Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

194 – Les engagés levés par Jérôme Le Royer de La Dauversière pour le Canada en 1644

En 1644, la levée d’engagés pour la Nouvelle-France (Acadie et Québec) est l’affaire des recruteurs suivants :

  • Antoine Cheffault, sieur de la Renardière, l’un des directeurs de la Compagnie générale de la Nouvelle-France (pour la Compagnie à Québec);
  • Jérôme Le Royer de La Dauversière, procureur de Messieurs les Associés de la Conversion des Sauvages de la Nouvelle-France (pour Paul de Chomedey de Maisonneuve à Montréal);
  • Pierre Prévost, marchand (pour la Compagnie de la Nouvelle-France);
  • André Tuffet, avocat au présidial de La Rochelle, et consorts (pour le Cap Breton).

Venu de La Flèche à La Rochelle, c’est à titre de procureur de la Compagnie de Messieurs les Associés de la Conversion des Sauvages[1] que Jérôme Le Royer de La Dauversière recrute des engagés, en avril et mai 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve, gouverneur de l’île.

Jérôme Le Royer de La Dauversière (1597-1659)
(Source : Wikipedia Commons)

Paul de Chomedey de Maisonneuve (1612-1676)
(Source : Wikimedia Commons)

À La Rochelle, Le Royer loge chez le marchand catholique Jacques Mousnier; cette maison demeurera le lieu de rendez-vous rochelais des montréalistes jusqu’en 1659[2].

Tous se présentent dans l’étude du notaire Pierre Teuleron, rue de la Mocquetterie, les 20, 21, 22 et 29 avril et 2 et 5 mai, pour convenir de leurs conditions d’engagement. Une exception : le premier engagé, Simon Barreau, se rend dans la maison de Mousnier.

Chaque engagé décline ses prénom et nom, son lieu d’origine et sa profession. Le notaire écrit le salaire annuel sur lequel sera déduit « ce qui aura été avancé » par de La Dauversière jusqu’à l’embarquement. De plus, l’engagiste promet à l’engagé « de lui fournir et faire fournir des vivres nécessaires tant pour l’aller que séjour dans l’île, comme aussi pour son retour à la fin des dites années » d’engagement. Six engagés apposent leur signature au bas du contrat.

La durée de l’engagement varie de trois ans (16 engagés) à cinq ans (5 engagés). Ces derniers sont des bêcheurs provenant d’une même région : Bonnefeu, Leduc, Vaydié et les cousins Lemonnier et Leroy. Gervais Carpin[3] pense qu’il s’agit d’hommes de travail recrutés par Le Royer sur place, à La Flèche, qui l’ont ensuite accompagné jusqu’à La Rochelle.

Calendrier d’enrôlement des engagés levés par Jérôme Le Royer de La Dauversière en 1644.
(Collection : Guy Perron)

L’enrôlement des engagés s’effectue sur une période de trois semaines. Le tout débute le 20 avril avec l’engagement de cinq hommes : Simon Barreau, Antoine Vedet, François Lardereau, André Julien et Mathurin Lemonnier. Le lendemain, sept hommes s’engagent à titre de bêcheur : Jean Vaydié, Mathurin Bonnefeu, Jean Leduc, Nicolas Leroy, Paul Chambord, Blaise Juillet et Jacques Regnaud. Le 22 avril, c’est au tour de Christophe Leflot. Sept jours plus tard, quatre hommes et un jeune homme de 12 ans s’engagent : Jean Fouchereau, Bernard Lardereau, Antoine Leboesme et son fils Louis, et Simon Richome. En mai, trois engagés s’enrôlent : Simon Moisne (2 mai), Jean Goargric et Pierre Mousnier (5 mai).

Les engagés promettent d’aller servir le gouverneur Paul de Chomedey de Maisonneuve, ou autres messieurs de la Compagnie de Montréal, pendant trois ou cinq années, tant de leur métier qu’à autres choses qui leur seront commandées.

Voici le contrat d’engagement entre Jérôme Le Royer et Simon Richome en 1644.

