Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

208 – L’expédition du navire Le Saint-Joseph pour le Canada en 1666

La flotte de 1666 à destination de Québec est composée de neuf navires, dont au moins cinq sont frétés par le marchand rochelais Pierre Gaigneur. Le navire Le Saint-Joseph est l’un de ceux-là.

Une partie de ce navire est vendue, le 11 janvier 1666[1], par Charles Bernard de Fétilly, marchand rochelais, à Pierre Gaigneur pour la somme de 1 466 livres 13 sols 4 deniers, incluant 17 pièces de canon avec leur affut[2], voiles, câbles, ancres, cordages, etc., selon l’inventaire qui en a été fait. La transaction se finalise le 12 mars suivant.

Les préparatifs

Sur le point de s’entendre avec Pierre Gaigneur pour le fret du navire pour son expédition à Québec, quelques-uns de ses propriétaires se présentent au domicile de Jacques Mousnier, aussi propriétaire, en compagnie du notaire Pierre Teuleron. Ainsi, le 12 janvier[3], Charles Bernard de Fétilly, Jean Le Royer père et Marguerite Dhariette, veuve de Benjamin Pineau, exposent à Mousnier leur projet de conclure avec Gaigneur le fret pour 1 000lt par mois de voyage du navire qui est assuré pour six mois. Ils demandent à Mousnier d’accepter les propositions de Gaigneur qui s’oblige aussi à faire mâter le navire à Québec à ses frais et à donner un mât pour faire un beaupré.

Ils somment Mousnier de se présenter le lendemain avec eux, à huit heures, dans l’étude du notaire Teuleron, rue Chef-de-ville, pour passer un contrat de charte-partie avec Gaigneur. À défaut d’accepter cette proposition, Mousnier peut toujours acheter le navire « sur le pied de 8 000lt », exposent-ils.

Quatre jours plus tard, dans l’après-midi du 16 janvier[4], un contrat de charte-partie[5], intervient entre Jacques Mousnier (¼), Charles Bernard de Fétilly (¼), Jean Chauvet (1/20), Jean Le Royer père (1/5) et Pierre Gaigneur (¼) pour la location et l’affrètement, selon leurs parts, du navire Le Saint-Joseph pour un voyage à Québec et faire son retour à La Rochelle. Le navire est prêt, étanche et en bon état de « servir marchand ».

Gaigneur aura la liberté d’y mettre tel maître et équipage qui lui plaira et de charger les marchandises qu’il voudra jusqu’à l’encombrement du navire.

L’affrètement du navire Le Saint-Joseph est fait pour la somme de 1 000lt par mois pour au moins six mois d’expédition. Le premier mois sera payé à l’avance par Gaigneur afin de faire faire les réparations nécessaires. Si le navire vint à périr pendant le voyage, soit par le feu ou pris par les ennemis, Gaigneur ne pourra prétendre au remboursement des 1 000lt qu’il a avancées.

Le marchand Gaigneur sera tenu de payer non seulement les avaries dues aux us et coutumes de la mer, mais aussi de faire mâter à Québec le grand mât du navire et de fournir dès à présent un mât propre pour un beaupré et ce, sans diminution du fret.

De plus, les autres propriétaires mettent un matelot à bord du navire pour avoir l’œil à la conservation des apparaux. Ce matelot sera nourri et payé comme les autres.

Le contrat de charte-partie doit commencer le 1er avril et même plus tôt si possible ! Mais les préparatifs traînent en longueur !

Extrait. Contrat de charte-partie pour l’expédition du navire Le Saint-Joseph à Québec. 16 janvier 1666.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. 3E1304, fol. 13)

Ayant ouï-dire que Pierre Gaigneur se vante qu’il fera la pêche du poisson vert pendant le voyage du navire Le Saint-Joseph à Québec, les propriétaires Mousnier, Bernard, Chauvet et Judith Tharay (maintenant veuve de Jean Le Royer père) font une déclaration commune devant le notaire Abel Cherbonnier, le 6 mai[6], à l’effet que l’intention de Gaigneur n’est pas conforme au contrat de charte-partie. Le même jour, Cherbonnier se transporte au domicile de Gaigneur, au canton de la Chaîne, et lui laisse une copie de la déclaration.

La réponse de Gaigneur est que son but n’est pas de faire la pêcherie, mais bien de pêcher pour la nourriture des membres de l’équipage. D’ailleurs, le navire n’est pas encore en état de naviguer, d’autant que les charpentiers y travaillent encore !

