Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

251 – L’expédition du vaisseau Le Jardin de Hollande pour Plaisance et Québec en 1663

À la suite d’une nouvelle politique coloniale, deux vaisseaux du roi sont affrétés à destination de Québec en 1663 : L’Aigle d’Or (300 tx) pour Québec et Le Jardin de Hollande (300 tx) pour Plaisance (Terre-Neuve) et Québec.

Les préparatifs

Le 20 mars, on consigne un état de la dépense que le roi entend faire pour le radoub et l’armement des vaisseaux L’Aigle d’Or et Le Jardin de Hollande « qui doivent porter à Québec et à Plaisance les secours que Sa Majesté y envoie et pour la levée, subsistance et vivres des familles qui doivent passer aux dits lieux ».

Le 22 avril suivant, l’embarquement se précise davantage, car un deuxième « État de la dépense » est rédigé par Henry Cadoub, trésorier général de la Marine, et contresigner par Louis Matharel, secrétaire général de la Marine. Cet état de la dépense est différent du premier du fait qu’on définit beaucoup plus l’armement de ces deux vaisseaux.

Radoub des vaisseaux L’Aigle d’Or et Le Jardin de Hollande

dans le port de Seudre

Journées d’ouvriers employés au radoub, carène, lestage et délestage, clous, brai, étoupe, planches et autres marchandises nécessaires. Outre les 4 000lt employées dans l’état du port de Seudre pour l’entretien des deux vaisseaux

1 000lt

Bidons, goubillons, chandelles, huile et autres ustensiles de l’armement, le fret des barques et le raccommodage de 100 tonneaux de futailles à eau et autres dépenses imprévues

1 800lt

 

Armement du vaisseau Le Jardin de Hollande

À Jean Guillon, capitaine et commandant, pour ses appointements (gages)

200lt / mois

À Ambroise Bellot, sieur de Lafontaine, lieutenant

75lt

À l’aumônier

30lt

Au chirurgien

50lt

À 8 officiers mariniers pour leur solde 21lt / mois

168lt

À 24 matelots et soldats pour leur solde 12lt / mois

288lt

Montant de la solde par mois                                  Sous-total

811lt

Quatre mois de solde (4 x 811lt)

3 244lt

Six mois de nourriture aux 31 hommes de l’équipage 10lt / mois

1 860lt

Subsistance de 80 personnes à Plaisance pendant 45 jours 10lt / mois

1 200lt

 

Marchandises chargées dans le vaisseau Le Jardin de Hollande

20 matelas et couvertures

260lt

20 douzaines de lignes à pêcher la morue

360lt

20 douzaines de lignes à pêcher le maquereau

60lt

50 douzaines d’haims (hameçons) à pêcher la morue

30lt

50 douzaines d’haims (hameçons à pêcher le maquereau

15lt

400 livres de plomb en barre pour attacher aux lignes

72lt

6 douzaines de couteaux à éventrer la morue

72lt

1 seine et 3 rets pour pêcher le saumon et la boîte pour la pêche des morues

300lt

4 toiles d’Olonne, 8 grappins, 2 quintaux de cordage, de la toile pour faire « farguer » et autres ustensiles pour garnir les 4 chaloupes de pêche

400lt

Bottes, devanteaux (tabliers), mitaines, gaffes et autres instruments nécessaires aux pêcheurs

500lt

Habits et linge pour l’entretien du sieur Thalour Du Perron, commandant de Plaisance, et de 29 soldats qui sont avec lui

1 200lt

 

Vivres nécessaires pendant un an pour 100 personnes :

30 soldats arrivés en 1662, 20 soldats et 50 personnes (dont 20 familles)

qui passent à Plaisance en 1663

50 milliers de farine

3 500lt

20 tonneaux de vin

1 200lt

10 barriques d’eau de vie

700lt

8 milliers de lard

960lt

20 barriques remplies de pois et fèves

360lt

10 quintaux d’huile d’olive

360lt

5 quintaux de beurre

180lt

120 barriques pour y mettre les farines et le lard

360lt

Ustensiles pour le magasin de Plaisance

Outils nécessaires pour un forgeron : soufflet, enclume, étaux, marteaux, limes, etc.