Conventions Le Royer – Richome.

(graphie contemporaine)

Personnellement établis noble homme Jérôme Le Royer, sieur de La Dauversière, procureur de la compagnie de Messieurs les Associés pour la Conversion des Sauvages de la Nouvelle-France en l’île de Montréal, demeurant ordinairement à La Flèche, étant de présent en ceste ville logé en la maison du sieur Jaques Mousnier, marchant de cette ville d’une part; et Simon Richome, charron et charpentier, demeurant en la ville de Brouage d’autre part. Entre lesquelles parties de leurs bons grés et volontés a été fait et passé ce qui s’ensuit. C’est à savoir que ledit Richome a promis, s’oblige et sera tenu de servir en ladite île de Montréal, tant de son dit métier de charpentier qu’autres choses qui lui seront commandées par Paul de Chomedey, écuyer, sieur de la Maisonneuve,  gouverneur commandant en ladite île ou autres ayant de lui ordre pendant le temps et espace de trois années prochaines et consécutives qui commenceront au jour qu’il arrivera audit pays et finiront à pareil jour icelles accomplies. À l’effet de quoi, il promet et s’oblige de s’embarquer à la première réquisition qui lui en sera faite par ledit sieur de La Dauversière. Lequel sera tenu de lui fournir et faire fournir de vivres nécessaires tant pour l’aller que séjour, comme aussi pour son retour à la fin desdites trois années. Et encore de lui payer la somme de cent livres par an qui luy sera payée ou à son ordre, déduction faite de ce qu’il aura reçu dudit sieur de La Dauversière jusqu’au jour qu’il s’embarquera. Élisant son domicile irrévocable en cette ville pour l’exécution des présentes en la maison du notaire royal soussigné pour y recevoir &. Tout ce que dessus lesdites parties ont stipulé et accepté et ce, faire et accomplir par icelles sans venir au contraire à peine de tous dépens, dommages et intérêts. Ont obligé l’une à l’autre tous leurs biens présents et futurs. Et outre, ledit Richome sa personne &. Et ont renoncé &. Jugé &. Condamné &. Fait à La Rochelle en l’étude dudit notaire, après-midi, le vingt-neuvième jour d’avril mille six cent quarante-quatre. Présents François Moreau, praticien et Gabriel Pinet, clerc, demeurant en icelle. Signatures

Contrat d’engagement de Simon Richome pour Montréal. 29 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 268r.)

Qui sont ces engagés de 1644 ?

Simon Barreau Jean Leduc
Mathurin Bonnefeu Christophe Leflot
Paul Chambord Mathurin Lemonnier
Jean Fouchereau Nicolas Leroy
Jean Goargric Simon Moisne
Blaise Juillet Pierre Mousnier
André Julien Jacques Regnaud
Bernard Lardereau Simon Richome
François Lardereau Jean Vaydié
Antoine et Louis (fils) Leboesme Antoine Vedet

Tableau des engagés levés par Jérôme Le Royer de La Dauversière en 1644.
(Source : Collection Guy Perron)

Trois engagés sont originaires de l’Aunis, un d’Auvergne, un du Berry, trois de Bretagne, un du Comtat-Venaissin, un du Dauphiné, trois du Maine, deux de Normandie et cinq de Saintonge.

Les engagés quittent La Rochelle à destination de Québec, probablement fin avril à bord du navire La Notre-Dame[4].

 

 

« Enfin l’été [1644] étant venu,

le sieur de la Barre arriva de France ici

avec beaucoup de gens, […]

ce monde venait aux frais de Messieurs du Montréal,

lesquels firent encore cette année

de très grandes-dépenses pour ce lieu[5]. »

Que sont-ils devenus ?

Dix engagés (47 %) n’ont pas atteint Québec : Barreau, Bonnefeu, Chambord, Goargric, Lardereau Bernard et François, Leflot, Leroy, Regnaud et Vaydié (on ne sait pas s’il sont venu).

Deux engagés (0,9 %) retournent en France dès leur engagement terminé ou peu après : Moisne (1651), Mousnier (1646).

