Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

152 – L’expédition du navire Le Saint-Joseph pour le Canada en 1651

La flotte de 1651 à destination de Québec est composée de quatre navires, tous expédiés pour le compte de la Communauté des habitants de Québec : Le Passemoy, Le Petit Saint-Jean, Le Saint-Joseph et La Vierge. expédition_blogue

Le navire Le Saint-Joseph (350 tx) est la propriété d’un collectif de marchands rochelais : Jean Gaigneur, Pierre Robert, Jean Roy, Pierre Vota et autres[1].

Les préparatifs

Aucun document n’a été retracé à La Rochelle concernant l’affrètement de ce navire par la Communauté des habitants de Québec pour la Nouvelle-France. De plus, les documents des années 1650-1654 manquent dans les documents du greffe (fonds Amirauté de La Rochelle).

Cependant, c’est à titre de procureur de cette Communauté que Jean Bourdon emprunte, entre le 15 mai et le 15 juillet, la somme de 55 504lt 12s 6d à la grosse aventure (à 30 % de profits) auprès de plusieurs marchands de La Rochelle. Cette somme doit servir au paiement de « diverses sortes de marchandises » à être chargées dans les navires Le Saint-Joseph (½) et La Vierge (½) pour l’aller et les peaux et les pelleteries qui seront chargées dans les mêmes navires (mêmes proportions) pour le retour.

Aussi, le marchand rochelais Jacques Jamonneau prête la somme de 600lt à la grosse aventure à Jean Bourdon pour être employée sur les navires Le Saint-Joseph (300lt) et La Vierge (300lt)[2]. Cette obligation n’a pas été retracée.

Le départ

Le navire Le Saint-Joseph quitte La Rochelle le 16 juillet pour aller « porter quelques vivres et autres commodités à la Communauté de Québec ».

De l’équipage, nous connaissons :

  • Jean Boucher, maître
  • Pierre Mousnier, contremaître

Quatre navires partent de La Rochelle pour le compte de la Communauté des habitants. Ils sont :

  • Le Passemoy (500 tx), de La Rochelle (capitaine Adam Roquensen Passemoy), frété par la Communauté des habitants;
  • Le Petit Saint-Jean (70 tx), de La Rochelle (capitaine René Boutin), frété par la Communauté des habitants;
  • Le Saint-Joseph (350 tx), de La Rochelle (capitaine Jean Boucher), frété par la Communauté des habitants;
  • La Vierge (320 tx), de La Rochelle (capitaine Pierre Boileau), frété par la Communauté des habitants.
Caractéristiques des navires composant la flotte de 1651 à destination de Québec. (Source : Collection Guy Perron)

Caractéristiques des navires composant la flotte de 1651 à destination de Québec.
(Source : Collection Guy Perron)

Le navire arrive à Tadoussac après une « longue et fâcheuse » traversée, les vents du nord et nord-est ayant été peu favorables. Le Journal des Jésuites nous apprend que Martin Grouvel est allé secourir le navire avec sa barque. Ensemble, ils quittent Tadoussac le 1er septembre pour Québec.

Le Saint-Joseph fait partie de la flotte de trois navires (avec Le Passemoy et La Vierge) restés à l’ancre derrière la pointe de Lauzon le 13 octobre. Ces navires accostent à Québec le lendemain sur les 7 heures du matin. Il y séjourne quelques semaines tant pour faire sa décharge que pour prendre des poinçons de castors.

Le retour

Le navire La Saint-Joseph part le 17 novembre pour la France, avec le frère Pierre Feauté et le père Martin de Lyonne à bord, de conserve avec le navire La Vierge jusqu’à la sortie des terres, proche des monts appelés des Montagnes. Pendant une « non vue », les deux navires se séparent et font leur route seul.

« Jamais aucuns vaisseaux n’étaient sortis si tard de ces contrés : pas un des habitants ne s’est voulu embarquer, ni pour ses affaires particulières, ni pour les publiques, craignant les glaces du grand fleuve Saint-Laurent et les tempêtes de la mer », écrit Martin de Lyonne[3].

Pendant la traversée du retour, Le Saint-Joseph rencontre des vents et des tempêtes de toutes sortes. Au début du mois de décembre, des vents se déchaînent durant huit jours. Le navire reçoit un coup de mer si violent qu’environ 80 poinçons de cailloux et huit gros canons démontés, qui servaient de lest, et toutes les marchandises, les boissons, les pois sont renversés et jetés pêle-mêle sur un côté du navire.

Le navire est tellement couché que l’eau entre par-dessus bord; les mâts de hunes sont cassés et les biscuits qui restent sont tous mouillés. Chacun crie « Miséricorde ».

« Nous demeurâmes environ une heure en cet état, et si le coup qui nous y avait mis eut redoublé, le vaisseau eut renversé et coulé à fond, mais la sainte Vierge arrêta ce coup par un vœu que nous lui fîmes, et que nous avons exécuté. Je ne sais comme ce côté du navire, chargé de tant de canons et de cailloux, et de poinçons, se serait pu redresser sans miracle ».

Lettre de Martin de Lyonne, La Rochelle, 27 décembre 1651[4]

Après avoir essuyé cette tempête, le navire arrive la nuit de Noël entre Chef de Baie et l’île de Ré, pour y trouver du repos. À bord, la joie paraît sur le visage de tout le monde « ressuscité ». Pour célébrer la sainte Messe le jour de Noël, la chambre du capitaine est tapissée de tout ce qu’il y a de plus beau dans le navire.