300lt

Un millier de fer

100lt

1 barrique pleine de clous de différentes grandeurs et grosseurs

150lt

Outils et ferrement d’un tonnelier

30lt

800 planches

400lt

½ tonneau de diverses graines pour semer

80lt

100 chandelles

40lt

12 chaudrons et poêles

50lt

12 scies, grandes et moyennes

72lt

12 lampes

3lt

3 livres de coton pour les lampes

1lt 16s

Un millier de brai

40lt

600 livres d’étoupe

72lt

50 livres de soufre

10lt

Cierges pour la chapelle

30lt

Drogues et outils pour rafraîchir le coffre du chirurgien

150lt

200 livres de poudre à fusil

100lt

6 000 pierres à fusils

25lt

4 moules de fer pour faire des balles de plomb

12lt

Chapelle de Plaisance

Ornements, livres, etc. et le passage et l’embarquement de l’aumônier

200lt

État de la dépense du 22 avril 1663

Extrait. État de la dépense que le roi veut et entend être faite […] pour le radoub et armement des vaisseaux de Sa Majesté nommés L’Aigle d’Or et Le Jardin de Hollande […]. 22 avril 1663. (Source : Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM, France), COL C11A 113/fol. 3-8)

De l’équipage, composé de 31 hommes, nous connaissons :

  • Jean Guillon de Leaubertière, capitaine entretenu pour le service du roi
  • Ambroise Bellot sieur de Lafontaine, lieutenant
  • le fils du capitaine Guillon
  • Charles Dabin, maître et pilote
  • Louis Robion, matelot

Le départ

La flotte de 1663 pour Québec est composée de cinq navires dont quatre partent de La Rochelle et l’autre de Normandie. Ils sont :

  • L’Aigle d’Or (300 tx), de La Rochelle (capitaine Nicolas Gargot de La Rochette), frété par le roi;
  • Le Jardin de Hollande (300 tx), de La Rochelle (capitaine Jean Guillon de Leaubertière), frété par le roi;
  • Le Phoenix (250 tx), de La Rochelle (capitaine Guillaume Hurtin), frété par Pierre Gaigneur;
  • Le Thoreau (300 tx), de La Rochelle (capitaine Élie Raymond), frété par Jean Gitton;
  • un vaisseau de Normandie.

Caractéristiques des navires composant la flotte de 1663 à destination de Québec.
(Source : Collection Guy Perron)

Portant à son bord 31 hommes d’équipage, 20 soldats et 50 passagers (dont 20 familles), le vaisseau Le Jardin de Hollande quitte La Rochelle le dimanche 3 juin de concert avec le vaisseau L’Aigle d’Or.

Il est prévu qu’à dix ou douze lieues de l’île de Terre-Neuve, les deux vaisseaux se détacheront l’un de l’autre : Le Jardin de Hollande se dirigeant vers le port de Plaisance et L’Aigle d’Or continuant sa route vers la rivière Saint-Laurent.

Le 10 juillet suivant[1], à la hauteur de 46 degrés de latitude et à environ 166 lieues de la côte rochelaise, le capitaine Guillon rencontre une barque (45 tx), du capitaine Peroteau, de Marans, affrétée par le marchand rochelais Bouteiller. Après interrogation, Peroteau déclare qu’il arrive de l’île de Madère avec l’intention de retourner à La Rochelle.

À Plaisance, le capitaine du vaisseau Le Jardin de Hollande a ordre du roi d’y décharger ses marchandises et débarquer ses passagers et mettre entre les mains du sieur Thalour Du Perron, gouverneur du lieu, les instructions qui lui sont adressées par le roi.

Extrait. Plan du fort et des environs de Plaisance. 1680-1700.
(Source : Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE SH 18 PF 130 DIV 4 P 5 D. http://www.gallica.fr)

Le capitaine Guillon y trouve la petite colonie en état d’anarchie ! Il apprend des rares survivants que le gouverneur Du Perron, son frère ainsi que l’aumônier ont été assassinés pendant l’hiver.

L’assassinat du gouverneur de Plaisance et autres

Originaire de Nantes, Thalour Du Perron est encore jeune quand il est nommé gouverneur de Plaisance en 1662. Il part pour Terre-Neuve en juillet, en compagnie de Nicolas Gargot, à bord du vaisseau L’Aigle d’Or, avec son frère, une petite troupe de 75 à 80 hommes fort mal recrutés ainsi que des vivres et munitions. Ils arrivent en octobre !

Les colons sont mécontents contre le comportement de Du Perron qui s’adonne aux jeux et à la chasse. Au cours de l’hiver 1662-1663, en revenant de la chasse, Du Perron et son frère sont attaqués par une partie de leurs hommes et tués à coups de fusil. Les assassins se ruent vers les magasins, s’enivrent et s’entretuent. L’aumônier, qui les accompagnent, s’enfuit dans les bois mais le froid et la faim le forcent à revenir au fort. On lui fend la tête d’un coup de hache.

Au printemps 1663, les assassins tentent de passer sur le continent mais ils font naufrage.

Source : René Baudry, « DU PERRON, THALOUR », dans Dictionnaire biographe du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003-, consulté le 26 février 2020.

Pour cause, Guillon fait la chasse aux coupables et en capture quatorze qu’il prend à son bord, avant de poursuivre son voyage jusqu’à Québec, écrit Marcel Trudel[2], pour aller rejoindre le vaisseau L’Aigle d’Or.