Neuf engagés (43 %) restent en Nouvelle-France, dont quelques-uns ont une descendance : Fouchereau, Juillet, Julien, Leboesme Antoine et Louis, Leduc, Lemonnier, Richome et Vedet.

BARREAU, Simon

(c.1624-     )

Originaire de Marsais, près de La Rochelle (Aunis), Simon Barreau s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, à 21 ans, le 20 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de tonnelier, à raison de 60 livres par an. Il signe. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de Simon Barreau. 20 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 252v bis, 253r bis)

Note : Des recherches dans les registres paroissiaux de Marsais nous a permis de retracer deux actes de baptême pour Simon Barreau : le 28 novembre 1623 et le 22 février 1624. (Source AD17 en ligne)

 

BONNEFEU, Mathurin

(     –       )

Originaire d’Igé, près de Mortagne-au-Perche (Normandie), Mathurin Bonnefeu s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 21 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant cinq ans, à titre de bêcheur, à raison de 60 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de Mathurin Bonnefeu. 21 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 255v)

Note : Des recherches dans les registres paroissiaux de d’Igé, entre 1600 et 1626, ont été vaines. (Source : AD61 en ligne)

 

CHAMBORD, Paul

(     –       )

Originaire de Fontgombault, près de Blanc (Berry), Paul Chambord s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 21 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de bêcheur, à raison de 75 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de Paul Chambord. 21 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 256r)

Note : Les registres paroissiaux de Fontgombault ne commencent qu’en 1648. (Source : AD36 en ligne)

 

FOUCHEREAU dit Petitjean, Jean

(     -1646)

Originaire de Brouage (Saintonge), Jean Fouchereau s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 29 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de matelot, à raison de 40 livres par an. Il signe. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. Alors qu’il montait à Trois-Rivières, le 6 novembre 1646, « Fougereau » se noie avec huit autres hommes lors du naufrage de leur barque qui s’est fracassée vers le Cap à l’Arbre. Le 24 novembre suivant, le notaire Henri Bancheron fait l’inventaire des coffres et hardes appartenant à quatre des défunts matelots : Jean Fleury, Jacques Figet, Guillaume Lasur et Jean Fouchereau dit Petitjean. Ce dernier possédait : un chapeau gris avec le cordon neuf, un vieux haut-de-chausses gris, un pourpoint violet, une chemisette rouge usée, deux rasoirs avec la pierre et un petit livre intitulé « L’abrégé de la vie éternelle ».

Extrait. Engagement de Jean Fouchereau. 29 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 265r, 265v)

Note : Des recherches dans les registres paroissiaux de Brouage, entre 1615 et 1634, ont été vaines. (Source : AD17 en ligne)

 

GOARGRIC, Jean

(     –       )

Originaire d’Audierne (Bretagne), Jean Goargric s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 5 mai 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de matelot, à raison de 60 livres par an (pot de vin de 10 livres). Il signe. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de Jean Goagric. 5 mai 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 272r)

Note : Les registres paroissiaux d’Audierne ne commencent qu’en 1702. (Source : AD29 en ligne)

 

JUILLET dit Avignon, Blaise

(1611-1660)

Fils de Jean Juillet, boucher, et de Gabrielle Barbarine, Blaise Juillet est baptisé le 26 février 1611 dans la paroisse de Saint-Agricol à Avignon (Comtat-Venaissin). Il s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, à 33 ans, le 21 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de bêcheur, à raison de 70 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. Il obtient une concession de 30 arpents de terre à Villemarie, le 30 mars 1650, par les Associés pour la Conversion des Sauvages de la Nouvelle-France. Le 5 février 1651, il est mentionné dans l’inventaire des biens meubles de Michel Chauvin. Le 10 février suivant, il épouse au Cap-de-la-Madeleine Anne-Antoinette Deliercourt, fille de Philippe Deliercourt et de Jeanne Patin. De leur union naissent quatre enfants. Il est présent à Montréal, le 18 septembre 1651, au contrat de mariage entre Jean de Saint-Père et Mathurine Godé. Le 15 février 1654, il est gratifié de 400 livres par Messieurs les Associées pour s’établir à Villemarie. Il se noie, le 19 avril 1660, en tentant d’échapper aux Iroquois près de l’île Saint-Paul à Montréal. On n’a pas trouvé son corps.

