Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

58 – Les enfants Perron-Gargotin – Antoine 1/6

D’une union de quatorze ans (1664-1678) entre Daniel Perron dit Suire et Louise Gargotin vont naître six enfants.

Quarante-neuf enfants (33 garçons, 16 filles) sont issus des mariages de cinq des six enfants : Antoine, François (sans descendance), Marie, Marie-Madeleine, Jean et Anne Perron.

Famille étendue de Daniel Perron et de Louise Gargotin. (Source : Collection Guy Perron)

Famille étendue de Daniel Perron et de Louise Gargotin.
(Source : Collection Guy Perron)

Premier enfant : Antoine (1664-1711)

Né le 29 novembre 1664 à L’Ange-Gardien, il est baptisé « Antoine Suire » à Château-Richer, le 2 décembre suivant. Son parrain est Antoine Gabory et sa marraine est Jeanne Garnier[1].

Acte de baptême d’Antoine Perron. Château-Richer. 2 décembre 1664. (Source : Registres BMS de Château-Richer. FamilySearch Record Search 4295593_368)

Acte de baptême d’Antoine Perron. Château-Richer. 2 décembre 1664.
(Source : Registres BMS de Château-Richer. FamilySearch Record Search 4295593_368)

Antoine fils de daniel suire Et louysse gargottin naye le 29 du _
mois de novembre 1664 à Esté baptisé le second jour de decembre, para[in] _
Antoine gabory, Marainne Jeanne garnier.
Signé : Th : morel prestre missi[onnaire]

À 16 ans, on retrouve « Antoine Lesuire » domestique de Martin Prévost à Beauport[2].

En 1685[3], le Séminaire de Québec (seigneur de la côte de Beaupré) condamne Guillaume Hébert à payer 10 livres à Antoine Perron, alors « garçon travaillant à Beaupré », pour avoir arracher et brûler un cent de souches.

À l’automne 1685[4], comme le même Guillaume Hébert est aux Outaouais depuis le printemps, il aurait requis Antoine Perron pour faire un chemin sur sa concession. En novembre, Perron demande son salaire. C’est pourquoi, on ordonne à René Letartre et Louis Garneau, nommés arbitres, de visiter et estimer les travaux exécutés par Perron; Pierre Maheu étant nommé tiers arbitre. Dans le rapport des arbitres, Letartre explique qu’il est allé seul voir ledit chemin, Garneau étant malade, mais estime les travaux à 12 livres. La semaine suivante, Garneau les estime à 15 livres. Tiers arbitre appelé à se prononcer, Pierre Maheu estime les travaux à 22 livres. En fin de compte, le Séminaire de Québec est condamné à payer 22 livres à Antoine Perron pour avoir fait un chemin sur la concession de Guillaume Hébert. Ce dernier devra rembourser cette somme au Séminaire en plus de 11 livres 5 sols 4 deniers de frais et déboursés ainsi que 3 livres pour les journées de Maheu et Garneau !

Au fil du temps, Antoine s’intéresse à une jeune fille de son village de L’Ange-Gardien Jeanne Tremblay, fille de Pierre Tremblay et d’Ozanne Achon.

Le 14 janvier 1691, les familles Perron et Tremblay sont réunies dans la maison d’Ozanne pour conclure des conventions matrimoniales du futur couple, contrat rédigé par le notaire Étienne Jacob. Sont aussi présents les Gagné, Roussin, Trudel, Laberge, Godin, Savard et quelques amis.

Jeanne apporte au mariage les droits qui lui sont échus par le décès de son père, sur lesquels sera « précompté » son habit de mariage estimé à 30 livres. Antoine avantage Jeanne d’un douaire préfix[5] de 200 livres et le préciput[6] sera du même montant.

Le mariage est célébré le lendemain dans l’église de L’Ange-Gardien. Il a 26 ans, elle en a 19[7]. Ils auront huit enfants : Françoise (sans descendance), Hélène, Marie-Ursule, Jean, Antoine, François, Pierre et Jacques.

Acte de mariage d’Antoine Perron et de Jeanne Tremblay. L’Ange-Gardien. 15 janvier 1691. (Source : Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 1266760607, p. 1)

Acte de mariage d’Antoine Perron et de Jeanne Tremblay. L’Ange-Gardien. 15 janvier 1691.
(Source : Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 1266760607, p. 1)

L’an mil six cent quatre vingt onse Le quinsieme jour de janvier _
apres Les fiançailles et La publication de trois bans de mariage _
faite par trois differentes festes d’entre Antoine peron fils _
de feu françois peron et de Louise gargotine sa femme, aâgé _
de vingt six ans d’une part; et jeanne tremblé fille de feu _
pierre tremble et d’Anne achon sa femme aâgée de dix neuf _
ans d’autre part, et ne sestant trouvé aucun empeschement _
je soussigné prestre curé de L’Ange gardien y ay receu Leur _
mutuel consentement de mariage par paroles de present et Leur _
ay donné La benediction nuptiale selon L’usage de nostre mere _
La S[ain]te Eglise romaine en presence de charles Halein beaupere _
dudit marié louis jacques et Louis tremblé freres de La mariée _
charles godin Le fils et de philippe trudelle et de jacques _
gariepy et ont Les dits a ladite jeanne tremblé signe avec _
charles Halein et jacques tremblé Les autres ont declaré ne _
sçavoir signer de ce interpellés selon l’ordonnance. _
Signé : jenne tremblay, joseph maillou, charle Alein, jacques gariepy, g Gauttier pr[être]

Signature de Jeanne Tremblay à son contrat de mariage. 14 janvier 1691. (Source : BAnQ. Notaire Étienne Jacob)

Signature de Jeanne Tremblay à son contrat de mariage. 14 janvier 1691.
(Source : BAnQ. Notaire Étienne Jacob)

En 1692[8], Antoine est accusé de receleur par Guillaume Hébert (encore !) pour lui avoir dérobé la moitié d’une peau d’orignal et une peau de « chevreux ». Une sentence renvoie les parties hors de cour et de procès et Hébert doit reconnaître Perron comme personne d’honneur.

