Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

86 – Le naufrage du navire La Vierge au Canada en 1658

Quelques mois après son expédition à Québec, voilà que le navire La Vierge est prêt pour une autre aventure. Et quelle aventure !

Navire dans les glaces (Théodore de Bry) (Source : http://histoiressingulieres.over-blog.com)

Navire pris dans les glaces (Théodore de Bry)
(Source : http://histoiressingulieres.over-blog.com)

Bourgeois pour une tierce partie de la flûte La Vierge (150 tx), le marchand rochelais Antoine Lucas l’avitaille pour aller faire la pêche à la morue « à la côte de Canada ».

Commandé par Fabien Marot (bourgeois pour 1/3), la flûte quitte la côte rochelaise le 12 mars 1658.

Faisant sa route, le navire se perd et est « sursis à la mer ». Le 7 avril, alors qu’il est à la hauteur de 45 degrés de latitude nord et sud du cap de Ray (Terre-Neuve) et à 18 lieues du Cap-Breton, La Vierge rencontre du mauvais temps… et des glaces ! Le navire touche un banc de glace[1], crève et coule bas…

Emplacement présumé du naufrage du navire La Vierge. (Source : Extrait. Carte du Grand Banc et des costes de Terre-Neuve. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE SH 18 PF 125 DIV 1 P 22)

Emplacement présumé du naufrage du navire La Vierge.
(Source : Extrait. Carte du Grand Banc et des costes de Terre-Neuve. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE SH 18 PF 125 DIV 1 P 22)

Sur le pont, seize hommes de l’équipage se mettent dans la chaloupe, mais arrive un coup de mer qui les jette hors du navire ! Ces seize hommes et Bernard Marot, père du capitaine, périssent…

Seize autres hommes de l’équipage, dont Laurent Delarache, embarquent dans la chaloupe qui vogue entre les glaces pendant 36 heures. Après avoir beaucoup souffert et sur le point de périr, ils sont secourus par un navire basque (100 à 120 tonneaux), de Saint-Jean-de-Luz, commandé par Martin Pouilliot.

Les « sauvés » sont mis à bord du navire basque et sont amenés à Saint-Jean-de-Luz après avoir fait la pêche !

Au hasard, Antoine Lucas rencontre l’un des seize survivants à La Rochelle et lui demande de se présenter devant l’Amirauté de La Rochelle. Le 17 octobre[2], Laurent Delarache, 19 ans, y fait son rapport sur la perte et le naufrage du navire La Vierge aux côtes du Canada.

Extrait. Rapport de Laurent Delarache sur la perte et le naufrage du navire La Vierge aux côtes du Canada. 17 octobre 1658. (Source : AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5663, fol. 391)

Extrait. Rapport de Laurent Delarache sur la perte et le naufrage du navire La Vierge aux côtes du Canada. 17 octobre 1658.
(Source : AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5663, fol. 391)

 


[1] Grand amas de glace flottant et immobile qui est généralement très peu élevé et en grande partie caché sous l’eau.
[2] AD17. Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5663, fol. 391 (anciennement pièce 216).

Publicités

Catégories :Acadie, Canada, Expéditions de navires, France, HISTOIRE, La Rochelle, Nouvelle-France, Terre-Neuve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s