Extrait. Engagement de Blaise Juillet. 21 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 257v)

Acte de baptême de Blaise Juillet. 26 février 1611.
(Source : AD84 en ligne. Avignon. Paroisse Saint-Agricol. BMS. 1606-1610. Vue 7/25)

Voir aussi : Michel Langlois, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700), La Maison des Ancêtres, tome III (Lettres J à M), 2000, p. 71.
Note : Voir aussi Fichier Origine.

 

JULIEN dit Vantabon, André

(     –       )

Originaire de Vantebon (Dauphiné), André Julien dit Vantabon s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 20 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de chaudronnier, à raison de 80 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. À noter qu’il s’était engagé à Guillaume Desjardins, à 28 ans, le 9 avril 1642, pour aller servir le sieur de la Tour en Acadie pour un an comme poêlier, à raison de 120 livres (avance de 36 livres). Il est parrain, le 25 septembre 1646, à Trois-Rivières. Marchand-poêlier, il vend sa maison de Trois-Rivières à la Fabrique, le 15 juin 1652, pour s’installer à Québec. Étant sur son départ, le 16 août 1660, il passe une quittance avec un nommé Chappereau, maître maçon, de Québec, pour et à l’acquit de Jacques Normandin, maître menuisier, et Marie Vault, son épouse, de La Rochelle. On le retrouve à Québec en 1664 sans qu’on sache quand il est revenu.

Extrait. Engagement d’André Julien dit Vantabon. 20 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 254v, 255r)

 

LARDEREAU, Bernard

(     –       )

Originaire de Brouage (Saintonge), Bernard Lardereau s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 29 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de maître-maçon, à raison de 120 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de Bernard Lardereau. 29 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 267r, 267v)

Note : Des recherches dans les registres paroissiaux de Brouage, entre 1615 et 1634, ont été vaines. (Source : AD17 en ligne)

 

LARDEREAU, François

(     –       )

Originaire de Brouage (Saintonge), François Lardereau s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 20 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de matelot-canonnier, à raison de 100 livres par an. Il signe. Est-il parent avec Bernard Lardereau ? Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de François Lardereau. 20 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 253v bis, 254r)

Note : Des recherches dans les registres paroissiaux de Brouage, entre 1615 et 1634, ont été vaines. (Source : AD17 en ligne)

 

LEBOESME dit Lalime, Antoine et Louis (fils)

(     -1666)

Fils de Pierre Leboisme et de Perrine Archambault, Antoine Leboesme est originaire de Bourgneuf-en-Retz, près de Saint-Nazaire (Bretagne). Il s’engage avec son fils Louis (12 ans) à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 29 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre d’armurier, à raison de 120 livres par an. Ne signe pas. Ils quittent La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. Maître-armurier, maçon, charpentier, canonnier, serrurier. Le 3 juin 1647, Antoine achète de Toussaint Toupin une terre avec maison dans la banlieue de Trois-Rivières. On le retrouve à Québec, le 11 août 1652, alors qu’il acquiert une terre de Jean Côté, située sur la grande route qui va de Québec à Cap Rouge. Il repasse en France, vers 1655, et revient en 1656 avec ses enfants Jean et Jeanne. Il s’est marié en France avec Judith Blanchet. De leur union naissent trois enfants. Le 27 août 1657, à Québec, il épouse Jeanne Duguay, fille de Jean Duguay et de Françoise Bordier. Aucun enfant. Confirmé à Québec le 24 février 1660. Le 27 mars 1661, Antoine prend à ferme et loyer, pour dix ans, la quantité de huit arpents de terre désertée, située sur le Cap aux Diamants, appartenant à la Fabrique de Notre-Dame de Québec. Le 5 septembre suivant, il vend à Nicolas Chaigneau une concession de terre de 50 arpents, située entre Sillery et Cap Rouge, qu’il avait obtenue par donation des Jésuites. Il est décédé et inhumé le 23 avril 1666 à Québec.

