Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

62 – Les enfants Perron-Gargotin – Marie 3/6

D’une union de quatorze ans (1664-1678) entre Daniel Perron dit Suire et Louise Gargotin vont naître six enfants.

Quarante-neuf enfants (33 garçons, 16 filles) sont issus des mariages de cinq des six enfants : Antoine, François (sans descendance), Marie, Marie-Madeleine, Jean et Anne Perron.

Famille étendue de Daniel Perron et de Louise Gargotin. (Source : Collection Guy Perron)

Famille étendue de Daniel Perron et de Louise Gargotin.
(Source : Collection Guy Perron)

Troisième enfant : Marie (1667-1706)

L’acte de baptême de Marie n’a pas été retracé, nous empêchant de connaître sa date de naissance. Par le recoupement de divers documents, Marie serait née à la fin de l’année 1667.

On sait peu de choses sur l’existence de Marie avant son mariage. Comme elle est absente de la maison familiale lors du recensement de 1681, il est probable qu’elle était servante dans une autre famille dès l’âge de 14 ans.

Le mariage d’Antoine et de Jeanne n’est que le prélude d’un autre qui réunira à nouveau les familles Perron et Tremblay à l’automne 1691. Le 26 novembre, c’est le notaire Étienne Jacob qui rédige les conventions du mariage de Marie Perron et de Louis Tremblay, frère de Jeanne, dans la maison d’Ozanne.

Marie apporte au mariage tous les droits « à elle enchéris » par le décès de son père. Louis avantage Marie d’un douaire préfix[1] de 400 livres et le préciput[2] sera de 100 livres.

Le mariage est célébré le lendemain dans l’église de L’Ange-Gardien. Tous deux ont 24 ans. Ils auront six enfants : Marie-Dorothée, François-Xavier, Louise, Rosalie, Marie-Madeleine et Louis.

Acte de mariage de Marie Perron et de Louis Tremblay. L’Ange-Gardien. 27 novembre 1691. (Source : Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 1266760248, p. 4.)

Acte de mariage de Marie Perron et de Louis Tremblay. L’Ange-Gardien. 27 novembre 1691.
(Source : Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 1266760248, p. 4.)

L’an mil six cent quatre vingt onse Le vingt septieme jour de novembre apres _
Les fiançailles et La publication de trois bans de mariage faite Les trois derniers _
dimanches d’entre Louis tremblé fils de feu pierre tremblé et d’Anne achon sa _
femme aagé de vingt quatre ans de cette paroisse d’une part et marie _
peron fille de feu françois peron et de Louise gargotine sa femme, aagée _
de vingt quatre ans auSSy de cette paroisse d’autre part et ne sestant trouvé _
aucun empeschement j’ay souSsigné prestre Cure de cette paroisse ay reçeu _
Leur mutuel consentement de mariage par paroles de present et Leur ay donné _
La benediction nuptiale, selon Lusage de nostre mere La S[ain]te Eglise romaine _
en presence de charles Halein, nicolas roussin et guillaume Hebert et a Ledit _
charles halein signé Les autres avec Les mariés ont déclaré ne sçavoir _
signer de ce interpellés selon L’ordonnance. _
Signé : charle Alein, g Gauttier pr[être].

Le jeune couple Tremblay-Perron va s’établir sur la Côte Saint-François-Xavier (Petite-Rivière, près de Baie Saint-Paul) sur une terre de six arpents de front sur 1 ½ lieue de profondeur.

Petite-Rivière (Côte Saint-François), près de Baie Saint-Paul

Petite-Rivière (Côte Saint-François-Xavier), près de Baie Saint-Paul. (Source : Google Earth)

Après quelques années de jouissance, Louis sent le besoin de mettre sur papier les conditions d’acquisition de cette terre, à lui concédée par le Séminaire de Québec, seigneur de la côte de Beaupré. C’est ainsi que le 12 octobre 1697, il a rendez-vous avec le notaire Guillaume Roger dans la Salle du Séminaire à Québec. Une présence est remarquée, celle de « Illustrissime et Révérendissime personne Messire François de Laval premier évêque de ce pays » !

En 1704[3], comme ses frères et sœurs, Marie participe au règlement des dettes de la succession de défunte Louise Gargotin, sa mère.

Alors que son fils François-Xavier est sur le point de fêter ses 11 ans, Marie meurt « en couches » le 7 avril 1706. Après avoir reçu les derniers sacrements, elle est enterrée le même jour dans le cimetière de la paroisse Saint-François-Xavier de la Petite-Rivière. Comme aucun baptême n’a suivi son décès, nous présumons que Marie est morte pendant sa grossesse.

Acte de sépulture de Marie Perron. 7 avril 1706. (Source : Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 8010226, p. 38)

Acte de sépulture de Marie Perron. 7 avril 1706.
(Source : Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 8010226, p. 38)

Le Septieme d’avrille de L’an mille Sept cens Six a Esté Enteré _
marie peron femme de Louis tremblay en La paroioSSe de S[ain]t francois _
xavier Laquelle est morte en couche apres avoir reçeu Les derniers _
Sacrements. _
Signé : Le Riche prestre.

Veuf avec six enfants mineurs[4], Louis se remarie trois mois plus tard[5] ! Il contractera deux autres mariages par la suite[6].

Les six enfants de Louis et Marie assureront une descendance de 44 petits-enfants (22 hommes, 22 femmes).

Famille étendue de Louis Tremblay et de Marie Perron. (Source : Collection Guy Perron)

Famille étendue de Louis Tremblay et de Marie Perron.
(Source : Collection Guy Perron)

Par trois de ses quatre mariages, Louis Tremblay (à Pierre, à Philibert-Gilbert, à Loys, à Galien, à Jacques, à Gervais, à Gilles, à Guillaume) laisse une nombreuse descendance[7]. Il décède après 1743.

 


[1] Le douaire préfix est une pension viagère sur les biens propres du mari dont la valeur est stipulée dans les conventions matrimoniales. (Source : Yves F. Zoltvany. « Esquisse de la Coutume de Paris » dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 25, no 3, 1971, p. 370)
[2] Le préciput est un avantage accordé au conjoint survivant consistant en des effets personnels ou des deniers comptants dont la valeur est stipulée dans les conventions matrimoniales. (Source : Loc. cit.)
[3] Fonds Séminaire de Québec. Série SME4. Séminaire 20, no. 8, p. 51-55.
[4] Marie Dorothée (13 ans), François-Xavier (11 ans), Louise (8 ans), Rosalie (6 ans), Marie-Madeleine (4 ans) et Louis (2 ans).
[5] Le 19 juillet 1706 avec Marie-Françoise Morel, fille de Guillaume Morel et de Catherine Pelletier, à Sainte-Anne-de-Beaupré.
[6] Le 26 août 1716 avec Marie Letartre (veuve de Charles Brisson), fille de Charles Letartre et de Marie Maheu, à L’Ange-Gardien. Le 29 juillet 1727 avec Marie-Madeleine Marquis (veuve d’Henri-François Châteauneuf) à Québec.
[7] Louis Tremblay compte 113 petits-enfants, issus des enfants de ses trois premiers mariages. (Source : Paul Médéric. La Tremblaye millénaire, La Malbaie, Association des Tremblay d’Amérique, tome 1 (2e édition revue et corrigée), 1975, p. 317)

Publicités

Catégories :Famille Peron - Perron, Filles du Roy, GÉNÉALOGIE, Québec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s