Deux semaines plus tard, le 20 mai[7], Pierre Gaigneur institue Jean Tadourneau comme maître du navire, qui est muni et équipé de tous les apparaux servant à sa navigation et possède suffisamment de victuailles pour aller à Québec. Là-bas, il devra suivre et exécuter les ordres qui lui seront prescrits et donnés par Jean Grignon, son beau-frère.

Le départ

Le navire Le Saint-Joseph quitte le port de La Rochelle, probablement vers la fin du mois de mai. Il devait être prêt le 1er avril !

De l’équipage (au nombre de 26 hommes), nous connaissons :

  • Jean Tadourneau, maître

Des passagers, nous connaissons :

  • le prêtre Jacques Bruyas, jésuite
  • le frère jésuite Jean-François Élie[8]

Les neuf navires de 1666 à destination de Québec partent de La Rochelle. Ils sont :

  • L’Amitié (50 tx), de La Rochelle (capitaine Nicolas Graton), frétée par Jean de Lamothe;
  • La Catherine (100 tx), de La Rochelle (capitaine Tharé Chaillaud), frétée par Pierre Gaigneur;
  • La Fortune Blanche (200 tx), d’Amsterdam (capitaine Vincent de Neuville), frété à La Rochelle par Pierre Gaigneur;
  • Le Moulin d’Or (200 tx), de La Rochelle (capitaine Jean Jamain);
  • L’Orange (250 tx), de La Rochelle (capitaine Raymond);
  • La Paix (160 tx), de La Rochelle (capitaine Mathurin Fory), frété par Pierre Gaigneur ;
  • Le Paon (200 tx), de La Rochelle (capitaine André Chaviteau), frété par Pierre Gaigneur ;
  • Le Saint-Jean-Baptiste, de Dieppe (capitaine Pierre Fillye), frété à La Rochelle par Charles Aubert de La Chesnaye;
  • Le Saint-Joseph (300 tx), de La Rochelle (capitaine Jean Tadourneau), frété par Pierre Gaigneur.

Caractéristiques des navires composant la flotte de 1666 à destination de Québec.
(Source : Collection Guy Perron)

Le 3 août, on a nouvelle que trois vaisseaux sont dans le fleuve Saint-Laurent, en route pour Québec : L’Amitié, La Catherine et Le Saint-Joseph.

Le retour

Après avoir déchargé leurs marchandises et en recharger d’autres, les navires Le Paon, Le Saint-Jean et Le Saint-Joseph lèvent l’ancre pour la France le 17 octobre.

Malheureusement, aucun rapport n’a été retracé dans le Fonds Amirauté de La Rochelle faisant état des événements survenus pendant le voyage du navire Le Saint-Joseph (300 tx) à Québec en 1666.

Un an plus tard, le 23 décembre 1667[9], Pierre Gaigneur vend la moitié au total qu’il possède dans le navire Le Saint-Joseph à Jean Le Royer fils, propriétaire de l’autre moitié. La transaction est faite pour la somme de 4 000lt. Une quittance est enregistrée envers Le Royer fils et sa mère (Judith Tharay), le 16 avril 1668.

 


[1] AD17. Notaire Pierre Teuleron. 3E1304, fol. 7r. 11 janvier 1666.
[2] Machine de bois servant à soutenir le canon et à le faire rouler.
[3] AD17. Notaire François Aprvilleau. 3E1707. 12 janvier 1666.
[4] AD17. Notaire Pierre Teuleron. 3E1304, fol. 13. 16 janvier 1666.
[5] Une charte-partie est un acte constituant un contrat conclu de gré à gré entre un fréteur et un affréteur, dans lequel le fréteur met à disposition de l’affréteur un  navire. Le nom vient de ce que le document était établi en deux exemplaires que l’on découpait par le milieu pour en remettre deux moitiés à chaque partie. Mémoire d’un port. La Rochelle et l’Atlantique XVIe-XIXe siècle. Musée du Nouveau Monde, La Rochelle, 1985, p. 25.
[6] AD17. Notaire Abel Cherbonnier. 3E1128. 6 mai 1666.
[7] AD17. Notaire Pierre Teuleron. 3E1304, fol. 88v. 20 mai 1666.
[8] Né le 1er mai 1641 en France, il entre chez les Jésuites à Nancy, le 1er octobre 1661. Scholastique assigné à l’enseignement de la grammaire au Collège. Il retourne en France en octobre 1667. André, Lafontaine, Recensements annotés de la Nouvelle-France, 1666-1667, Sherbrooke, 1988, p. 318.
[9] AD17. Notaire Pierre Teuleron. 3E1305, fol. 240. 23 décembre 1667.

 

Publicités

Catégories :Canada, Expéditions de navires, France, HISTOIRE, La Rochelle, Nouvelle-France, Québec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s