Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

113 – Les engagés levés par Voyer d’Argenson pour le Canada en 1658

À La Rochelle, en 1658, de nouveaux joueurs s’ajoutent aux recruteurs habituels des engagés vers la Nouvelle-France que sont Pierre Gaigneur, Arnaud Peré et François Peron. Pierre de Voyer d’Argenson est l’un de ceux-là. Il est nul autre que le gouverneur et lieutenant général pour Sa Majesté en la Nouvelle-France !Recrutement - Le blogue de Guy Perron

À la suite de sa nomination, en janvier 1657, le nouveau gouverneur embarqua pour la Nouvelle-France à bord du navire Les Armes d’Amsterdam, le 10 avril suivant, mais revint en France après que le navire fit relâche en Irlande.

Il se reprend en 1658. Le 12 avril, « haut et puissant » Messire Pierre de Voyer, chevalier et vicomte d’Argenson, se présente devant le notaire Abel Cherbonnier à La Rochelle pour consigner par écrit les conditions d’engagement des hommes qu’il a recruté pour aller travailler à Québec.

Intitulé. Engagés. Voyer d'Argenson. 1658.

Comme à son habitude, le notaire rochelais rassemble en un rôle commun tous les engagés partant sur le même navire. Voyons ce que contient l’ « Acte de ceux qui sont obligés A Monsieur dargenson pour Canada 1658 »[1].

Acte de ceux qui sont obligés à Monsieur d’Argenson pour le Canada 1658.

(graphie contemporaine)

Aujourd’hui douzième d’avril mille six cents cinquante-huit et autres jours suivants ont comparus tous les ci-après nommés par-devant moi Abel Cherbonnier, notaire royal en la ville et gouvernement de La Rochelle. Lesquels ont volontairement reconnu avoir demeuré d’accord avec haut et puissant Messire Pierre de Voyer, chevalier, vicomte d’Argenson, gouverneur et lieutenant général pour Sa Majesté en la Nouvelle-France, pour ce personnellement établi, stipulant et acceptant dès lors que ledit seigneur les requerra ou fera requérir s’embarquer en tel navire qu’il lui plaira, pour passer, sauf les fortunes de la mer[2], au lieu de Québec, pays de Canada. Pour soit audit Québec que autres endroits dudit Canada demeurer au service, fidelité et obeissance dudit seigneur et de ceux de ses officiers qui leur ordonnera au fait de la milice et à tel autre emploi honnête et civil, le temps et cours de trois années prochaines, consécutives et sans intervalle qui commenceront du jour qu’ils mettront pied à terre audit Québec aux gages et salaires ci-après exprimés. Et encore à la charge qui leur fera fournir leur nourriture durant lesdites trois années et qu’il ne leur sera rien demandé pour leur passage et dépense; ce que ledit seigneur d’Argenson leur a accordé. Et à l’effet de ce que dessus sans renoncer à toutes choses contraire à ces présentes. La teneur et effet desquelles, ils ont promis et juré et jugé tenir et garder inviolablement. Dont à ce faire, ils en ont de leur consentement été jugés et condamnés par ledit notaire sous soumissions. Fait à La Rochelle, les jour et an susdits.

Fait, clos et signé par ledit seigneur en l’étude de moi notaire, le vingtième des dits mois et an. En présence d’Étienne Gascherie et Louis Ouvrard, clercs, demeurant en ladite Rochelle.

(Suivent les conditions de chaque engagé)

Du 12 au 20 avril, Voyer d’Argenson fait venir les quatre engagés qu’il a recruté dans l’étude du notaire Cherbonnier, sur la rue Château-Gaillard, pour convenir de leurs conditions d’engagement.

Chaque engagé décline ses prénom et nom, son lieu d’origine et son âge. La profession n’est pas mentionnée ! Le notaire écrit le salaire annuel et l’avance qu’on lui accorde. Seul l’engagé Priqué ne sait signer.

Le premier engagé à s’enrôler est Pierre Gilbert dit Lamarche. Il est suivi de Jean Légier dit Latour, François Girard sieur Dufay puis de François Priqué.

Ces engagés sont tenus de travailler pendant trois années à Québec, ou ailleurs, à 75 livres par année, au service du gouverneur ou de ceux de ses officiers « au fait de la milice et à tel autre emploi honnête et civil ». Au total, 140 livres sont accordées en avance de salaire aux quatre engagés.

De plus, les engagés seront nourris le temps de leur engagement (trois ans) et il ne leur sera demandé aucun frais pour leur passage et leur dépense (durant la traversée).

Extrait. «Acte de ceux qui sont obligés A Monsieur dargenson pour Canada 1658 ». 12 avril 1658. (Source : AD17. Notaire Abel Cherbonnier. Liasse 3 E 1128, fol. 113).

Extrait. «Acte de ceux qui sont obligés A Monsieur dargenson pour Canada 1658 ». 12 avril 1658.
(Source : AD17. Notaire Abel Cherbonnier. Liasse 3 E 1128, fol. 113).

Qui sont ces engagés de 1658 ?

