Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

203 – L’expédition du navire Le Sacrifice d’Abraham pour le Canada en 1658

La flotte de 1658 à destination de Québec est composée de quatre navires : trois de La Rochelle (Le Prince Guillaume, Le Sacrifice d’Abraham et Le Taureau) et un de Rouen (Le Saint-Sébastien).

Le navire La Balle de Papier (rebaptisé Le Sacrifice d’Abraham dans des circonstances inconnues) a été acheté en janvier 1654 par les marchands rochelais Christian Denis, David Macquet et Pierre Piel. Le 4 juin 1657[1], une moitié du navire est vendue à Isaac Mercier pour la somme de 6 500lt. À cette occasion, le maître du navire Corneille Livensen reçoit 100lt pour son pot de vin.

Le 4 février 1658[2], alors qu’il était ancré à la rade de La Palice, le navire La Balle de Papier est abordé par une chaloupe sortie du Fort La Prée (île de Ré) avec 23 hommes armés en guerre. L’équipage est transporté à Rivedoux et le navire est conduit à Brouage où il est dégarni de ses voiles et cordages. Puis, il est restitué à ses propriétaires.

Le 20 février 1658[3], on fait l’estimation du navire Le Sacrifice d’Abraham (200 tx). Les experts estiment à 10 000lt le corps du navire et à 6 000lt les agrès, apparaux, canons, armes et ustensiles selon l’inventaire qui en a été fait.

Les préparatifs

Malheureusement, aucun document n’a été retracé à La Rochelle concernant l’affrètement du navire Le Sacrifice d’Abraham pour la Nouvelle-France en 1658.

Cependant, le 13 avril[4], le marchand Jacques Vivien et Jeanne Gitton, son épouse, empruntent de Daniel Goizin, marchand, la somme de 313lt (à 30% d’intérêts) à être employée au paiement des marchandises qu’ils espèrent charger dans le navire Le Sacrifice d’Abraham pour le voyage à Québec. D’ailleurs, Vivien « ira en personne » à Québec.

Le 16 mai[5], c’est au tour d’Isaac Vinatier, marchand, de déclarer avoir emprunté la somme de 400lt (à 18% d’intérêts) du maître chirurgien Étienne Rullier pour payer une partie des marchandises chargées depuis peu pour son compte dans le navire Le Sacrifice d’Abraham dans lequel il doit passer pour Québec. Là-bas, il chargera dans le navire Le Prince Guillaume pour la valeur d’au moins 472lt en castors ou autres effets pour le retour. Ainsi, un connaissement[6] sera délivré à Jacques Jamain, capitaine, pour le transmettre à Élie Peronneau, qui va aussi à Québec.

Le même jour[7], Vinatier emprunte la somme de 300lt (à 18% d’intérêts) du marchand Samuel Peronneau. Les objectifs sont les mêmes que l’emprunt précédent, à l’exception de la valeur de 354lt en castors ou autres effets pour le retour à bord du navire Le Prince Guillaume.

Extrait. Obligation par Isaac Vinatier à Samuel Peronneau, marchands de La Rochelle. 16 mai 1658.
(Source : AD17. Notaire Abel Cherbonnier. 3E302)

Le départ

Le navire Le Sacrifice d’Abraham lève l’ancre, met les voiles puis quitte La Rochelle probablement à la fin du mois de mai.

De l’équipage, nous connaissons :

  • Élie Raymond, capitaine
  • Jean Guyonneau, pilote

Des passagers, nous connaissons :

  • Jacques Vivien, marchand
  • Isaac Vinatier, marchand

La flotte de 1658 à destination de Québec est composée de quatre navires dont trois partent de La Rochelle et un de Rouen. Ils sont :

  • Le Prince Guillaume (200 tx), de La Rochelle (capitaine Jacques Jamain), frété par Pierre Gaigneur;
  • Le Sacrifice d’Abraham (200 tx), de La Rochelle (capitaine Élie Raymond), frété par Isaac Mercier et consorts;
  • Le Saint-Sébastien, de Rouen;
  • Le Taureau (150 tonneaux), de La Rochelle (capitaine Élie Tadourneau), frété par François Peron.

Caractéristiques des navires composant la flotte de 1658 à destination de Québec.
(Source : Collection Guy Perron)

À Québec, le marchand rochelais Guillaume Feniou charge ses marchandises dans les trois navires pour le retour à La Rochelle : Le Prince Guillaume, Le Sacrifice d’Abraham et Le Taureau[8].

Le retour

Le 14 octobre, le navire Le Sacrifice d’Abraham retourne en France en compagnie du navire Le Taureau. En sortant des terres de la Nouvelle-France, le 24 octobre[9], un mauvais temps venant du sud-est les incommode fortement. Durant quatre jours, les deux navires reçoivent divers « coups de mer » qui leur lancent une grande quantité d’eau.

Le navire Le Sacrifice d’Abraham serait arrivé à La Rochelle, soit à la fin novembre ou début décembre.

Le 19 décembre[10], le capitaine Raymond se rend à la résidence du marchand rochelais Jacques Pepin. Il apporte les effets appartenant à Pierre Le Fourestier, marchand de Rouen, qui ont été chargées par lui à Québec pour qu’un inventaire soit fait par le notaire Pierre Moreau.

