Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

121 – L’expédition du navire Le Petit Saint-Jean pour le Canada en 1654

En 1654, le navire Le Petit Saint-Jean compte parmi les six navires composant la flotte à destination de Québec.expédition_blogue

Les préparatifs

Malheureusement, aucun document n’a été retracé à La Rochelle concernant l’affrètement de ce navire pour la Nouvelle-France. De plus, les documents des années 1650-1654 manquent dans les documents du greffe (fonds Amirauté de La Rochelle).

Cependant, un procès relevé dans les registres d’audiences de 1654 nous apprend que les propriétaires du navire Le Petit Saint-Jean sont Jean De Roy, Jean Chanjon et consorts[1].

Aussi, un mémoire de ce que Jean Bourdon a fait embarquer dans ce navire a été conservé[2]. Ce document de quatre pages semble être rédigé de la main de Bourdon. Il est signé par lui et par Nicolas Marsolet.

Dans ce mémoire, Bourdon nous décrit « l’appréciation » du [Petit] Saint-Jean qui est équipé de six pierriers, six fusils, un corps de voile, trois ancres, trois câbles, un petit bateau, etc. Il est estimé à 2 500lt.

Commencé le 1er mai, ce mémoire est arrêté le 9 mai suivant. Voyons ce qu’il contient :

Marchandises embarquées par Jean Bourdon du 1er au 9 mai 1654
Prix unitaire livres sols deniers
Trois barriques et un poinçon de sel 18lt / barrique 78
Deux barriques de pois 4lt / minot 48
Un poinçon de farine de blé d’Inde 50
Une barrique de prunes 79 3
Huit barriques de farine de France quitte en galette 75lt / barrique 600
Un baril de lard 102
Pour la « cuitture » des farines en galettes 80
Dix-sept pots d’huile d’olive et le quart 16 4
Quarante-huit pots de vinaigre dans quatre quarts 12s / pot et les quarts 32 16
Deux cents d’anguilles 10
Dix-huit morues séchées 3s / pièce 2 6
Un poinçon de vin français 120
Une barrique d’eau-de-vie de Normandie 150
Trois barriques de bière 20lt / barrique 60
Une canne d’eau-de-vie de six pots 12
Deux quarts de poudre, un quart de fine épice, cinquante livres 72
L’autre de poudre commune épice 60lt 20s / livre 60
Un quart de plomb en balle épaisse pesant 90 livres 5s / livre 22 10
Cinq grands capots, quinze petits du sieur Lebarbier, dix-sept grandes chemises, six livres et sept bonnets à galon d’argent par arrêté, à quarante castors marchand
Seize capots moyens 8lt / pièce 128
Soixante-quatre livres de plomb en navette[3] 3s 6d / livre 11 4
Trois grandes chemises de Crête 3lt 15s / pièce 11 5
Douze paquets de grands couteaux, douze paquets de moyens couteaux, vingt paquets de jambettes[4], demie grosse d’alênes, douze harpons du magasin, soixante-et-dix fers de flèche 120 10
Douze ? [12]
Soixante petites huches 18s / pièce 54
Six grandes huches 38s / pièce 11 8
Quarante-quatre ? 15s / pièce 33
Quatre rets à saumon et les lignes 30lt / pièce 120
Dix rets à truite et les lignes 20lt / pièce 200
Vingt-quatre livres de gros fil à esturgeon 30
Trois cents pierres à fusil 20s / cent 3
Trente-six livres de mèche 4s / livre 7 4
Un baril de raisins 52 10
Une demi-livre de coton pour la lampe 10
Un quart d’huile à brûler 10
Médicaments 24
Trente couvertes 18lt / pièce 540
Un quart d’eau-de-vie de douze pots 40s / pot 24
Cinq tapabords de drap gris 3lt 8s / pièce 17
Vingt livres de chandelles 16s / livre 16
Une pièce de corde à voile de trois aunes 13
Un filet à prendre ? tout monté 50
Sept lignes à morues 45s / pièce 15 15
Trois aunes de drap rouge du Poitou 5lt 10s 19
Cinq aunes de drap bleu 5lt 10s 30
Huit aunes de drap rouge du sieur Lebarbier 7lt / l’aune 56
Quarante-deux hains[5] à morues 3s / pièce 6 6
Dix hains à maquereau 8
Douze aiguilles à ? 9
Treize petites lignes empilées 2 5
Trois couteaux à habiller et un à étêter 35s / pièce 9
Six petites gaffes[6] et six diguets[7] 6s / pièce 1 6
Vingt-quatre chaudières tant grandes que petites, pesant 77 ½ livres 30s livre 115 10
Un filet du sieur Marsolet néant
Un pain de sucre 4
Du poivre, une livre et de la muscade, du clou de girofle à volonté 1 10
Un filet du sieur Marsolet 20
Six fusils et quatre pistolets 319
Huit livres de plomb 2
Trois livres de poudre 5 2
Quatre livres de fil à rets 6
Deux plats d’étain et six assiettes 15 8
Une poêle à frire 4
Trois bassins de cuivre 6
Un bassin d’étain 3
Un plat pour faire le poêle 1
Une salière d’étain 1
Une demi-douzaine de cuillères 18
Un chandelier 1 10
Deux lanternes 3
Un gril 3
Une grande et une petite marmite avec leur cuillère 10
Six nappes de table 12
Six serviettes fines 8
18 serviettes grosses 12
Quatre compas et quatre horloges de sable 6
Deux tas, un pot d’étain, chopine et demi pot 6
Total 3 789lt 8s 9d
Marchandises embarquées par Jean Bourdon après le 9 mai 1654
Six paires de souliers 4lt 5s / pièce
Douze grands pains
Quatorze pains blancs
Vingt douzaines d’œufs
Six livres de beurre
Quatre langues
Cinquante livres de plomb
Extrait. Mémoire de ce que Jean Bourdon a fait embarquer sur le navire Le Petit Saint-Jean. 9 mai 1654. (Source : BAnQ. TL5, D31. Collection Pièces judiciaires et notariales)

