Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

65 – Le Grand Temple de La Rochelle (1629-1689) 2/2

Le 15 janvier 1629, le Parlement de Paris vérifie et enregistre la « Déclaration » de Louis XIII qui suivait la reddition de La Rochelle après le Grand Siège de 1627-1628.

dessin_grand_templeL’historien J.-B.-E. Jourdan résume quelques articles de cette déclaration[1] :

  • que le culte catholique, dont l’exercice avait été suspendu depuis plusieurs années à La Rochelle, serait rétabli (article I), mais que le libre exercice du culte protestant serait maintenu (article IX);
  • que les ecclésiastiques rentreraient en possession de leurs anciens domaines non aliénés (article IV);
  • que le Grand Temple, construit par les protestants sur la place du Château, serait transformé en Cathédrale, après que le Roi aurait obtenu du Saint Père que le siège de l’un des évêchés voisins fut transféré à La Rochelle (article IX);
  • que les cinq paroisses anciennes de la ville seraient réduites à trois (article II), à savoir : Notre-Dame-de-Cougnes, Saint-Barthelémy et Saint-Sauveur. Les paroissiens de Saint-Jean-du-Perrot seraient reçus à la paroisse de Saint-Barthelémy et ceux de Saint-Nicolas à la paroisse de Saint-Sauveur.

On met les prêtres de l’Oratoire en possession du Grand Temple conformément à l’intention de Sa Majesté[2]. Déjà en 1629, ils travaillent à transférer le lieu de prêche en église en se faisant dresser des autels, en introduisant les images des saints et en lui donnant le cachet de la piété catholique, raconte Cholet[3].

Avec les Oratoriens reviennent ou viennent les religieux de la Charité et les religieuses Hospitalières, les Carmes, les Récollets, les Augustins, les Ursulines, les Dominicains, les Cordeliers, les Capucins, les Minimes, les Jésuites…[4]

 plan_place-du-chateau

Plan d’une partie de la paroisse Saint-Barthelémy au milieu du XVIIe siècle.

E : place du Château K : cimetière Saint-Barthelémy P : jeu de paume de Gargoulleau
F : fontaine royale L : hôpital Aufrédy ou Charité Q : Séminaire
G : la Monnaie M : vieille porte Neuve R : couvent des Ursulines
H : Grand Temple N : église Saint-Barthelémy S : logis du président
I : chapelle Sainte-Anne O : palais épiscopal T : couvent des Augustins
Source : Bibliothèque de l’Inspection du génie, ms 504 (alias fo 131g), folio 76, fig. 11. Publié dans La Cathédrale de La Rochelle, Poitiers, Ministère de la Culture (Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France) coll. « Images du Patrimoine », 1985, p. 2.

Dès 1630, le père André Jousseaume a le soin d’inscrire dans ses registres paroissiaux la prise de possession de cette nouvelle conquête de même que toutes les solennités catholiques, tous les actes importants de la religion qui se fond à l’église de Saint-Barthelémy-du-Grand-Temple (nouveau vocable)[5]. Aussi, les actes de la vie privée, les actes de la vie publique se trouvent confondus dans les registres de cette époque[6].

Le père Jousseaume débute l’enregistrement du premier baptême en ces termes :

« Le Seziesme Jour d’Avril L’an de grace Mil six Centz trante En LEglise de Ceans qui autre fois estoit le temple des hugenot Et donné par Sa Maiesté pour l’usage des Catholiques; fut baptisé… »[7].