Ces effets sont entreposés dans deux coffres de bois de sap et deux caisses, le tout fermé à clé. Si les caisses ne sont pas ouvertes, les serrures des coffres sont levées par un serrurier. Raymond remet aussi 1⅓ barrique de castors à Pepin.

Inventaire des marchandises et pelleteries

chargées à Québec par Pierre Le Fourestier

dans le navire Le Sacrifice d’Abraham.

19 décembre 1658

–          une robe, deux demi-robes et trois morceaux de castors;
–          neuf peaux de renard;
–          deux manchons de peaux d’ours;
–          trois peaux de pitris ( ?);
–          trois rognons de musc en paquet;
–          un petit sachet plein de pois (environ deux picotins);
–          une paire de raquettes;
–          divers paquets de lettres;
–          un matelas, une couverte;
–          un vieil habit gris et une paire de bas;
–          diverses hardes et linges;
–          plusieurs papiers.

Source : AD17. Notaire Pierre Moreau. 3E59/231.

Ces marchandises et pelleteries seront expédiées par Jacques Pepin à Étienne Le Fourestier (un parent ?), bourgeois et marchand de Rouen.

Extrait. Inventaire des marchandises et pelleteries chargées à Québec par Pierre Le Fourestier dans le navire Le Sacrifice d’Abraham. 19 décembre 1658.
(Source : AD17. Notaire Pierre Moreau. 3E59/231)

 


[1] AD17 en ligne. Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5663, fol. 158. 12 juin 1657.
[2] AD17. Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5663, fol. 254, 255r (anciennement pièce 132).
[3] AD17 en ligne. Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5663, fol. 268-271 (anciennement pièces 139, 140 et 141). 20-21 février 1658.
[4] AD17. Notaire Abel Cherbonnier. 3E302. 13 avril 1658.
[5] AD17. Notaire Abel Cherbonnier. 3E302. 16 mai 1658.
[6] Déclaration contenant un état des marchandises chargées sur un navire, le nom de ceux à qui elles appartiennent, l’indication des lieux où on les porte, et le prix du fret. Tous les connaissements sont signés par le capitaine et par l’armateur.
[7] AD17. Notaire Abel Cherbonnier. 3E302. 16 mai 1658.
[8] AD17. Notaire Pierre Teuleron. 3E1347. 17 avril 1658.
[9] AD17. Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5663, fol. 403, 404r (anciennement pièce 226). 2 décembre 1658.
[10] AD17. Notaire Pierre Moreau. 3E59/231. 19 décembre 1658.

Publicités

Catégories :ARCHIVES (Dépouillement), Canada, Expéditions de navires, France, HISTOIRE, La Rochelle, Nouvelle-France, Québec

3 réponses

  1. Bonjour. Je pense que votre « La Balle de Papier » peut être lié au bateau le « Papierbaal » dont j’ai trouvé mention dans les archives de Rotterdam. « La balle de papier » en Hollandais se dit « Papierbaal », et c’est un nom très original pour un bateau, ….. En faisant des recherches dans les archives notarial de Rotterdam je suis tombé sur le mention d’un bateau nommé « Papierbaal » (= Balle de papier) qui se fait prendre par des pirates en 1655.. le bateau venait de St. martin-de -Ré avec un cargaison de vin (le 2 oct 1655). On a le témoignage de 3 personnes qui étaient à bord, (le second, constapel,et charpentier) Ils racontent comment le navire a été prise en route pour Rotterdam par un pirate (le 4 oct) et que le capitaine avait été tué. Le maître d’équipage a été blessé. L’attestation devant notaire (Johan van Weel de Oude, Rotterdam) date du 27 Octobre 1655. Il n’est pas du tout clair comment les 3 autres se sont échappés si le bâteau a été prise.. ! Ou bien est-ce qu’ils ont pu se libérer? Le capitaine tué s’appellait Jacob Kien, le Pirate Hendrick Godin van d’oever. Et les marchands propriétaires (du bâteau? du vin??) Henrick de Haes en jacob van Naerssen.
    Nicolette Joubert-Brongers

    • Merci Mme Joubert pour ces informations fort intéressantes. Lorsque le navire La Balle de Papier (devenu Le Sacrifice d’Abraham) a été vendu en 1654 à des Français, les propriétaires étaient probablement de Hollande : Jean Corneillesen de Middelic et Dorieck Cornellis. Peut-être les avez-vous rencontré dans les minutes notariales hollandaises ?

      • Bonjour, le problème en Hollande c’est que tout le monde n’a pas un « nom de famille » ce qui fait que l’utilisation des patronymes (jean fils de pierre, = Jean Pierre’sen (Jan Pietersen!) est très répandu. malheureusement ça rend l’identification des personnes très difficile! Par exemple, Jean Corneillessen est simplement un Jean fils de Corneille, 2 noms souvent utilisés. Derck Cornelis est Derk fils de Cornelis (Cornelis = Corneille). Middelic est peut-être Middelburg? (Middelwijk..) Il est donc impossible d’identifier ces 2 là. Mais j’ai rencontré Denis, Macquet et Piel dans les archives de la Rochelle et St. Martin, et ils sont lié à la société protestante Hollandaise. Problème est, est-ce le même bateau ? Vu qu’en 1655 il transporte du vin et vient de St. Martin, ça semble logique.. mais s’il est pris par des pirates, comment il devient le Sacrifice d’Abraham ou bien c’est justement à cause de cette mesaventure??

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s