220 – L’expédition du navire L`Hélène pour le Canada en 1670

La flotte de 1670 à destination de Québec et Percé est composée de cinq navires : quatre de La Rochelle (L’Hélène, L’Hirondelle, La Nouvelle-France et Le Saint-Pierre) et un de Dieppe (Le Saint-Jean-Baptiste).

La frégate L’Hélène (100 tx) est le sujet du présent article.

Les préparatifs

Le 25 mars 1670[1], un contrat de charte-partie[2], intervient entre Cornellis Adryan, de Flessingue (Zélande), maître de la frégate L’Hèlène, et Alexandre Petit, marchand de La Rochelle, pour la location et l’affrètement du corps du navire seulement pour un voyage à Québec. Adryan promet rendre prêt et étanche son navire et le mettre en état de servir marchand pour un retour à La Rochelle au premier temps convenable.

Le marchand Petit aura la liberté d’y mettre tel maître et équipage qui lui plaira et de faire à ses frais toutes les victuailles nécessaire au voyage et d’y charger incessamment toutes les marchandises qu’il voudra jusqu’à l’encombrement du navire.

Signature de Cornellis Adryan

L’affrètement de la frégate est fait pour la somme de 4 000lt pour la durée du voyage, assuré pour six mois. Adryan demande la somme de 100lt pour son chapeau et pot de vin. De plus, étant du voyage, il sera nourri aux dépens de Petit, boira et mangera avec le capitaine et couchera dans la chambre.

Si toutefois le vent est favorable à l’aller, la frégate pourra mouiller l’ancre pendant vingt-quatre heures à Percé ou Gaspé pour y prendre de l’eau.

Si besoin est, Petit promet à Adryan de lui fournir quelques mats et vergues à Québec et ce, à ses frais.

Extrait. Contrat de charte-partie pour l’expédition de la frégate L’Hélène à Québec. 25 mars 1670.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. 3E1308, fol. 63r (anciennement fol. 59r)

Le 26 avril[3], un certificat est émis après avoir soigneusement examiné le coffre de médicaments de Nicolas Langlois, chirurgien major dans la frégate L’Hélène.

Certificat de visite du coffre de chirurgien de la frégate L’Hélène. 26 avril 1670.
(Source : AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5669, fol. 42)

Liste des membres de l’équipage de la frégate L’Hélène. 10 mai 1670.
(Source : AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5669, fol. 43)

Le 30 avril suivant[4], le marchand rochelais Jean Degaye emprunte d’André Bernon le jeune, aussi marchand rochelais, la somme de 609lt 16s à la grosse aventure (17 % d’intérêts) pour vente et livraison de marchandises qui seront chargées pour son compte dans la frégate L’Hélène. Il est précisé que si Degaye devait mourir pendant le voyage, Bernon pourra se faire rembourser par Raymond Laborde, chirurgien de Noirac en Gascogne, caution de Degaye.

Même s’il est nommé capitaine de la frégate quelques jours auparavant, ce n’est que le 10 mai[5], qu’André Chaviteau complète son rôle d’équipage.

Le départ

La frégate L’Hélène quitte La Rochelle le jeudi 22 mai. Elle arrive à Québec le lundi 18 août après plus de douze semaines de traversée.

De l’équipage, nous connaissons :

  • André Chaviteau, capitaine, de La Rochelle
  • Cornellis Adryan, bourgeois et fréteur
  • Jérémie Ménager, pilote, de La Rochelle
  • Pierre Chaviteau, contremaître, de La Rochelle
  • Nicolas Langlois, chirurgien
  • Nicolas Bibard, maître valet, de La Rochelle
  • Martin Daguen, charpentier basque
  • Sébastien Ragony, charpentier, de La Rochelle
  • Pierre Alerard, tonnelier, de La Rochelle
  • Jacques Diet, matelot, de La Rochelle
  • François Cray, matelot, de Saint-Nazaire
  • Charles Couronne, matelot, de Saint-Nazaire
  • Pierre Charrier, matelot, de Saint-Gilles
  • Jonas Adrissen, matelot, de Dunkerque
  • Laurent Paul, matelot, de la Guadeloupe
  • Nicolas François, de La Rochelle
  • Jean Richard, garçon, de Le Havre
  • Jean Guillaume, garçon, de Port-Louis
  • Pierre de Lapierre, matelot, de Boulogne
  • Guillaume Heullevin, de Quimper, matelot
  • Nicolas Morisset, matelot, de La Rochelle

Des passagers, nous connaissons :