Extrait. Engagement d’Antoine Leboisme et son fils Louis. 29 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 267v)

Note : Des recherches dans les registres paroissiaux de Bourgneuf-en-Retz, entre 1608 et 1625, ont été vaines. (Source : AD44 en ligne)
Note : Voir aussi Fichier Origine.

 

LEDUC, Jean

(c1624-1702)

Fils de Jean Leduc et de Cécile Lechaperon, Jean Leduc est originaire de Saint-Martin d’Igé, près de Mortagne-au-Perche (Normandie). Il s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 21 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant cinq ans, à titre de bêcheur, à raison de 60 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. Le 11 novembre 1652, il épouse à Montréal Marie Soulinier, fille d’Élie Soulinier et de Marie Foulet, de Saintes (Saintonge). De leur union naissent neuf enfants. Il obtient 30 arpents de terre, le 20 août 1655, située sur le lieudit « la contrée Saint-Joseph » à Montréal, par les Associés pour la Conversion des Sauvages. En 1657, il est qualifié de scieur de long. Au fil du temps, il va se faire concéder divers terrains. En 1667, le couple possède une terre de 33 arpents en valeur et huit bêtes à cornes à Montréal. Le 10 mai 1678, sans doute dans le but d’y établir ses enfants, les Sulpiciens lui concèdent 160 arpents de terre en superficie à la rivière Saint-Pierre. On retrouve la famille à Montréal, au recensement de 1681, avec 50 arpents de terre en valeur, douze bêtes à cornes et un fusil. Il décède à Montréal le 18 avril 1702 et est inhumé le lendemain.

Extrait. Engagement de Jean Leduc. 21 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 255v)

Note : Des recherches dans les registres paroissiaux de d’Igé, entre 1600 et 1626, ont été vaines. (Source : AD61 en ligne)
Voir aussi : Michel Langlois, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700), La Maison des Ancêtres, tome III (Lettres J à M), 2000, p. 189-191.

 

LEFLOT, Christophe

(     –       )

Originaire de Lannerie, aujourd’hui Boistrudan (Bretagne), Christophe Leflot s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 22 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de marinier, à raison de 75 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de Christophe Leflot. 22 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 261r)

Note : Les registres paroissiaux de Boistrudan ne commencent qu’en 1669. (Source : AD35 en ligne)

 

LEMONNIER (MEUNIER), Mathurin

(1619-     )

Fils de René Lemonnier et de Marie Leroux, Mathurin Lemonnier est baptisé le 22 avril 1619 à Saint-Lambert de Clermont-Créans, près de La Flèche (Maine). Il s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, à 25 ans, le 20 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant cinq ans, à titre de bêcheur, à raison de 70 livres par an. Il signe. Il est cousin de Nicolas Leroy (voir ci-dessous). Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. Le 3 novembre 1647, il épouse à Montréal Françoise Fafard, fille de Jean Fafard et d’Élizabeth Tibout, d’Argences (Normandie). De leur union naissent neuf enfants. Au terme de ses années d’engagement, il va s’établir sur une terre qui lui est concédée à Sainte-Anne-du-Petit-Cap sur la côte de Beaupré. Le 26 octobre 1653, « Mathurin Lemeunier » fait donation de la moitié de sa terre proche le Petit-Cap à Michel Lhomme, de la côte de Beaupré. En 1667, le couple possède 15 arpents de terre en valeur et quatre bêtes à cornes. La date de son décès est inconnue, mais il n’est plus le 27 juillet 1679 quand ses héritiers vendent leur part de terre à leurs frères. Descendance sous le patronyme « Meunier ».

Extrait. Engagement de Mathurin Lemonnier. 20 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 255r)

Acte de baptême de Mathurin Lemonnier. 22 avril 1619.
(Source : AD72 en ligne. IMI963R1. Clermont. Baptêmes. 1610-1648. Vue 46/78)

Voir aussi : Michel Langlois, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700), La Maison des Ancêtres, tome III (Lettres J à M), 2000, p. 246.
Note : Voir aussi Fichier Origine.