De même, il débute le registre des mariages comme suit :

« Le Livre ou sont mis tous ceux qui ont espouse en Leglise de st Barthelemy du grand temple deppuis que le Roy Loys treziesme la donne aux Prestres de l’oratoire de Jesus pour servir deglise paroisiale dud. St Barthelemy Et a este prise la possession du Jour des Rameaux en Lannee mil six cens Trente, Et faict la benediction de lad. eglise et temple par nous soubzsigné Pretre de loratoire de Jesus curé de lEglise de st Barthelemy faisant la charge de grand vicaire et Juge Ecclesiastique pour Monseigr de Xaintes Michel Raoul Et par un pouvoir special[8]. »

 1630_prise-de-possession
Prise de possession du Grand Temple pour servir de paroisse de Saint-Barthelémy.
24 mars 1630.
Le service divin a Commance de se faire En leglise s[ain]t barthelemy du grand temple _
de cette ville Le dimanche des Rameaux ou Led[it] Temple qui avoit este basty _
par les pretandus a este procureur andre Jousseaume curé dicelle            Et _
exercant lors la charge de grand vicaire de lad[ite] ville et a este donne led[it] temple _
aux peres de loratoire pour servir de paroisse de s[ain]t barthelemy par veu de sa _
maieste; et y ont este mis en possession par monsieur de la thuilerie M[aîtr]e des _
Requestes et Intendant a la Justice en lad[ite] ville et pais daunis et autres provinces _
voysines en Lannee preSante mil six cens trente En laquelle Eglise y a une chapelle de _
n[ot]re dame en laquelle a este establye par nous La confrairie de s[ain]t Joseph du coste de Lepitre _
Et du coste de lEvangile du deppuis a ete dresse la chapelle de s[ain]t sac[remen]t _
Et La confrairie y establie du mesme s[ain]t sacrem[en]t par mons[eigneu]r de xaintes.
Source : AD17 en ligne. GG183. La Rochelle. Collection communale. Sépultures. Saint-Barthelémy. 1630-1650. Vue 105/198.

À la prière du cardinal de Richelieu, le Roi accorde des lettres patentes aux prêtres de l’Oratoire, en 1640, à l’effet de jouir du Grand Temple à perpétuité. Ils y continuent le service jusqu’en 1666, époque de l’établissement du Chapitre de la Cathédrale[9].

On se rappelle qu’à la suite du Grand Siège (1627-1628), Louis XIII décida de faire de La Rochelle un évêché. Son vœu se réalise en 1648 lorsque le pape Innocent X promulgue la bulle portant la suppression de l’ancien évêché de Maillezais et sa translation à La Rochelle. La date de l’existence officielle de l’évêché de La Rochelle est le 18 octobre 1648, un dimanche, jour de la Fête de Saint-Luc Évangéliste[10]. Aux termes d’un brevet, le Grand Temple est donné exclusivement à l’évêque et à son Chapitre[11]. Le nouvel évêché compte 321 paroisses[12].

Installée au Grand Temple depuis 1630, la paroisse de Saint-Barthelémy s’y trouva à merveille mais, après 36 ans de paisible jouissance (1630-1666), elle doit abandonner avec amertume le lieu au profit du chapitre de la Cathédrale[13]. En août 1668, on entreprend la construction d’une nouvelle église pour la paroisse de Saint-Barthelémy, sur les ruines de l’ancienne église du même nom, détruite cent ans auparavant, en 1568[14]. Mais ça, c’est une autre histoire…

Chronologie des propriétaires et occupants catholiques de l’édifice du Grand Temple jusqu’à son incendie (1629-1687) (Source : Collection Guy Perron)

Chronologie des propriétaires et occupants catholiques de l’édifice du Grand Temple jusqu’à son incendie (1629-1687)
(Source : Collection Guy Perron)

Le 9 février 1687, toutes les milices et la population entière sont réunies sur la place du Château, autour d’un feu de joie destiné à célébrer le rétablissement du Roi, raconte Jourdan[15].