Extrait. Mémoire de ce que Jean Bourdon a fait embarquer sur le navire Le Petit Saint-Jean. 9 mai 1654.
(Source : BAnQ. TL5, D31. Collection Pièces judiciaires et notariales)

Le départ

Le navire Le Petit Saint-Jean quitte La Rochelle le 12 mai. Il arrive « Dieu aidant » à Québec à une date inconnue.

De l’équipage, nous connaissons :

  • René Boutin, capitaine
  • Jean Dupuis, charpentier

Sur les six navires, quatre partent de La Rochelle et deux de Nantes. Ils sont :

  • La Colombe Mouillée, de La Rochelle (capitaine Jean Guionneau), frétée par Bibault, Paul Thévénin et consorts;
  • La Fortune (100 tx), de Nantes (capitaine Pierre Le Besson), frétée par Auboyneau;
  • Le Patriarche Abraham, de La Rochelle (capitaine Guillaume Poulet);
  • Le Petit Saint-Jean, de La Rochelle (capitaine René Boutin), frété par Jean De Roy, Jean Chanjon et consorts;
  • Le Saint-Nicolas, de La Rochelle;
  • La Vérie, de Nantes.
Caractéristiques des navires composant la flotte de 1654 à destination de Québec. (Source : Collection Guy Perron)

Caractéristiques des navires composant la flotte de 1654 à destination de Québec.
(Source : Collection Guy Perron)

Le 25 août[8], à la requête de René Boutin, capitaine du navire, et de Guillaume Feniou, le notaire Guillaume Audouart se rend « au lieu appelé le cul-de-sac au dessous du fort Saint-Louis » à Québec pour visiter le navire Le Petit Saint-Jean qui y est échoué. Feniou agit en tant que représentant des marchands qui ont embarqué des marchandises dans le navire.

Le cul-de-sac est un lieu où les navires vont ordinairement tous les ans lorsqu’ils ont besoin d’être réparés.

Sont aussi présents sur les lieux : Guillaume et Jean Poulet, capitaines, et Thomas Lequin, pilote, du navire Le Patriarche Abraham et les charpentiers de navire Jean Dupuis, Joseph Hébert, Pierre Le Tardif et Antoine Poulet.

