Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

99 – Le 10 novembre 1615, naissance de François Peron (1615-1665)

Aujourd’hui, 10 novembre, marque le 400e anniversaire de la naissance de François Peron, marchand-engagiste, bourgeois et avitailleur de La Rochelle.400

Alors qu’il y a soulèvement des protestants dans certaines provinces de France, et à l’approche du mariage de Louis XIII avec une infante d’Espagne, le prêche du dimanche 15 novembre 1615 à La Rochelle revêt un caractère particulier. En effet, le marchand teinturier Jean Peron présente à Dieu son fils cadet, prénommé François. La mère, Marie Peneau, est absente car elle a accouché le mardi précédent, le 10 novembre. Le parrain est François Piguenit, noble homme, échevin et marchand rochelais. La marraine est Anne Fondomier, seconde épouse du notaire royal Jean Cherbonnier et une amie de la mère.

Ainsi, François Peron est baptisé le 15 novembre 1615[1] dans le Grand Temple par Samuel Loumeau[2], l’un des pasteurs les plus marquants de l’Église de La Rochelle.

Acte de baptême de François Peron. 15 novembre 1615. (Source : AD17 en ligne. I 159 (I 23). La Rochelle. Collection du greffe. Pastoral. Baptêmes. Grand Temple. 1610-1622. Vue 81/169.

Acte de baptême de François Peron. 15 novembre 1615.
(Source : AD17 en ligne. I 159 (I 23). La Rochelle. Collection du greffe. Pastoral. Baptêmes. Grand Temple. 1610-1622. Vue 81/169.

francois fils de Jean pairon et de marie peneau pairin _
francois piguenit m[arraine] Anne fondomier Lenfent eSt _
ne Le 10e dudit mois. _
Signé : f piguenyt (paraphe).

La religion de François est le calvinisme; sa ville natale, La Rochelle. Voilà deux éléments qui marqueront à jamais son existence. Comme nombre de ses compatriotes, il adhère également à la Confession de foi de La Rochelle.

Une enfance assiégée

Le jeune François a-t-il été confié à un « instituteur d’enfants » qu’on trouve en grand nombre dans la ville ? Comme tout garçon de sept ans, il doit « répondre » au catéchisme du dimanche après-midi. Plus tard, a-t-il fréquenté l’Académie de La Rochelle, puis un collège protestant d’une autre ville ?

En tout cas, jusqu’au Grand Siège, François vit douze années perturbées par de nombreuses escarmouches entre protestants et catholiques et quelques moments de paix précaire. À six ans, il est témoin du blocus établi par l’armée royale autour de La Rochelle. On commence la construction d’un fort, le Fort-Louis. Comprend-il vraiment la situation ? À tout le moins, il constate les événements qui se terminent par la paix de Montpellier en 1622.

Puis, en 1625, on tente un coup de force contre les royaux. Un traité, un autre, est signé en 1626. Certes, à La Rochelle, la fièvre monte ! On entasse des vivres en vue d’un siège, celui de 1627-1628. Comment un jeune adolescent peut-il oublier toutes les horreurs qui allaient suivre ? Famine, maladie, mortalité, haine, agonie; il vivra tout ça, mais il verra aussi l’héroïsme et la détermination des siens de vivre à tout prix.

Après avoir habité chez son frère Luc, après le décès de leur mère, François Peron prend pignon, au 17, rue Saint-Yon, à La Rochelle. Peut-être a-t-il pratiqué le métier de teinturier, comme son père et son frère ? Homme d’action, il tente sa chance et négocie pour son propre compte. La voie du commerce libre s’ouvrant devant les marchands rochelais, il devient marchand-engagiste, bourgeois et avitailleur.

En analysant de plus près sa signature, son paraphe, sa marque et son cachet de cire, nous constatons qu’il attache une grande importance à son identification.

Travailleur acharné, François Peron taquine sans cesse le destin pour atteindre ses buts, prendre sa place dans la bourgeoisie commerçante et réussir. Il est enterré le 18 septembre 1665, à l’âge de 49 ans et 10 mois, dans l’ancien cimetière des réformés à La Rochelle.

En 1999, à sa mémoire, La Ville de La Rochelle nommait l’« Allée François Peron 1615-1665 » dans le quartier des Minimes.

(Source : Collection Guy Perron)

(Source : Collection Guy Perron)

 


[1] AD17 en ligne. I 159 (I 23). La Rochelle. Collection du greffe. Pastoral. Baptêmes. Grand Temple. 1610-1622. Vue 81/169.
[2] Il a, semble-t-il, commencé sa carrière comme médecin, mais son origine reste inconnue. Son ministère à La Rochelle, qui dure jusqu’à sa mort, est exceptionnellement long, puisqu’il s’étend de 1594 à septembre 1629 au moins. Marié entre 1596 et 1602, et père de deux filles, c’est un fervent de botanique. Étienne Trocmé « L’Église réformée de La Rochelle jusqu’en 1628 », Bulletin, SHPF, vol. 29 (juillet-septembre 1952), p. 161-162.

Publicités

Catégories :Famille Peron - Perron, France, La Rochelle

2 réponses

  1. Encore un article des plus intéressnts! Merci Guy!

  2. wow vraiment fier de découvrir mon ancêtre (surement un des plus cool)^^ merci !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s