« Le vent, qui était très fort, porta sans doute quelques flammèches sur l’immense charpente de l’édifice qu’aurait dû cependant préserver sa couverture de plomb, et le feu prit tout-à-coup une telle intensité qu’en peu d’heures ce beau monument fut entièrement consumé. La pluie de plomb fondu qui tombait de la toiture avait empêché les travailleurs d’approcher du foyer de l’incendie. À peine avait-on pu sauver le saint sacrement et quelques ornements[16]. »

Le bruit courut que, profitant des décharges de mousqueterie faites par la milice bourgeoise, un huguenot, mécontent de voir le Grand Temple construit par ses ancêtres servir au culte catholique, avait mis dans son fusil une balle pleine d’artifice, qu’il avait dirigée sous la charpente[17].

Les catholiques, écrit Dupont, vont accuser les protestants de ce malheur en prétendant qu’ils avaient mis méchamment le feu au temple. C’est le signal de nouvelles persécutions[18]. Ces récriminations réciproques fomenteront ainsi l’esprit d’animosités et d’hostilité déjà surexcité par la révocation de l’édit de Nantes[19].

Deux ans plus tard, on abat ce qui reste de l’incendie de la Cathédrale Saint-Barthelémy-du-Grand-Temple. Les murs calcinés seront réemployés dans les fortifications de la ville. Les premières assises de ses fondations s’ensevelirent sous le nivellement de la place d’Armes (aujourd’hui place de Verdun) qui s’agrandit alors de tout le périmètre du « Grand Temple » (lettre H), de celui de la chapelle Sainte-Anne (lettre I) et de son cimetière (lettre K), et de l’ancien hôtel des Monnaies (lettre G)[20].

Personnages ayant quitté La Rochelle pour Québec,
baptisés et mariés dans l’église Saint-Barthelémy-du-Grand-Temple
de 1630 à 1666.

N.B. Cette liste n’est pas limitative.

BAPTÊMES
Nom, prénom Date Folio Notes
BERNARD, André 12 juin 1644 95r Épouse Marie Giton en 1676 à Québec.
BOISDON, Louise 28 août 1650 141r Épouse Claude Pothier en 1670 dans l’église Saint-Jean-du-Perrot (La Rochelle). Inhumée à Montréal en 1702.
DAZEMAR, Louis 19 février 1652 152r Épouse Marie-Jeanne Babie en 1689 à Champlain.
DENIS, Marguerite 29 août 1647 123r Épouse de Michel Leneuf vers 1666 à La Rochelle.
DENIS, Richard 29 août 1647 123r Épouse Françoise Cailleteau en 1689 à Québec.
FRAPPIER, Hilaire 17 février 1647 119v Épouse Marie-Rose Petit en 1668 à Québec.
GAUTRON, Michel 16 octobre 1642 83r Épouse Catherine Poisson en 1673 à Québec.
GILBERT, Pierre 23 juin 1647 122v Épouse Michelle Lesdiller en 1685 à Trois-Rivières.
GODEAU, Marie 2 avril 1643 85v Épouse Pierre Petit en 1658 à Québec.
GUILLOT, Vincent 18 octobre 1645 105v Épouse Jeanne Sicart (FDR) en 1670 à Québec.
JEAN, Élie 10 mars 1641 70r Épouse Marie Gagné en 1676 à Québec.
JEAN, Pierre 19 février 1645 100v Épouse Françoise Favreau en 1668 dans l’église Saint-Sauveur (La Rochelle). Inhumé à Port-Joli en 1726.
MICHEL, Olivier 2 décembre 1645 106r Épouse Marie-Madeleine Cauchon en 1671 à Château-Richer.
MOITIÉ, Catherine (FDR) 14 juin 1649 134r Épouse Désiré Viger en 1667 à Montréal.
MOITIÉ, Marguerite (FDR) 29 janvier 1646 108r Épouse Joseph-Élie Gauthier en 1663 à Château-Richer.
NARP, Charles 11 décembre 1644 98r Contrat de mariage annulé avec Élizabeth-Thérèse Bertault en 1669 à Trois-Rivières.
NAVARRE, Marguerite (FDR) 26 décembre 1641 76r Épouse Étienne Roy en 1669 à Québec.
NOLAN, Marie-Michelle 2 avril 1664 85v Épouse Louis de Laporte en 1684 à Québec.
RONDEAU, Jacques 4 mars 1663 74v Épouse Françoise Beaudry en 1691 à Trois-Rivières.
FDR : Fille du Roi.
Source : AD17 en ligne. GG182. La Rochelle. Collection communale. Baptêmes. Saint-Barthelémy. 1630-1655. GG185. La Rochelle. Collection communale. Baptêmes. 1655-1666.
MARIAGES
DESCHAMPS, Marguerite 2 juin 1640 21r Épouse Jacques Poupeau. Épouse Jacques Poupin en 1656 à Québec.
ÉMARD, Barbe 21 mai 1648 53r Épouse Olivier Le Tardif en 1648. Inhumée en1659 à Beaupré.
ÉMARD, Madeleine 4 avril 1648 52v Épouse Pierre-Zacharie Cloutier. Inhumée le 30 mai 1708 à Château-Richer.
Source : AD17 en ligne. GG182. La Rochelle. Collection communale. Mariages. Saint-Barthelémy. 1630-1655.
Sites web consultés : Racines rochelaises. Inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France. Généalogie des français d’Amérique du Nord.