  • Jean Talon, intendant de la Nouvelle-France
  • François-Marie Perrot de Sainte-Geneviève, gouverneur de Montréal
  • Germain Allard, provincial, prêtre récollet
  • Anselme Bardou, frère récollet
  • Luc François, frère récollet
  • Hilarion Guenin, récollet
  • Simon Landon, récollet
  • Gabriel de Laribourde, père récollet
  • Jean Degaye, marchand, de La Rochelle

Sur les cinq navires, quatre partent de La Rochelle et un de Dieppe. Ils sont :

  • L’Hélène (100 tx), de La Rochelle (capitaine André Chaviteau), frétée par Alexandre Petit;
  • L’Hirondelle (300 tx), de La Rochelle (capitaine François Baudy), frétée par Pierre Gaigneur pour le roi;
  • La Nouvelle-France (250 tx), de La Rochelle (capitaine Alain Durand), frétée par Pierre Gaigneur;
  • Le Saint-Jean-Baptiste, de Dieppe;
  • Le Saint-Pierre (300 tx), de La Rochelle (capitaine Jean Boutin), frété par Pierre Gaigneur.
Caractéristiques des navires composant la flotte de 1670 à destination de Québec et Percé.
(Source : Collection Guy Perron)

DÉPART DE JEAN TALON

L’intendant Talon est attendu à La Rochelle vers la fin du mois d’avril. Le 1er mai, il est convenu qu’il partira « immanquablement » le jeudi 15 suivant, sur le navire Le Gédéon que le marchand rochelais Pierre Gaigneur fait préparer.

Jean Talon
(1626-1694)
(Source : Wikipédia Commons)

Dans son mémoire au roi, Colbert du Terron écrit au sujet de Gaigneur qu’ « il sera très ponctuel à faire partir son Gédéon avec M. Talon et la compagnie du sieur Perrot, son neveu. Je sais avec certitude que ce Gédéon est tout prêt et qu’il pourrait partir dans 4 jours ».

Pourtant, il n’y a aucune trace de ce navire dans les archives de La Rochelle. Le projet de Pierre Gaigneur d’affréter le navire Le Gédéon a-t’il avorté au point qu’il a fallu se rabattre sur la frégate L’Hélène pour transporter les passagers et marchandises qui y étaient destinés ?

Sources : BAC en ligne. Mémoire de Colbert du Terron au roi. Département des manuscrits. Mélanges de Colbert. MIKAN NO 2404307, p. 245. 14 avril 1670 / MIKAN NO 2404311, p. 249, 1er mai 1670.

Malgré un heureux voyage sur l’Atlantique, la frégate L’Hélène fait « grande eau durant toute la traversée, en sorte qu’on est obligé de pomper continuellement[6] » et, une fois rendu aux environs de Tadoussac, la frégate a « quasi fait naufrage au port[7] » et échoua sur des roches.

Marie de l’Incarnation explique que le navire de Talon est « demeuré fixe entre des roches effroyables en un lieu où la marée monte et baisse[8] ». Tous commencèrent à faire des vœux et à demander miséricorde à notre Seigneur, poursuit-elle.

Tout le monde se croyait perdu, mais la marée finit par tout remettre à flot[9].

« Ce vaisseau qui devait être brisé en pièces,

et tout le monde perdu,

fut enlevé sans aucune rupture. »

Marie de l’Incarnation, p. 646[10].

Heureusement, la frégate s’en tire par un « secours extraordinaire du Ciel que Sainte-Anne lui procura », affirme le Père jésuite François Lemercier[11].

Il n’y a pas que l’arrivée de l’intendant Talon qui réjouie la population, celle de six récollets aussi. Rappelons qu’ils avaient quitté le pays en 1629… sans jamais y revenir.

« Comme un nouveau secours de Missionnaires

pour cultiver cette Église,

nous ont donné un surcroît

de joie et de consolation. »

Père François Lemercier, p. 2[12].

Après avoir déchargé ses marchandises à Québec, la frégate L’Hélène va y demeurer jusqu’au 8 octobre.

Pendant ce séjour, le maître valet rochelais Nicolas Bibard tombe par-dessus bord et se noie dans le fleuve Saint-Laurent malgré les quelques soins apportés. Quelques jours plus tard, le 2 septembre, il est enterré sous le nom de « Nicolas Bidard » dans le cimetière de Notre-Dame-de-Québec.