 

LEROY, Nicolas

(1621-     )

Fils de Nicolas Leroy et de Guillemine Lemonnier, Nicolas Leroy est baptisé le 19 janvier 1621 à Saint-Lambert de Clermont-Créans, près de La Flèche (Maine). Il s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, à 23 ans, le 21 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant cinq ans, à titre de bêcheur, à raison de 60 livres par an. Ne signe pas. Il est cousin de Mathurin Lemonnier (voir ci-dessus). Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de Nicolas Leroy. 21 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 255v)

Acte de baptême de Nicolas Leroy. 19 janvier 1621.
(Source : AD72 en ligne. IMI963R1. Clermont. Baptêmes. 1610-1648. Vue 54/78)

 

 

MOISNE, Simon

(     –       )

Originaire de Marsilly, près de La Rochelle (Aunis), Simon Moisne s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 2 mai 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de laboureur, à raison de 50 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. Aucune trace après cette date.

Extrait. Engagement de Simon Moisne. 2 mai 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 270v, 271r)

Note : Les registres paroissiaux de Marsilly ne commencent qu’en 1631. (Source : AD17 en ligne)

 

MOUSNIER, Pierre

(     –       )

Originaire du Château d’Oléron (Saintonge), Pierre Mousnier s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 5 mai 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de matelot, à raison de 80 livres par an. Il signe. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. Il apparaît à une vente, à Québec, le 5 décembre 1646. Aucune trace après cette date.

Extrait. Engagement de Pierre Mousnier. 5 mai 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 272r, 272v)

Note : Les registres paroissiaux du Château d’Oléron ne commencent qu’en 1669. (Source : AD17 en ligne)

 

REGNAUD, Jacques

(     –       )

Originaire de La Rochelle (Aunis), Jacques Regnaud s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 21 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de bêcheur, à raison de 60 livres par an. Il signe. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de Jacques Regnaud. 21 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 257v, 258r)

 

RICHOME, Simon

(     -1655)

Originaire de Brouage (Saintonge), Simon Richome s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 29 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de charron et charpentier, à raison de 100 livres par an. Il signe. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. Il obtient 30 arpents de terre à Villemarie, le 13 janvier 1648, par les Associés pour la Conversion des Sauvages de la Nouvelle-France. Il est tué par la chute d’un arbre le 8 février 1655 à Montréal. Il est enterré le lendemain.

Extrait. Engagement de Simon Richome. 29 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 268r)

Note : Des recherches dans les registres paroissiaux de Brouage, entre 1615 et 1634, ont été vaines. (Source : AD17 en ligne)

 

VAYDIÉ, Jean

(     –       )

Originaire de Saint-Germain du Val, près de La Flèche (Maine), Jean Vaydié s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 21 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant cinq ans, à titre de bêcheur, à raison de 70 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame. On ne sait pas s’il est venu.

Extrait. Engagement de Jean Vaydié. 21 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 255r, 255v)

Note : Les registres paroissiaux de Saint-Germain-du-Val ne commencent qu’en 1673. (Source : AD72 en ligne)

 

VEDET, Antoine

(     -c1648)

Originaire de Clermont-Ferrand (Auvergne), Antoine Vedet s’engage à Jérôme Le Royer de La Dauversière, le 20 avril 1644, pour aller travailler à Montréal au service de Paul de Chomedey de Maisonneuve durant trois ans, à titre de cloutier, à raison de 90 livres par an. Ne signe pas. Il quitte La Rochelle probablement à bord du navire La Notre-Dame avec sa femme, Françoise Bugon. Sans enfant. Il décède en ou avant 1648, puisqu’elle épouse à Montréal, le 11 janvier 1649, François Godé.