Le navire Le Petit Saint-Jean a été amené au cul-de-sac à cause de la « grande voie d’eau » qu’il fait, n’étant pas capable de pouvoir faire son retour en France. Les charpentiers racontent que le navire ne peut supporter « son bas lest » ayant été rempli d’eau pendant vingt-quatre heures.

Le capitaine Boutin a été contraint de le retirer et de le transférer dans un autre endroit pour le faire réparer avec l’assistance des habitants, matelots et charpentiers de navire.

Comme le navire Le Petit Saint-Jean est incapable de retourner en France, Guillaume Feniou laisse quelques marchandises entre les mains de Charles Sevestre, commis général des magasins à Québec, pour en faire la vente au mieux de son pouvoir.

Les marchandises appartiennent à Mousnier et consorts, marchands de La Rochelle. L’inventaire est fait le 22 octobre par Feniou et déposé au greffe du notaire Audouart le 27 octobre suivant par Sevestre[9].

Inventaire des marchandises laissées par Guillaume Feniou entre les mains de Charles Sevestre

22 octobre 1654

Quarante-deux barriques de farine
Quatorze barils de lard
Deux rôles de tabac presque tout pourri
Une cédule de René Maheu de 140lt
Une obligation de Morice, maçon, de 70lt
Une obligation de Liénard, maçon, de 30lt
Une obligation de Saint-Amant, 60lt
Une obligation de Lafontaine, 78lt
Une obligation de Martin Grouvel, 270lt

Inventaire des marchandises de la cargaison du navire Le Petit Saint-Jean

laissées par Guillaume Feniou entre les mains de Charles Sevestre

22 octobre 1654

Cinq barriques de vin gâté
Huit rôles de tabac presque tout pourri
Mémoire du sieur de Lespinay, 302lt

Le retour

Considérant l’état du navire Le Petit Saint-Jean, nous pensons qu’il n’est pas retourné en France à l’automne 1654.

Un an plus tard[10], à titre de procureur des marchands rochelais Mousnier et consorts, Louis d’Ailleboust se présente devant le notaire Audouart pour faire état des ventes faites par Charles Sevestre concernant les marchandises laissées par Feniou.

Il appert que Sevestre a vendu les marchandises suivantes au profit de Mousnier et consorts :

Marchandises vendues par Charles Sevestre Prix unitaire
Quarante barriques de farine 60lt / pièce 2 400lt
Treize barils de lard 60lt / pièce 780lt
Cinq barriques de vin gâté 5lt / pièce 125lt
Total 3 305lt
Mémoire du sieur de Lespinay ajout de 302lt
Total 3 607lt
Arrêté du Conseil de la Nouvelle-France retrait de 300lt
Total 3 307lt

Pour le paiement des 3 307lt et pour être quitte envers Mousnier et consorts, Charles Sevestre a fait embarquer dans le navire Le Sacrifice Abraham [sic[11]], commandé par le capitaine Guillaume Poulet, les marchandises suivantes :

Poids Prix unitaire
Un poinçon de castor gras 229 livres 15 onces 14lt / pièce 3 220lt
Une robe de castor 6 livres 2 onces 14lt / pièce 84lt
Total 3 305lt

Ces marchandises ont été livrées au sieur Le Gaigneur à La Rochelle.

 


[1] AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Registres d’audiences. B199. 14 janvier 1654. Vue 9/67.
[2] BAnQ. TL5, D31. Collection Pièces judiciaires et notariales. 9 mai 1654.
[3] Plomb fondu et purifié en lingots.
[4] Petit couteau de poche pliant.
[5] Hameçon.
[6] Perche avec un croc de fer à deux branches dont l’une est droite et l’autre courbe.
[7] Terme de pêche. Fer barbelé que l’on ajuste à une perche pour prendre le poisson plat.
[8] BAnQ. Notaire Guillaume Audouart dit Saint-Germain. 25 août 1654.
[9] BAnQ. Notaire Guillaume Audouart dit Saint-Germain. 27 octobre 1654.
[10] BAnQ. Notaire Guillaume Audouart dit Saint-Germain. 5 octobre 1655.
[11] Lire le navire Le Patriarche Abraham.

Publicités

Catégories :Canada, Expéditions de navires, HISTOIRE, La Rochelle, Nouvelle-France, Québec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s