Pierre Gilbert dit Lamarche Jean Légier dit Latour
François Girard sieur Dufay François Priqué
Tableau des engagés levés par Voyer d’Argenson en 1658. (Source : Collection Guy Perron)

Tableau des engagés levés par Voyer d’Argenson en 1658.
(Source : Collection Guy Perron)

Origine des engagés levés par Voyer d’Argenson en 1658. (Source : Collection Guy Perron)

Origine des engagés levés par Voyer d’Argenson en 1658.
(Source : Collection Guy Perron)

Les engagés sont originaires de l’Aunis, de la Guyenne, de l’Île de France et de l’Orléanais.

Nous ignorons sur quel navire se sont embarqués le gouverneur Voyer d’Argenson et ses engagés à La Rochelle. Le journal des Jésuites mentionne qu’ils sont arrivés à Québec, le 11 juillet à 14 heures. Le Père jésuite Claude-Jean Allouez était à bord[3].

Que sont-ils devenus ?

Les quatre engagés (100 %) retournent en France dès leur engagement terminé ou peu après : Gilbert (1661), Girard (1661), Légier (1663) et Priqué (1661).

 

 

GILBERT dit Lamarche, Pierre

(c.1623-     )

Originaire de La Rochelle (Aunis), il s’engage à 35 ans, le 12 avril 1658, pour aller travailler au Canada durant trois ans à raison de 75 livres par an (avance de 30 livres). Est nourri par Pierre de Voyer d’Argenson, gouverneur de la Nouvelle-France, pendant son passage et la durée de son engagement. Il signe. Il quitte La Rochelle à destination de Québec où il arrive le 11 juillet à 14 heures. Semble repartir pour de bon en France, en 1661, après ses trois années d’engagement.
 1658_engagement_gilbert_pierre
Source : AD17. Notaire Abel Cherbonnier. Liasse 3E1128, folio 113 (12 avril 1658).
Note : Un Pierre Guilbert, fils d’Antoine et de Jeanne Laplante, est baptisé le 24 novembre 1632 dans la chapelle Sainte-Marguerite de La Rochelle. Est-ce lui ? (Source : AD17 en ligne)

GIRARD sieur Dufay, François

(c.1630-     )

Originaire de La Neuville (Orléanais), il s’engage à 28 ans, entre le 12 et 20 avril 1658, pour aller travailler au Canada durant trois ans à raison de 75 livres par an (avance de 30 livres). Est nourri par Pierre de Voyer d’Argenson, gouverneur de la Nouvelle-France, pendant son passage et la durée de son engagement. Il signe. Il quitte La Rochelle à destination de Québec où il arrive le 11 juillet à 14 heures. Semble repartir pour de bon en France, en 1661, après ses trois années d’engagement.
 1658_engagement_girard_francois
Source : AD17. Notaire Abel Cherbonnier. Liasse 3E1128, folio 113 (12 avril 1658).
Note : Les registres paroissiaux des neuf paroisses ayant la dénomination La Neuville ne commencent qu’en 1793. (Source : AD60 en ligne)

LÉGIER dit Latour, Jean

(c.1638-     )

Originaire de Coutras (Guyenne), il s’engage à 20 ans, entre le 12 et 20 avril 1658, pour aller travailler au Canada durant trois ans à raison de 75 livres par an (avance de 30 livres). Est nourri par Pierre de Voyer d’Argenson, gouverneur de la Nouvelle-France, pendant son passage et la durée de son engagement. Il signe. Il quitte La Rochelle à destination de Québec où il arrive le 11 juillet à 14 heures. Il est qualifié de soldat en 1663. Semble repartir pour de bon en France après 1663.
 1658_engagement_legier_jean
Source : AD17. Notaire Abel Cherbonnier. Liasse 3E1128, folio 113 (12 avril 1658).
Note : Des recherches dans les registres paroissiaux de Coutras, entre 1636 et 1640, ont été vaines. (Source : AD33 en ligne)
Voir aussi : Marcel Trudel, La population du Canada en 1663, Éditions Fides, collection Fleur de Lys, 1973, p. 223.

PRIQUÉ, François

(c.1641-     )

Originaire de Paris (Île de France), il s’engage à 17 ans, entre le 12 et 20 avril 1658, pour aller travailler au Canada durant trois ans à raison de 75 livres par an (avance de 50 livres). Est nourri par Pierre de Voyer d’Argenson, gouverneur de la Nouvelle-France, pendant son passage et la durée de son engagement. Il signe. Il quitte La Rochelle à destination de Québec où il arrive le 11 juillett à 14 heures. Semble repartir pour de bon en France, en 1661, après ses trois années d’engagement.
 1658_engagement_prique_francois1
1658_engagement_prique_francois2
Source : AD17. Notaire Abel Cherbonnier. Liasse 3E1128, folio 113 (12 avril 1658).
Pierre de Voyer d’Argenson (1625-1709). (Source : Archives de la Ville de Montréal. P0057-1)

Pierre de Voyer d’Argenson (1625-1709).
(Source : Archives de la Ville de Montréal. P0057-1)

 


[1] AD17. Notaire Abel Cherbonnier. Liasse 3 E 1128, fol. 113 (pièce 2). 12 avril 1658.
[2] Perte ou dommage fortuitement occasionné à un navire ou à sa cargaison (ex. : guerre, naufrage, feu, etc.).
[3] Abbés Laverdière et Casgrain, Le Journal des Jésuites, Québec, Léger Brousseau, 1871, p. 237.

Publicités

Catégories :Engagés, France, GÉNÉALOGIE, HISTOIRE, La Rochelle, Nouvelle-France, Québec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s