre jour que ledit Lagarde lui indiquera. Et après lesdits trois ans finis, sera ledit Deganne en liberté. Car ainsi et tout ce que dessus a été stipulé et accepté par lesdites parties et pour l’effectuer et accomplir par chacune d’icelles sans y contrevenir à peine de tous dépens, dommages et intérêts, obligeant lesdites parties respectivement tous leurs biens présents et futurs. Dont jugés et condamnés par ledit notaire sous les soumissions et renonciations quand à ce. Fait à la Rochelle en l’étude dudit notaire après-midi, le six avril mille six cent soixante-dix-neuf. Présents Jacques Mabille et Pierre Menuton, clercs, y demeurant, et encore en présence du sieur Jacques Bouchereau, marchand de cette dite ville. Et ont lesdites parties déclaré ne savoir signer de ce requis. Signatures.

Contrat d’engagement de Léon Deganne pour Batiscan. 6 avril 1679.
(Source : AD17. Notaire Jean Rabusson. R 3 E 1793, fol. 130r)

Qui sont ces engagés de 1679 ?

Boisfils, Mathieu Jean, Vincent
David, René Leblond, Michel
Deganne, Léon Richard, Yvon
Doussin, Michel

Tableau des engagés levés pour le Canada en 1679.
(Source : Collection Guy Perron)

Deux engagés sont originaires d’Aunis, un de Bretagne, un de Picardie, deux du Poitou et un de Saintonge.

Origine des engagés levés par divers particuliers pour le Canada en 1679.
(Source : Collection Guy Perron)

Si l’engagé Deganne quitte La Rochelle à destination de Québec à bord du navire Le Lion d’Or, les six autres le font dans des circonstances inconnues.

Que sont devenus les engagés de 1679 ?

Cinq engagés (72 %) restent en Nouvelle-France : Defanne, Doussin, Jean, Leblond et Richard.

Deux engagés (28 %) n’ont laissé aucune trace : Boisfils et David.

BOISFILS, Mathieu

(     –       )

Originaire de l’île de Ré (Aunis), Mathieu Boisfils s’engage à Jean Gitton, le 17 avril 1679, pour aller travailler à Montréal au service de Jacques Leber, marchand de fourrures, durant trois ans, à titre de laboureur, à raison de 90 livres par année (avance de 30 livres). Deux jours plus tard, Boisfils reconnaît avoir reçu la somme de 5 livres de son engagiste en déduction du salaire de sa première année. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle à destination de Québec dans des circonstances inconnues. Nulle trace de cet engagé en Nouvelle-France.

Extrait. Engagement de Mathieu Bonfils. 17 avril 1679.
(Source : AD17. Notaire Jean Drouyneau. 3E14266)

 

DAVID, René

(1660-     )

Fils d’Antoine Davy (David) et de Perrine Cadou, René David est baptisé le 25 mars 1660 dans la paroisse Saint-Sauveur de L’Île d’Yeu (Poitou). Il s’engage à Jean Gitton, le 13 mars 1679, pour aller travailler au Canada au service de Richard Denis, durant trois ans, à titre de marinier, à raison de 170 livres par année (avance de 80 livres). Le 5 avril, David reconnaît avoir reçu la somme de 15 livres en déduction du salaire de sa première année. Il signe. Il quitte La Rochelle à destination de Québec dans des circonstances inconnues. Nulle trace de cet engagé en Nouvelle-France.

Extrait. Engagement de René David. 13 mars 1679.
(Source : AD17. Notaire Jean Drouyneau. 3E1426)

Acte de baptême de René David. 25 mars 1660.
(Source : AD85 en ligne. AC113. L’Île d’Yeu. Paroisse Saint-Sauveur. Baptêmes. 1651-1662. Vue 115/153)

 

DEGANNE, Léon

(1657-1726)

