Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

43 – Congé permettant à François Peron de faire venir un navire à Québec

Dès le début du XVIIième siècle, les marchands rochelais participent aux premières opérations commerciales avec la Nouvelle-France, lesquelles conjuguent pêche à la morue et à la baleine, transport de vivres et d’outils, et troque de pelleteries. À partir de 1630, La Rochelle joue un rôle important dans la mise en valeur et le peuplement du Canada : c’est l’un des principaux ports d’embarquement des émigrants.

Au début, les marchands rochelais agissent comme correspondants des premiers colonisateurs du Canada. À la suite de la défaillance de la Communauté des Habitants de Québec, la voie du commerce libre s’ouvre devant eux. Quelques-uns, comme François Peron, vont tenter leur chance et trafiquer pour leur propre compte.

C’est dans un contexte d’activité économique fixée sur la traite et dépendant étroitement de l’exportation de la fourrure, celle du castor, que François Peron entreprend dès 1655 un commerce avec la Nouvelle-France.

Pour trafiquer pour son compte personnel, François Peron obtient un congé et permission du Conseil de la Nouvelle-France lui permettant de « faire venir un navire dans le fleuve Saint-Laurent mouiller devant Québec, y apporter les vivres et autres marchandises qu’il jugera être à propos pour le pays »[1].

Congé et permission du Conseil de la Nouvelle-France à François Peron, marchand de La Rochelle. 2 octobre 1655. (Source : AD17, Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5661, pièce 170).

Congé et permission du Conseil de la Nouvelle-France à François Peron, marchand de La Rochelle. 2 octobre 1655.
(Source : AD17, Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5661, pièce 170).

Ce congé, émis le 2 octobre 1655,  stipule les clauses et conditions suivantes :

  • défense à Peron et à l’équipage de faire la traite des pelleteries dans toute l’étendue du fleuve Saint-Laurent;
  • obligation d’amener un homme de travail par 15 tonneaux que contiendra son navire;
  • possibilité d’avancer à chacun des hommes de travail jusqu’à 30 livres sur leurs gages. Cette somme, tant pour les frais de passage qu’avance de salaire, sera remboursée à Peron avant qu’il ne donne ses hommes à qui que ce soit dans le pays;
  • obligation de faire passer un tonneau de marchandises ou denrées à raison de un tonneau par 15 tonneaux de capacité de son navire;
  • interdiction de faire passer un étranger en son bord, l’équipage et les passagers devant être composés de « naturels français catholiques ».

Pour émettre ce congé, le Conseil de la Nouvelle-France savait que François Peron voulait faire venir un navire dans la colonie. En effet, dès le 19 juin 1655, le marchand protestant rochais préparait l’expédition de sa barque de 50 tonneaux, Le Petit-François.

Malheureusement, la prise de la barque par une frégate espagnole, près du banc de Terre-Neuve, a empêché son capitaine Pierre Delafond de se rendre à Québec afin de prendre possession de ce congé pour le remettre à François Peron. Qui d’autre aurait pu le faire ? Probablement Jean Gitton qui retourne à La Rochelle à l’automne 1655.

Le 12 avril 1656, les notaires rochelais Alexandre Demontreau et Abel Cherbonnier attestent que la teneur du congé et permission du 2 octobre 1655 est conforme à son original « estant en papier ».

La veille, François Peron avait procédé à l’engagement de 31 hommes de travail pour Québec. Peut-être avait-il besoin de cette attestation pour son expédition de 1656 ?

 

∞ ∞ ∞

Le congé et permission accordé à François Peron le 2 octobre 1655 et vidimé le 12 avril 1656 figure parmi les 23 documents d’archives (3 – I) qui ont servi à l’exposition « Mémoire d’un port – La Rochelle et l’Atlantique XVIe-XIXe siècle » qui eut lieu du 24 juin au 30 novembre 1985 au Musée du Nouveau Monde à Rochelle.

Document 3 - I - Exposition Mémoire d'un port. La Rochelle. 1985.

Document 3 – I – Exposition Mémoire d’un port. La Rochelle. 1985.

Cote Titre du document
1 – I Rôle d’équipage du navire Le Soleil d’Afrique pour le voyage de Guinée.
1 – II Liste des marchandises de la cargaison du navire Le Soleil d’Afrique.
1 – III Certificat de présence au port du navire Le Soleil d’Afrique.
1 – IV Certificat de délivrance d’une permission du roi pour le voyage du navire Le Soleil d’Afrique.
2 – I Rôle d’équipage du navire L’Honoré pour le voyage de Québec.
2 – II État des marchandises de la cargaison du navire L’Honoré.
2 – III Certificat d’embarquement d’un pauvre pris à l’hôpital général (hôpital Saint-Louis).
2 – IV Certificat de charge de 6 fusils (Obligation analogue pour le transport d’armes).
2 – V Certificat de visite du coffre de chirurgie du navire L’Auguste Honoré pour Québec.
2 – VI Certificat de délivrance d’un passeport du navire L’Auguste Honoré pour Québec.
2 – VII En l’absence d’un rapport de mer sur le voyage de L’Auguste Honoré, rapport sur le voyage du Lion d’Or.
3 – I Permission du Conseil de la Nouvelle-France de Québec à François Peron pour faire venir un navire dans le fleuve Saint-Laurent.
3 – II État des marchandises du Petit-François – 1655.
3 – III Engagement de travailleurs pour le Canada.
3 – IV Accord entre François Peron marchand et Élie Tadourneau maître de navire.
3 – V Facture et compte de 234 peaux d’orignaux chargé dans ce navire nommé Le Serpent Doré.
3 – V Bis Compte de 100 grosses barriques du sirop chargé dans la galiotte nommée Le Serpent Doré.
4 – I Lettre d’un marin rochelais pris par des pirates.
4 – II Connaissement du navire La Bien Aymée – 1700.
4 – III & IV Comptes de cargaison et désarmement du négrier La Bellonne – 1742-1743.
4 – V Journal de navigation du navire Le Reine Esther – 1776.
5 – I Journal de bord du navire L’Amitié allant au Sénégal – 1717.
5 – II Prospectus de l’armement en course de L’Espoir au citoyen Rasteau.
Pochette et livret. Exposition « Mémoire d’un port – La Rochelle et l’Atlantique XVIe-XIXe siècle » qui eut lieu du 24 juin au 30 novembre 1985 au Musée du Nouveau Monde à Rochelle.

Pochette et livret. Exposition « Mémoire d’un port – La Rochelle et l’Atlantique XVIe-XIXe siècle » qui eut lieu du 24 juin au 30 novembre 1985 au Musée du Nouveau Monde à Rochelle.

 


[1] AD17, Fonds Amirauté de La Rochelle. Documents du greffe. B 5661, pièce 170 (anciennement pièce 19).

Publicités

Catégories :Engagés, France, La Rochelle, Québec, Terre-Neuve

2 réponses

  1. Existe t il des livres où il y a des listes de passagers et de bateaux qui ont traversé l’Atlhantique en provenance de France vers la Nouvelle france ou vers les Iles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s