Extrait. Engagement d’Antoine Vedet. 20 avril 1644.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Registre 3E1293, fol. 253r bis, 253v bis)

 

NAUFRAGE D’UN BRIGANTIN AU CAP À L’ARBRE

Novembre 1646

« [Le 21 novembre] arriva la nouvelle assurée du plus grand desastre qui fut encores arrivé en Canada, sçavoir, la perte ou débris du brigantin qui alloit de Quebec aux Trois Rivières, dans lequel estoit une bonne partie de ce qui estoit necessaire pour le magazin & habitants des Trois Rivières. Nous y perdismes beaucoup; mais la principale perte fut de 9 hommes. » On apprit la nouvelle le 21; le lendemain, jeudi, se chanta le service.

(Source : Abbés Laverdière et Casgrain, Le Journal des Jésuites, Québec, Léger Brousseau, 1871, p. 71-72)

Acte de sépulture de Jacques Aveleine, Joannis Basque, Jacques Clique, Jacques Figeux, Jean Fleury, Jean Fougereau, Gaspard Gouäult, Guillaume Lasur et Jean Meschin. 20 novembre 1646.
(Source : Registres paroissiaux de Notre-Dame-de-Québec)

Le 6 de nov[em]bre 1646 une barque montant _
aux trois Rivieres ayant fait naufrage _
vers Le Cap à Larbre, neuf hommes furent _
noyes en ce naufrage tous ont coulé a fond _
excepte un trouve dans Ladite barque fracassee _
on a attendu pour voir Si Les autres paroiStroient _
Sur le rivage, mais Ilz n’ont point paru _
on a fait Leur Service icy a quebec _
apres La nouvelle receüe. Voicy Les noms des _
Susdits morts : Jean fleuri de Sedam _
matelot, Joannis BaSque charpentier _
de navire et matelot, Jaques figeux de diepe _
matelot, Jean fougereau de [un blanc] matelot _
Jean meschin de la Rochelle ouvrier et matelot, _
Jaque Aveleine de rouen Soldat _
Guillaume LaSur ouvrier et Soldat _
Jaques Clique de rouen Soldat dit icy _
Lafontaine, Gaspar Goüault de poitiers _
apoticaire deStine pour aller aux hurons _
avec Les R.R. peres JeSuites _
fait et marque Le 20 de ce mois 1646 _
par le p[ère] Bar[thelémy] vimont. _
Acte de sépulture de Jacques Aveleine, Joannis Basque, Jacques Clique, Jacques Figeux, Jean Fleury, Jean Fougereau, Gaspard Gouäult, Guillaume Lasur et Jean Meschin. 20 novembre 1646.
(Source : Registres paroissiaux de Notre-Dame-de-Québec)

 

 


[1] La Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des Sauvages de la Nouvelle-France ou Compagnie des Associés pour la Conversion des Sauvages.
[2] Gervais Carpin, Le Réseau du Canada, Sillery, Les éditions du Septentrion, 2001, p. 217.
[3] Id., p. 218.
[4] Le 21 février 1643, le roi offre à la Compagnie de Montréal un navire, La Notre-Dame, qui fut, en 1646, acheté par la Communauté des Habitants. (Id., p. 216).
[5] François Dollier de Casson, Histoire du Montréal 1640-1672, Montréal, Eusèbe Senécal, 1871, p. 31.

Publicités

Catégories :Canada, Engagés, France, GÉNÉALOGIE, HISTOIRE, La Rochelle, Montréal, Nouvelle-France

1 réponse

  1. Je me permets un commentaire; ce nouvel article m’a touché. Mon ancêtre (et son frère) Bisson / Buisson / dit St-Cosme, provient de la Région de St-Cosme. Or un acte notarié révèle que ceux-ci s’étaient engagé comme scieur de long. Le dernier contrat terminé, ils quittent la région vers 1650 pour la Nouvelle France; on constate qu’ils sont très actifs par la suite de même que leurs fils Antoine et Gervais – entre autre pour fournir le bois de construction à Jean Talon. J’ai bien l’impression que les pères Bisson (Gervais l’aîné et Florent) ont été inspirés par ces évènements soulevés ici dans votre article. A. Bisson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s