Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

94 – Le remariage de Louise Gargotin

Veuve, Louise Gargotin ne tarde pas à se remarier comme c’est la coutume dans la colonie. D’autant qu’elle a cinq enfants à sa charge et une terre à exploiter à L’Ange-Gardien !

C’est ainsi que onze mois après le décès de Daniel Perron dit Suire, Louise prend époux en la personne de Charles-Louis Alain, âgé de 40 ans.

Contrairement à ce qui est écrit dans les registres paroissiaux de L’Ange-Gardien, la date de leur mariage n’est pas du 7 janvier 1678, mais bien du 7 janvier 1679.

Acte de mariage de Charles-Louis Alain et de Louise Gargotin. 7 janvier 1679. (Source : Registre BMS de L’Ange-Gardien. Généalogie Québec. Vue d1p_31490732)

Acte de mariage de Charles-Louis Alain et de Louise Gargotin. 7 janvier 1679.
(Source : Registre BMS de L’Ange-Gardien. Généalogie Québec. Vue d1p_31490732)

Le septiesme jour de janvier mil six cent soixante et dix huict [sic] _
apres les fiançailles et publication de deux bans avec dispense du troisieme _
de mariage d’entre charles louis alein et de louise gargotine tous deux de _
l’ange gardien, ie soussigné les avoir marié dans l’eglise de l’ange gardien _
selon La forme prescrite de l’Eglise catholique presence de charles _
garnier et de jacques maretre. _
Signé : g Gaultier pr[être] miss[ionnaire], C Garnier (paraphe), Jacques marette (paraphe).

Les futurs mariés avaient fait rédiger leur contrat de mariage devant le notaire Paul Vachon, la semaine avant, le mercredi 28 décembre 1678. Dans ce contrat, il est mentionné que Alain est « travaillant demeurant ordinairement a la paroisse de lange gardien ». Il est fils de Pierre Alain et de Marie Lefebvre, de la paroisse de Saint-Sulpice au faubourg de Saint-Germain de Paris. Aussi, les enfants seront nourris et entretenus aux dépens de la communauté Perron-Gargotin jusqu’à ce que chacun ait atteint l’âge de quinze ans.

On connaît peu l’existence de Charles-Louis Alain. signature_alainIl serait arrivé peu avant 1667, puisqu’à 27 ans, il figure au recensement à titre de domestique de Robert Laberge à L’Ange-Gardien. En novembre 1670, Alain agit comme témoin dans le procès criminel intenté par Jean Gaboury, pour son frère Antoine, contre Jean Jacquereau[1]. Dans son témoignage, Alain déclare être natif de Châtellerault ! En 1676, il est confirmé dans la seigneurie de Dombourg (Neuville).

De l’union Alain-Gargotin va naître une fille, Marie. Née et baptisée le 30 novembre 1680 à L’Ange-Gardien, « Marie Halein » succombe le 23 mars 1681 âgée de près de quatre mois.

Acte de baptême de Marie Alain. 30 novembre 1680. (Source : Registre BMS de L’Ange-Gardien. Généalogie Québec. Vue d1p_31490723)

Acte de baptême de Marie Alain. 30 novembre 1680.
(Source : Registre BMS de L’Ange-Gardien. Généalogie Québec. Vue d1p_31490723)

lan mil Six cent quatre vingt le trentieme Jour de novembre _
par moy SouSigné preStre faiSant leS fonctions curialles _
dans la parroiSSe de lange Gardien a esté baptizée marie _
fille de charles halein et de LoüiSe Gargottine Sa femme _
née le meSme Jour le parrain a esté rené Le Tartre _
et la marraine marie pagé qui ont declaré ne Scavoir _
Signer de ce interpellez Suivant lordonnance. _
Signé : gGaultier preStre

En 1680, la terre de L’Ange-Gardien est inscrite au Censier général du domaine de la seigneurie de Beaupré. La généalogie de cette concession se dessine comme suit :