 


[1] J.-B.-E. Jourdan, Éphémérides historiques de La Rochelle, La Rochelle, A. Siret, premier volume, 1861, p. 10.
[2] Louis-Étienne Arcère, Histoire de La Rochelle et du pays d’Aunis, La Rochelle, R.-J. Desbordes, vol. 1, 1756, p. 600.
[3] Paul-François-Étienne Cholet, Notice historique sur la Cathédrale de La Rochelle, La Rochelle, J. Deslandes, 1862, p. 24.
[4] Louis Delayant, Histoire des Rochelais, La Rochelle, A. Siret, vol. 2, p. 91-92.
[5] Paul-François-Étienne Cholet, op. cit., p. 24-25.
[6] Par exemple : l’entrée d’Anne d’Autriche à La Rochelle (1632), l’entrée du comte de Jonzac à La Rochelle (1634), le tonnerre tombé dans l’église des Augustins (1635), la bénédiction d’une cloche (1640), la messe pour l’érection de la cour souveraine des Marais du Ponant (1641), etc.
[7] AD17 en ligne. GG182. La Rochelle. Collection communale. Baptêmes. Saint-Barthelémy. 1630-1655. Vue 8/165.
[8] AD17 en ligne. GG182. La Rochelle. Collection communale. Mariages. Saint-Barthelémy. 1630-1655. Vue 92/92.
[9] Louis-Étienne Arcère, op. cit., p. 600.
[10] Paul-François-Étienne Cholet, op. cit., p. 38.
[11] Ibid., p. 46.
[12] Louis Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724, Paris, SEPVEN, 1964, p. 75.
[13] Paul-François-Étienne Cholet, op. cit., p. 46.
[14] Ibid., p. 47.
[15] J.-B.-E. Jourdan, op. cit., p. 32-33.
[16] Loc. cit.
[17] Loc. cit.
[18] M. Dupont, Histoire de La Rochelle, La Rochelle, Mareschal, 1830, p. 500.
[19] Paul-François-Étienne Cholet, op. cit., p. 55.
[20] Ibid., p. 57.

Advertisements

Catégories :France, GÉNÉALOGIE, La Rochelle, Québec, Trois-Rivières

3 réponses

  1. Est-il possible de retracer le mariage de Martin Lefebvre de Montespy avec Barbe Bayolet en 1646 ou 1647 à St-Jean-du-Perrot. Barbe s’est remariée à Savinien de Courpon à cette église en 1654. (Barbe avait été mariée en première noce à Isaac Pesseley à Piney en Champagne en 1629. Barbe était en Acadie en 1636 avec Isaac et y est revenue avec Savinien de Courpon, son 3e mari. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s