Le 7 septembre, on signale l’arrivée des deux vaisseaux du roi à Tadoussac qui entrent dans le port de Québec le samedi 22 septembre. Le même jour, le gouverneur Saffray de Mésy charge Louis Rouer de Villeray, membre du Conseil souverain, d’instruire le procès des quatorze accusés qui sont dans le vaisseau Le Jardin de Hollande, qui mouille à la rade sous le château de Québec.

Deux jours plus tard, le Conseil souverain somme le capitaine Guillon de les livrer à son tribunal.

Sommation du Conseil souverain au capitaine Jean Guillon

24 septembre 1663

(graphie contemporaine)

Vu le résultat du Conseil du vingt-deuxième de ce mois. Sur l’avis à lui donné qu’il y avait à bord du vaisseau Le Jardin de Hollande, commandé par le capitaine Guillon, mouillé à la rade sous le château de Québec, certains prisonniers prévenus du crime d’assassinat commis en la personne du commandant pour le roi au fort de Plaisance, la personne du frère dudit commandant, la personne du prêtre laissé audit fort pour y exercer le service divin et plusieurs autres personnes et démolition de l’habitation dudit lieu.

Le Conseil a ordonné et ordonne qu’à l’instance dudit procureur général, ledit capitaine Guillon sera sommé et interpellé de remettre dans les prisons royales de ce lieu lesdits prisonniers prévenus pour leur procès être fait et parfait suivant la rigueur des ordonnances. Enjoignant à cet effet au premier huissier sur ce requis de se transporter au bord [du navire] dudit Guillon capitaine et lui faire les sommations en tel cas requises. Signé : Mésy G. François, évêque de Petrée.

BAnQ en ligne. TP1,S28,P12. Jugements et délibérations du Conseil souverain. 24 septembre 1663.

Cependant, il n’apparaît nulle part que Guillon ait obtempéré.

Dans ses mémoires, Nicolas Gargot raconte qu’il condamna le meurtrier de l’aumônier à avoir le poing coupé, à être pendu puis brûlé, un de ses complices devant servir de bourreau. L’exécution aurait eu lieu sur un radeau en face de Québec et sous les yeux d’un gouverneur irrité. L’historien Marcel Trudel croit que cette histoire n’est pas véridique car, tout en défiant l’autorité du gouverneur de Mésy, cette exécution publique aurait fait la manchette dans les divers écrits de l’époque[3].

Le 13 octobre, Jacques Loyer de La Tour et Charles Aubert de La Chesnaye sont nommés par le Conseil souverain pour estimer les marchandises « défectueuses » qui ont été déchargées des vaisseaux L’Aigle d’Or et Le Jardin de Hollande. La semaine suivante, un mémoire est apporté au Conseil par le fils du capitaine Guillon déclarant la vente de certaines marchandises à Aubert de La Chesnaye. Il est permis à ce dernier de les acheter moyennant les droits de 10 %, exception faite du vin dont le Conseil « fait grâce » à Guillon.

Le retour

Les vaisseaux du roi L’Aigle d’Or et Le Jardin de Hollande lèvent l’ancre devant Québec, le vendredi 26 octobre. Comme il survient un vent du nord-est, les vaisseaux sont arrêtés tout proche jusqu’au 28.

Le vaisseau Le Jardin de Hollande arrive à La Rochelle le jeudi 22 novembre suivant après 27 jours en mer. Le capitaine Guillon y apprend que la barque de Peroteau, rencontrée sur la route de Terre-Neuve, avait été prise par des Ostendais et depuis rachetée.

Ce n’est que le mercredi 30 juillet 1664[4], que Jean Guillon sieur de Leaubertière (capitaine entretenu pour le service du roi en la marine), Charles Dabin (maître et pilote) et Louis Robion (matelot) se présentent devant l’Amirauté de La Rochelle pour faire état des événements survenus pendant le voyage du vaisseau Le Jardin de Hollande à Plaisance et Québec. Guillon et Dabin signent leur déclaration.

Extrait. Rapport de Jean Guillon, capitaine, et autres concernant le voyage du vaisseau Le Jardin de Hollande à Plaisance et Québec. 30 juillet 1663.
(Source : AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5665, fol. 97)

 

 

Pour citer cet article

Guy Perron@2020, « L’expédition du navire Le Jardin de Hollande pour Plaisance et Québec en 1663 », Le blogue de Guy Perron, publié le 26 février 2020.

 


[1] AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5665, pièce 97. 30 juillet 1664.
[2] Marcel Trudel, Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, Éditions Fides, vol. III : La seigneurie des Cent-Associés, t. 1 : Les événements, 1979, p. 99.
[3] Loc. cit.
[4] AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5665, pièce 97 (anciennement pièce 60). 30 juillet 1664.

Catégories :ARCHIVES (Dépouillement), Canada, Expéditions de navires, France, HISTOIRE, La Rochelle, Québec, Terre-Neuve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s