Fils de Denis Deganne et de Jeanne Deguitre, Léon Deganne est baptisé le 30 septembre 1657 à Marans (Aunis). En présence de son oncle, Jacques Brochet, il s’engage à Pierre Lagarde, le 6 avril 1679, pour aller travailler à son service à Batiscan, durant trois ans, à titre de serviteur domestique, à raison de 60 livres par année (avance de 18 livres). Il quitte La Rochelle, à bord du navire Le Lion d’Or, à destination de Québec. On le retrouve à Batiscan, au recensement de 1681, alors domestique du marchand Pierre Lagarde. Il épouse, le 9 février 1687 à Champlain, sur les six heures du soir, Marie-Jeanne Besnier, fille de Macé Besnier et de Michelle Chartier. De leur union naissent quatre enfants. Le 23 juin 1683, il s’engage pour un an, au salaire de 150 livres, à Adrien Neveu, de Champlain. Il s’intéresse à la traite des fourrures et fait quelques voyages aux Outaouais. Le 3 août 1691, il s’engage pour un an, au salaire de 400 livres, à François de Laforest, capitaine dans les troupes de la marine, pour aller le servir en canot au pays des Illinois, y porter et ramener des marchandises. Le 14 décembre 1692, il doit 200 livres à Laurent Castel, de Champlain. Le lendemain, c’est 422 livres 18 sols et 8 deniers qu’il doit à François Chorel de Saint-Romain, marchand de Champlain, pour vente et livraison de marchandises. Il contracte d’autres obligations en 1695. Il quitte la région de Champlain pour aller s’établir aux Îles Bouchard où le seigneur De Jordy lui concède une terre le 13 janvier 1710. Son fils Laurent s’engage, en 1721, à le garder et prendre soin de lui jusqu’à son décès. Se disant « natif de La Rochelle », il est inhumé le 18 avril 1726, à l’âge de 69 ans à Saint-Sulpice.

Extrait. Engagement de Léon Deganne. 6 avril 1679.
(Source : AD17. Notaire Jean Rabusson. 3E1793, fol. 130r)

Acte de baptême de Léon Deganne. 30 septembre 1657.
(Source : AD17 en ligne. GG2. Marans. Baptêmes. 1623-1661. Vue 80/113.)

Voir aussi : Michel Langlois, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700), La Maison des Ancêtres, tome II (Lettres D à I), 1999, p. 48-49.

 

DOUSSIN, Michel

(c1643-1701)

Originaire de Nantes (Bretagne), Michel Doussin s’engage à Jean Gitton, le 19 avril 1679, pour aller travailler à Montréal au service de Jacques Leber, marchand de fourrures, durant trois ans, à titre de farinier, à raison de 80 livres par année (avance de 30 livres). Le même jour, Doussin reconnaît avoir reçu la somme de 3 livres 15 sols en déduction du salaire de sa première année. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle à destination de Québec dans des circonstances inconnues. On le retrouve célibataire dans la seigneurie de Longueuil, au recensement de 1681, avec 30 arpents de terre en valeur. En 1691, alors meunier du moulin de Contrecoeur, il contracte un arrêt de compte avec Antoine Bouat, bourgeois, de Montréal. Pour assoupir un procès criminel, le 17 juin 1694, Doussin s’accorde avec Pierre Larrivée, de Boucherville, pour excès, voie de fait et paroles scandaleuses envers lui. Le 3 juin 1697, meunier à Montréal, Doussin transporte 15 minots et demi de blé froment à Pierre Boucher, seigneur de Boucherville. Il meurt à l’hôpital de Montréal, le 29 septembre 1701, à l’âge de 58 ans. Le meunier du cap de Varennes est inhumé le même jour à Montréal.

Extrait. Engagement de Michel Doussin. 19 avril 1679.
(Source : AD17. Notaire Jean Drouyneau. 3E1426)

 

JEAN, Vincent

(1658-     )

Fils de Vincent Jean, marchand drapier, et de Jeanne Gaudin, Vincent Jean est baptisé le 26 mai 1658 à Aujac (Saintonge). Il s’engage à Jean Gitton, le 13 mars 1679, pour aller travailler à Montréal au service de Jacques Leber, marchand de fourrures, durant trois ans, à titre de laboureur, à raison de 75 livres par année (avance de 30 livres). Le 8 avril suivant, Jean reconnaît avoir reçu la somme de 31 sols de son engagiste en déduction du salaire de sa première année. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle à destination de Québec dans des circonstances inconnues. Il épouse, le 9 avril 1687 à Lachine, Gabrielle Baune, fille de Jean Baune et de Marie-Madeleine Bourgery. De leur union naissent trois enfants, dont un seul survit. Il s’établit à Lachine où il acquiert de Pierre Tabaut et Marie Barbant, son épouse, le 17 février 1688, une concession à la Pointe Saint-Charles de quatre arpents de large sur vingt arpents de profondeur. Le 10 juin 1689, Louis Dailleboust de Coulonge lui vend une terre au Coteau Saint-Louis pour la somme de 100 livres. Il décède à une date inconnue.

