Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

171 – L’expédition du navire Le Sacrifice d’Abraham pour le Canada en 1659

La flotte de 1659 à destination de Québec est composée de deux navires (Le Sacrifice d’Abraham et Le Saint-André). Mais selon le gouverneur Pierre Voyer d’Argenson[1], un navire (Le Prince Guillaume), destiné à l’Acadie, y débarque ses hommes et décharge ses marchandises puis remonte le fleuve Saint-Laurent pour ne porter que peu de choses à Québec; il venait seulement pour percevoir ses créances[2].  Ces trois navires sont frétés par des marchands de La Rochelle.

On connaît bien Le Sacrifice d’Abraham (200 tx) pour avoir été le navire qui a transporté Mgr de Laval en Nouvelle-France.

Les préparatifs

Malheureusement, aucun document n’a été retracé à La Rochelle concernant l’affrètement du navire Le Sacrifice d’Abraham pour la Nouvelle-France en 1659.

Néanmoins, le 14 mars 1659, les marchands rochelais Pierre Gaigneur et Pierre Boursault s’accordent sur un marché de vente d’orignaux. Ainsi, Gaigneur promet de livrer à La Rochelle, ou île de Ré, au choix de Boursault, des « orignats ratz bon marchans et recepvables » pour la valeur et montant de 1 150lt au taux de 28s la livre.

Comme Gaigneur doit aller au Canada, il promet de les charger dans le navire Le Sacrifice d’Abraham (200 tx) lors de son retour en France à l’automne après avoir fait signer les connaissements au maître du navire.

Le marché précise que le navire s’appelait auparavant « La Balle de Papier » dont est maître Corneille Livensen.

Pour le paiement des 1 150lt, Boursault prête 500lt à Gaigneur suivant une obligation de grosse aventure passée entre eux qui, avec les profits, revient à 650lt. Les autres 500lt seront payées par Boursault après la livraison des orignaux.

Extrait. Accord et marché entre Pierre Gaigneur et Pierre Boursault, marchands de La Rochelle, pour vente d’orignaux. 14 mars 1659.
(Source : AD17. Notaire Abel Cherbonnier. Liasse 3E1128, fol. 123 (anciennement pièce 33)

Le navire La Balle de Papier (rebaptisé Le Sacrifice d’Abraham dans des circonstances inconnues) a été acheté en janvier 1654 par les marchands rochelais Christian Denis, David Macquet et Pierre Piel. Le 4 juin 1657[3], une moitié du navire est vendue à Isaac Mercier pour la somme de 6 500lt. À cette occasion, le maître du navire Corneille Livensen reçoit 100lt pour son pot de vin.

En février 1658[4], alors qu’il était ancré à la rade de La Palice, le navire La Balle de Papier est abordé par une chaloupe sortie du Fort La Prée (île de Ré) avec 23 hommes armés en guerre. L’équipage est transporté à Rivedoux et le navire est conduit à Brouage où il est dégarni de ses voiles et cordages. Puis, il est restitué à ses propriétaires. Est-ce à la suite de cet événement que le navire est rebaptisé Le Sacrifice d’Abraham ?

Le départ

Le navire Le Sacrifice d’Abraham lève l’ancre, met les voiles puis quitte La Rochelle le 13 avril.

De l’équipage, nous connaissons :

  • Corneille Livensen, maître

Des passagers, nous connaissons :

  • Mgr François de Montmorency de Laval, évêque
  • Henri de Bernières, prêtre
  • Charles de Lauzon de Charny, prêtre
  • Philippe Pellerin, prêtre
  • Jean Torcapel, prêtre
  • Jérôme Lalemant, missionnaire jésuite

Les trois navires de 1659 partent de La Rochelle, deux à destination de Québec, l’autre pour l’Acadie. Ils sont :

  • Le Prince Guillaume (180 tx), de La Rochelle (capitaine Cornelis Merkis), frété par Jacques Pepin, Jean Ghelins et Jean Raulé;
  • Le Sacrifice d’Abraham (200 tx), de La Rochelle (capitaine Corneille Livensen), frété par Pierre Gaigneur;
  • Le Saint-André (350 tx), de La Rochelle (capitaine Guillaume Poulet), frété par Jacques Mousnier.

Caractéristiques des navires composant la flotte de 1659 à destination de Québec.
(Source : Collection Guy Perron)

Avant d’arrivée à Québec, le navire fait escale à Percé. Après y avoir mis pied à terre, le 16 mai, Monseigneur de Laval célèbre sa première messe en Nouvelle-France et confirme 84 personnes (2 femmes, 82 hommes), toutes originaires de Normandie.

Le navire Le Sacrifice d’Abraham arrive à Québec, le lundi 16 juin, sur les six heures du soir.

« Ça été une agréable surprise en toutes manières. Car outre le bonheur qui revient à tout le pays d’avoir un Supérieur ecclésiastique, celui est une consolation d’avoir un homme dont les qualités personnelles sont rares et extraordinaires. Sans parler de sa naissance qui est fort illustre, car il est de la maison de Laval, c’est un homme d’un haut mérite et d’une vertu singulière. »

Mère Marie de l’Incarnation

Lettre à son fils (1659)[5]

Le nouvel évêque est reçu en procession sur le bord du fleuve et dans l’église de Québec.

Le retour

Le 4 août, sur les onze heures du matin, le navire Le Sacrifice d’Abraham retourne en France. Sont à son bord : le prêtre Georges Le Vaillant et les pères jésuites Jacques Frémin et André Richard. Nouvellement mariés (10 juillet 1659), Jean-Baptiste Peuvret du Mesnu et Marie-Catherine Nau de Fossambault, son épouse, rentrent en France pour ne revenir qu’en 1661.

Rappelons que le marchand Pierre Gaigneur devait y charger les orignaux qu’il avait promis de livrer à Pierre Boursault.

Portrait de Mgr François de Montmorency-Laval (1623-1708).
Crédit : Claude François (dit Frère Luc), huile, 86,4 x 71,1 cm. 1672. Musée du Séminaire de Québec.

 


[1] Voyer d’Argenson à son frère, 21 octobre 1659. BAC. MG8, A1, Nouvelle-France : Correspondance officielle, 2e série, vol. 1, p. 310-317.
[2] Marcel Trudel, Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, Éditions Fides, vol. III : La seigneurie des Cent-Associés, t. 1 : Les événements, 1979, p. 259.
[3] AD17 en ligne. Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5663, fol. 158. 12 juin 1657.
[4] AD17. Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5663, fol. 254, 255r (anciennement pièce 132). 11 février 1658.
[5] Lettres de la vénérable Mère Marie de l’Incarnation, Paris, Louis Billaine, 1681, p. 541 (Lettres historiques, lettre 52).

Publicités

Catégories :Canada, Expéditions de navires, France, HISTOIRE, La Rochelle, Nouvelle-France, Percé, Québec

2 réponses

  1. Guy, je suis désolée d’avoir à te contredire, mais la famille de Rainville n’a pas voyagé sur ce navire, ni en 1659. Il s’agit d’une conjecture répétée ad infinitum et qui n’est basé que sur la présence de Paul, Marthe et Marie de Rainville à Percé, en 1659.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s