Acte de sépulture de Nicolas Bibard (et non Bidard). 2 septembre 1670.
Le second iour du mois de septembre de L’an mil six _
cents soixante dix a esté enterré dans le cemetiere de _
cette paroisse nicolas Bidard matelot lequel s’estoit _
noyé quelques iours auparavant. il estoit âgé denviron _
32 ans de la paroisse de cogne de la ville de _
la Rochelle.
Source : Québec (Notre-Dame). Sépultures. 1670. Fonds Drouin en ligne, fol. 209r. (genealogiequebec.com)

Même si le marchand Jean Degaye est à Québec, ses affaires sont assurées à La Rochelle par son procureur, Jean Garos. Ainsi, le 24 septembre[13], devant le notaire rochelais Pierre Teuleron, Olivier Morel de Boismorice reconnaît avoir reçu de Garos les 70 peaux d’orignaux et 93 ½ livres de castor sec et veule, sur les 140 livres que Degaye a été condamné lui rendre par une sentence arbitrale du 15 mai 1670. Les 46 ½ livres restant de castor lui seront rendues le 5 mars 1671. Aussi, par la même sentence, Degaye doit payer la somme de 383lt 14s à Morel. De cette somme, Garos espère que Degaye reviendra de Québec avec en poche la somme de 299lt 2s qui lui est due par le canadien Pierre Gagnon.

Le retour

Quatre jours après le départ de la frégate L’Hélène, pendant la nuit du 12 octobre, Pierre Bibard, de Mortagne, tombe à la mer et se noie ! Ce Bibard (parent avec Nicolas ?) n’apparaît pas au rôle d’équipage. Était-il simple passager ?

Le mardi 20 décembre 1670, André Chaviteau (capitaine), Jérémie Ménager (pilote), Pierre Chaviteau (contremaître) et Martin Daguen (charpentier) se présentent devant l’Amirauté de La Rochelle pour faire état des événements survenus pendant le voyage de la frégate L’Hélène. Chaviteau et Ménager signent leur déclaration.

Contrairement aux écrits de Marie de l’Incarnation et aux Relations des Jésuites, ce rapport ne mentionne pas l’échouement de la frégate aux environs de Tadoussac !

Extrait. Rapport d’André Chaviteau, capitaine, et autres concernant le voyage du navire L’Hélène à Québec. 20 décembre 1670.
(Source : AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5669, fol. 243 (anciennement pièce 198)

 

 


[1] AD17. Notaire Pierre Teuleron. 3E1308, fol. 63r (anciennement fol. 59r). 25 mars 1670.
[2] Une charte-partie est un acte constituant un contrat conclu de gré à gré entre un fréteur et un affréteur, dans lequel le fréteur met à disposition de l’affréteur un  navire. Le nom vient de ce que le document était établi en deux exemplaires que l’on découpait par le milieu pour en remettre deux moitiés à chaque partie. Mémoire d’un port. La Rochelle et l’Atlantique XVIe-XIXe siècle. Musée du Nouveau Monde, La Rochelle, 1985, p. 25.
[3] AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5669, fol. 42 (anciennement pièce 41). 26 avril 1670.
[4] AD17. Notaire Jean Drouyneau. 3E1412. 30 avril 1670.
[5] AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5669, fol. 43 (anciennement pièce 42).
[6] Lettres de la vénérable Mère Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 646 (Lettres historiques, lettre 84).
[7] Relations des Jésuites, Québec, Augustin Côté, 1858, vol. 1. Année 1670, p. 2.
[8] Voir note 6.
[9] Marcel Trudel,  Histoire de la Nouvelle-France. La seigneurie de la Compagnie des Indes occidentales 1663-1674, Montréal, Éditions Fides, vol. IV, 1997, p. 246.
[10] Voir note 6.
[11] Relations des Jésuites, op. cit., p. 2.
[12] Loc. cit.
[13] AD17. Notaire Pierre Teuleron. 3E1370bis, pièce n.c.6. 24 septembre 1670 et 5 mars 1671.

2 réflexions sur “220 – L’expédition du navire L`Hélène pour le Canada en 1670

  1. Jean-Marc sincennes

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre blogue. Très intéressant. Je suis à la recherche de mon ancêtre Denis Petitot originaire de Sain-Seine en Bourgogne. Il était chirurgien à Port-Royal. Dans le rapport de 1688 de Louis Alexandre des Friches de Menneval, gouverneur en Acadie, il mentionne un chirurgien qui serait arrivé en 1687. J’aimerais vous envoyer ce rapport et voir avec vous comment retrouver le bàteau sur lequel il est arrivé.
    Je fais des recherches en Côte d’Or depuis 1989. Contrat de mariage, acte de naissance etc… Aucune trace de Denis Petitot.
    Merci,
    Jean-Marc SINCENNES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s