Extrait. Engagement de Vincent Jean. 13 mars 1679.
(Source : AD17. Notaire Jean Drouyneau. 3E1426)

Acte de baptême de Vincent Jean. 26 mai 1658.
(Source : AD17 en ligne. Non coté. Aujac. BMS. 1638-1747. Vue 43/375)

Voir aussi : Michel Langlois, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700), La Maison des Ancêtres, tome II (Lettres J à M), 2000, p. 37.

 

LEBLOND, Michel

(c1651-     )

Fils de Michel Leblond et de Marie Caignard, Michel Leblond est originaire de la paroisse de Saint-Pierre de Noyon (Picardie). Il s’engage à Jean Gitton, le 5 avril 1679, pour aller travailler à Montréal au service de Jacques Leber, marchand de fourrures, durant trois ans, à titre de menuisier, à raison de 150 livres par année (avance de 60 livres). Il signe. Il quitte La Rochelle à destination de Québec dans des circonstances inconnues. On retrouve « Michel Picard », célibataire (30 ans) à Montréal, au recensement de 1681, domestique de Jacques Leber. Le 12 septembre 1687, il acquiert avec Gabriel Cardinal, pour la somme de 700 livres, un emplacement situé à Montréal avec une vielle maison, de trente pieds de front sur la rue Saint-Jacques. Il épouse, le 25 septembre 1687 à Montréal, Anne-Charlotte Leroux, fille d’Hubert Leroux et d’Anne-Marie Vendezegue. À la suite d’un devis contracté le 24 décembre 1687, un nouveau devis est signé le 5 avril 1688 entre Leblond et les marguilliers de la fabrique Notre-Dame de Montréal pour la construction de la voûte et les ronds-points des chapelles et du chœur. Le 23 septembre suivant, les menuisiers Leblond et Jacques Barré concluent un marché avec cette fabrique pour le parachèvement de la voûte et de la corniche. Dix ans plus tard, alors maître menuisier, il baille à loyer pour un an, à François Cottu, maître boucher, sa maison sur la rue Saint-Jacques pour la somme de 80 livres. Il en est de même le 2 février 1700 avec Pierre Brault dit Lafleur, scieur de long. Il décède à une date inconnue. Sans descendance.

Extrait. Engagement de Michel Leblond. 5 avril 1679.
(Source : AD17. Notaire Jean Drouyneau. 3E1426)

Note : Les registres paroissiaux de Saint-Pierre de Noyon ne commencent qu’en 1677. (AD60 en ligne)

 

RICHARD, Yvon

(c1646-1726)

Originaire de Saint-Gilles-sur-Vie (Poitou), Yvon Richard s’engage à Jean Gitton, le 27 mars 1679, pour aller travailler au Canada au service de Richard Denis, durant trois ans, à titre de marinier, à raison de 170 livres par année (avance de 80 livres). Le 5 avril, Richard reconnaît avoir reçu la somme de 5 livres en déduction du salaire de sa première année. Il signe « Yves Richard ». Il quitte La Rochelle à destination de Québec dans des circonstances inconnues. Établit à l’île Percée, il épouse entre 1686 et 1688 Marie-Madeleine Doucet, fille de David Doucet et de Louise Melon. Aucun enfant. En secondes noces, il épouse le 1er février 1699 à Québec, Françoise Durand, fille de Martin Durand et de Françoise Brunet (fille du roi de 1663), veuve de Gabriel Samson. Sans descendance. Le 12 avril 1706, ils cèdent pour la somme de 750 livres à Jean Samson une habitation à Cap Saint-Claude en reconnaissance des cinq années de services rendus (150 livres / année) sur cette terre. Le couple Richard-Durand était rentré d’Acadie à Québec en 1703 « les guerres les ayant obligés d’abandonner leur établissement ». Demeurant au Séminaire, il décède à l’Hôtel-Dieu de Québec, le 12 avril 1726, à l’âge de 80 ans. Il est enterré le lendemain dans le cimetière des pauvres.

Extrait. Engagement d’Yvon Richard. 27 mars 1679.
(Source : AD17. Notaire Jean Drouyneau. 3E1426)

 

 

Pour citer cet article

Guy Perron@2020, « Les engagés levés par divers particuliers pour le Canada en 1679 », Le blogue de Guy Perron, publié le 16 mars 2020.

 

Catégories :ARCHIVES (Dépouillement), Canada, Engagés, France, HISTOIRE, La Rochelle, Montréal, Nouvelle-France, Percé, Québec

1 réponse

  1. ooh lala! Merci mille fois pour le baptême de Léon Deganne, parmi mes ancêtres. 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s