Item par la veufve et Enfant de deffunt françois Daniel Suire, Trois arpens de terre de front Sur ledit fleuve, Et lieüe et demie de profondeur , a la charge de payer audit domaine par chacun an au jour de Saint Martin unziesme de Novembre soixante sols en argent, Et un chapon vif de rente seigneurialle, avec trois sols de cens portant Lods et ventes saisines et amendes suivant ladite coustume de Paris, Et d’executer les autres clauses et conditions portées par le Tiltre de concession cy apres datté, apartenant audit Suire comme creancier de feu sieur Peron qui estoit aux droits de Michel Desorcis qui en avoit fait acquest de René Cosset par contract passé devant ledit Audouart notaire le vingt neufiesme jour d’octobre mil six cent cinquante neuf, Et ledit Cosset du sieur Olivier leTardif par autre contract passé devant ledit Audouart notaire le troisiesme septembre mil six cent cinquante six, Le sieur leTardif en avoit obtenu tiltre de Concession de Mondit sieur deLauzon le vingtiesme de fevrier mil six cent cinquante quatre de six arpents de terre, dont trois sont possedez par la veufve et Enfant de Pierre Gendreau, cy 3l 3s 1 ch[apon].
Source : André Lafontaine, Recensement annoté de la Nouvelle-France 1681, Sherbrooke, 2e édition, 1986, p. 319.
Emplacement de la terre de Louise Gargotin et des héritiers de Daniel Perron dit Suire en 1681. (Source : André Lafontaine, Recensement annoté de la Nouvelle-France 1681, Sherbrooke, 2e édition, 1986, p. 212)

Emplacement de la terre de Louise Gargotin et des héritiers de Daniel Perron dit Suire en 1681.
(Source : André Lafontaine, Recensement annoté de la Nouvelle-France 1681, Sherbrooke, 2e édition, 1986, p. 212)

En octobre 1680[2], Charles-Louis Alain avait acquit de Jacques Brin dit Lapensée une terre de 66 arpents en superficie située au village de Beauport. Pourquoi cet achat ? Le couple Alain-Gargotin vient d’apprendre la venue à Québec du marchand rochelais Jean-Baptiste Garos, créancier de feu François Peron. Rappelons qu’en 1674, il s’était opposé à l’adjudication de la terre de L’Ange-Gardien au profit de Daniel Perron. Dès janvier 1681, Garos ne tarde pas et entreprend la contestation de cette adjudication et demande à Louis Gargotin de quitter la terre !

Fait étonnant, le contrat de vente Alain-Brin est signé dans la maison de Jacques Marette. Louise Gargotin a-t-elle été obligée de quitter temporairement sa terre et ce, jusqu’au règlement du procès ? La terre de Beauport a-t-elle été acquise en cas de perdre celle de L’Ange-Gardien ? Quoiqu’il en soit, le 5 septembre 1681, le Conseil souverain met à néant l’appel de Jean-Baptiste Garos. Un mois plus tard[3], Alain revend la terre de Beauport à Robert Drousson.

Au recensement de 1681, le couple Alain-Gargotin possède deux bêtes à cornes, un fusil et 15 arpents en valeur à… L’Ange -Gardien. Deux enfants seulement habitent avec eux, Jean (8 ans) et Anne (5 ans). L’aîné, Antoine (16 ans), est domestique chez Martin Prévost. Quand à Marie (14 ans) et Madeleine (11 ans), elles doivent être servantes chez des habitants qui nous sont inconnus.

Recensement nominatif de la famille Alain-Gargotin, p. 130 et 131. (Source : BAC, Recensement du Canada fait par l’intendant Du Chesneau. 14 novembre 1681. Série G1. Dépôt des papiers publics des colonies; état civil et recensements. R11577-26-1-F)

Recensement nominatif de la famille Alain-Gargotin, p. 130 et 131.
(Source : BAC, Recensement du Canada fait par l’intendant Du Chesneau. 14 novembre 1681. Série G1. Dépôt des papiers publics des colonies; état civil et recensements. R11577-26-1-F)

Espérant terminée l’affaire de la succession vacante de François Peron, voilà que le couple Alain-Gargotin voit réapparaître Jean-Baptiste Garos en 1684 ! Jusqu’en 1687, il tentera de récupérer les sommes qui lui sont dues ! Il réussira en partie…, mais Louise demeurera en possession de la terre de L’Ange-Gardien pour le bien-être de sa famille.

Une fois de plus, Louise va survivre à son mari. Charles-Louis Alain (59 ans) décède le 15 août 1699 à L’Ange-Gardien. Il est inhumé le lendemain dans le cimetière paroissial.

Au crépuscule de sa vie, Louise vivra quelques démêlés avec ses enfants à propos de l’héritage de leur père. Ce sera son chapitre final.

 


[1] BAnQ. TL5, D69. Collection Pièces judiciaires et notariales. 3 novembre – 12 décembre 1670.
[2] BAnQ. Notaire Paul Vachon. 28 octobre 1680.
[3] BAnQ. Notaire Paul Vachon. 24 octobre 1681.

Publicités

Catégories :Famille Peron - Perron, France, GÉNÉALOGIE, La Rochelle, Thairé d'Aunis

2 réponses

  1. Plan de L’Ange-Garden dit datée 1661. Mon ancêtre Pierrre dit Gendreau Lapoussiere était vivant en 1661 et ws pas mariés jusqu’à 1663. Suis-je lire la date de la carte erronée?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s