Après avoir tenté d’exercer un retrait lignager[9], Antoine et Jeanne doivent y renoncer. Leur rêve de reconstituer le bien familial prend fin. Avec leurs sept enfants, ils quittent L’Ange-Gardien vers 1707 à destination de Québec ! Un dernier enfant y naîtra.

Hospitalisé à l’Hôtel-Dieu de Québec en 1695 (22 jours), en avril 1711 (14 jours), puis le 17 mai 1711 (8 jours), Antoine y décède le 26 mai suivant. Il est âgé de 46 ans.

Sépulture d’Antoine Perron. 26 mai 1711. (Source : Registre journalier des malades de l'Hôtel-Dieu de Québec. Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 31480364)

Sépulture d’Antoine Perron. 26 mai 1711.
(Source : Registre journalier des malades de l’Hôtel-Dieu de Québec. Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 31480364)

mort | peron du faubour S[ain]t nicolas de quebec, mort Le 26 may.

Jeanne aussi sera hospitalisée pendant dix jours avant de sortir de l’Hôtel-Dieu le 4 octobre 1710. Un mois après son mari (23 juin), la « veuve peron » y décède à son tour à l’âge de 39 ans. Notons l’ajout du nom de Jeanne Tremblay.

Sépulture de Jeanne Tremblay. 23 juin 1711. (Source : Registre journalier des malades de l'Hôtel-Dieu de Québec. Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 31480364)

Sépulture de Jeanne Tremblay. 23 juin 1711.
(Source : Registre journalier des malades de l’Hôtel-Dieu de Québec. Fonds Drouin numérisé en ligne. Microfilm 31480364)

morte | La veuve peron [Jeanne Tremblay] du palais morte Le 23e.

Tous deux sont enterrés dans le cimetière des Pauvres (1662-1857) de l’Hôtel-Dieu à Québec.

L’hôpital Hôtel-Dieu de Québec et le cimetière des Pauvres en 1685. (Source : Extrait du « Plan de la ville et chasteau de Québec, fait en 1685, par le sieur de Villeneuve », Archives Canada-France en ligne, Archives nationales d'outre-mer, France, FR CAOM 3DFC349B)

L’hôpital Hôtel-Dieu de Québec et le cimetière des Pauvres en 1685.
(Source : Extrait du « Plan de la ville et chasteau de Québec, fait en 1685, par le sieur de Villeneuve », Archives Canada-France en ligne, Archives nationales d’outre-mer, France, FR CAOM 3DFC349B)

Qu’advient-il des huit enfants mineurs après les décès rapprochés de leurs parents Jeanne et Antoine ?

Sept des huit enfants assureront une descendance de 81 petits-enfants (38 hommes, 43 femmes) à Jeanne et à Antoine.

Famille étendue d’Antoine Perron et de Jeanne Tremblay. (Source : Collection Guy Perron)

Famille étendue d’Antoine Perron et de Jeanne Tremblay.
(Source : Collection Guy Perron)


[1] Jeanne Garnier est une fille à marier engagée par François Peron en 1657 pour trois années à raison de 45 livres par an. (AD17. Notaire Abel Cherbonnier, 3 E 1128, 10 avril 1657). C’est assurément sur le navire de Peron, Le Taureau, que Daniel Perron dit Suire fait sa connaissance.
[2] Bibliothèque et Archives Canada. MG1. Archives des colonies, série G1. Registre de l’état civil, recensement et documents divers, vol. 460, Recensement de 1681. Original, bobine F-765.
[3] Fonds Séminaire de Québec. Série SME4. Séminaire 20, no.1, p. 85.
[4] Fonds Séminaire de Québec. Série SME4. Séminaire 20, no.2, p. 8-9, 27-29.
[5] Le douaire préfix est une pension viagère sur les biens propres du mari dont la valeur est stipulée dans les conventions matrimoniales. (Source : Yves F. Zoltvany. « Esquisse de la Coutume de Paris » dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 25, no 3, 1971, p. 370)
[6] Le préciput est un avantage accordé au conjoint survivant consistant en des effets personnels ou des deniers comptants dont la valeur est stipulée dans les conventions matrimoniales. (Source : Loc. cit.)
[7] La date de naissance de Jeanne est inconnue. Elle se situerait vers 1672.
[8] Fonds Séminaire de Québec. Série SME4. Séminaire 20, no.4, p. 44.
[9] Action par laquelle une personne retire sur un étranger, un héritage qui a été vendu par quelqu’un de sa parenté, descendant comme lui du premier acquéreur.

Advertisements

Catégories :Famille Peron - Perron, Filles du Roy, France, GÉNÉALOGIE, L'Ange-Gardien, La Rochelle, Thairé d'Aunis

2 réponses

  1. Merci pour toutes ces informations.
    Rolande Perron (Baie-Saint-Paul)

  2. Merci Guy pour toutes ces informations sur ma famille Perron. Ce fut très agréable de visiter les lieux de ma famille à La Rochelle, Dompierre-sur-Mer et Thairé, en ta compagnie au mois de mai 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s