Tout à coup, le tonnerre se fait entendre par deux canons chargés de balles tirées sur le navire. Des hommes crient à pleine tête : « Amène, amène, les voiles basses, mouillez l’ancre, autrement on vous envoie cinquante volées de canon ». Le navire amène les voiles, mouille l’ancre et voilà quatre chaloupes chargées de soldats et de matelots qui l’abordent. Ils sautent dans le navire, ouvrent les coffres, pillent tout ce qu’ils rencontrent et conduisent le capitaine Boucher vers celui qui commande une flotte de cinq à six navires : le comte du Daugnon. Le navire est capturé et emmené à Brouage.

Le 12 janvier 1652[5], une assemblée des créanciers aventureux du navire Le Saint-Joseph se tient dans la maison de Samuel Pagèz, à La Rochelle, pour élire à la pluralité des voix six d’entre eux pour faire tout ce qui est nécessaire afin de retirer le navire des mains du comte du Daugnon avec les marchandises et les pelleteries (31 poinçons de castors) qui y étaient chargées.

Extrait. Signatures des marchands. Assemblée des créanciers aventureux du navire Le Saint-Joseph. 12 janvier 1652. (Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Liasse 3 E 1370bis, fol. 167)

Extrait. Signatures des marchands. Assemblée des créanciers aventureux du navire Le Saint-Joseph. 12 janvier 1652.
(Source : AD17. Notaire Pierre Teuleron. Liasse 3 E 1370bis, fol. 167)

Le 9 février suivant, la Communauté des habitants, de concert avec les marchands Jacques Mousnier, Jean de Roy et autres créanciers de La Rochelle, présente une requête au Conseil privé du Roi pour lui permettre de ressaisir le navire Le Saint-Joseph[6].

Le 19 juin[7], au greffe de l’Amirauté, on retire le sac[8] du procès intenté entre Samuel Pagès, Jean Béraudin, Paul Leboîteux et autres contre les bourgeois du navire. Le 2 juillet suivant[9], c’est au tour des bourgeois du navire de retirer le sac de Pagès et compagnie.

Deux ans plus tard, en novembre et décembre 1654[10], les créanciers de la Communauté des habitants se présentent à l’audience ordinaire de l’Amirauté de La Rochelle pour obliger les bourgeois du navire à fournir leurs moyens de défenses.

Pendant l’année 1655, les créanciers des navires Le Saint-Joseph et La Vierge font quelques difficultés des sommes assurées sur ces navires et font semblant d’ignorer qu’ils sont les deux derniers des quatre navires frétés par la Communauté des habitants partis de Québec à l’automne 1651.

Pour leur ôter tout scrupule et doute, le juge de l’Amirauté fait venir devant lui, le 23 mars 1655[11], Jean Gaigneur, Pierre Robert, Jean Roy et Pierre Vota, propriétaires en partie des navires Le Saint-Joseph et La Vierge. Ces derniers attestent qu’ils « ont bonne mémoire et connaissance certaine » que les premiers des quatre navires qui arrivèrent à La Rochelle furent Le Petit Saint-Jean et Le Passemoy quatre à cinq semaines avant le navire Le Saint-Joseph qui arriva à Chef de Baie la veille de Noël 1651. Quant au navire La Vierge, selon eux, la nouvelle serait arrivée à La Rochelle deux mois après qu’il se soit échoué à la côte de l’île Saint-Michel où le navire se serait perdu.

Extrait. Attestation de plusieurs marchands rochelais concernant les quatre navires affrétés par la Communauté des habitants pour Québec. 23 mars 1655. (Source : AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5661, fol. 39)

Extrait. Attestation de plusieurs marchands rochelais concernant les quatre navires affrétés par la Communauté des habitants pour Québec. 23 mars 1655.
(Source : AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5661, fol. 39)

 


[1] AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B5661, fol. 39 (anciennement pièce 16). 23 mars 1655.
[2] AD17. Notaire Jean Michelon. Liasse 3 E 2319. 1er octobre 1652.
[3] Lettre de Martin de Lyonne, 27 décembre 1651, La Rochelle. Relations des Jésuites, Québec, Augustin-Côté éditeur, vol. 1, 1858, p. 29.
[4] Relations des Jésuites, op. cit., p. 30.
[5] AD17. Notaire Pierre Teuleron. Liasse 3 E 1370bis, fol. 167 (anciennement pièce 81). 12 janvier 1652.
[6] Lionel Laberge, Rouen et le commerce du Canada de 1650 à 1670, L’Ange-Gardien, Éditions Bois-Lotinville, 1972, p. 19.
[7] AD17 en ligne. Fonds de l’Amirauté de La Rochelle. B 198, fol. 3v. Retirés des sacs. 1652-1661. Vue 4/82. 19 juin 1652.
[8] Sac où l’on met les pièces du procès.
[9] AD17 en ligne. Fonds de l’Amirauté de La Rochelle. B 198, fol. 4r. Retirés des sacs. 1652-1661. Vue 4/82. 2 juillet 1652.
[10] AD17 en ligne. Fonds Amirauté de La Rochelle. Registres ordinaires. B 199, fol. 50v (27 novembre), 53r (4 décembre), 60v (23 décembre) et 61v (30 décembre).
[11] AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5661, fol. 39 (anciennement liasse 16). 23 mars 1655.

Publicités

Catégories :Canada, Expéditions de navires, France, HISTOIRE, La Rochelle, Nouvelle-France, Québec

1 réponse

  1. Bonjour Monsieur Perron
    Merci encore de partager le fruit de vos recherches avec le public. Avez-vous un jour le projet de publier toutes ces informations sous forme de livre ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s