Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

32 – Ordre et instructions à Nicolas Gargot de La Rochette pour son voyage de Terre-Neuve et le Canada en 1663

À la recherche d’informations concernant le voyage des vaisseaux du roi L’Aigle d’Or et Le Jardin de Hollande en 1663, j’ai découvert un site web très intéressant dans lequel l’auteur expose judicieusement « La traversée de L’Aigle d’Or en 1663 »[1].

Dans son texte, M. Denis Savard cite un document intitulé « Ordre et Instruction Au s de la Rochette Gargot Cappitaine de la marine, allant faire le voiage de terre neufve et Canada. Pour le service du Roy. » Il a trouvé ce document (copie dactylographiée) dans le Fonds Placide-Gaudet du Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson, de l’Université de Moncton[2]. Malheureusement, M. Gaudet[3] ne mentionne pas  la source originale de sa transcription.

Source : Fonds Placide-Gaudet, fonds no 1 (boîte 1), 1.I-23. Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson. Université de Moncton.

Extrait du document dactylographié de M. Placide Gaudet. (Source : Fonds Placide-Gaudet, fonds no 1 (boîte 1), 1.I-23. Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson. Université de Moncton)

Ces ordre et instruction destinés à Gargot de La Rochette, du 4 mai 1663, suit de quelques semaines sa commission du 28 mars 1663 et l’enregistrement de celle-ci devant l’Amirauté de La Rochelle, le 26 avril suivant. Rappelons que Louis XIV avait érigé la Nouvelle-France en province royale, le 20 mars auparavant.

Dans ma quête d’en savoir davantage sur le voyage de 1663 entrepris par Gargot de La Rochette, j’ai demandé une reproduction de ce document au Centre d’études acadiennes.

Ne voulant pas reprendre l’analyse que M. Savard en fait de la transcription de M. Gaudet, en voici les grandes lignes qui saura intéresser quiconque concerné par le voyage des vaisseaux du roi L’Aigle d’Or, 300 tonneaux, et Le Jardin de Hollande, 300 tonneaux, en 1663.

Ordre et instruction au sieur de La Rochette Gargot, capitaine de la marine, allant faire le voyage de Terre-Neuve et Canada pour le service du roi. 4 mai 1663.[4] 

Comme il a fait lors de son voyage en 1662, le sieur Gargot doit reconnaître la nécessité qu’il y a de mettre les vaisseaux à la mer de bonne heure pour ne pas être retardé au retour par les vents contraires. Il aura soin de diligenter son départ le plus tôt possible[5].

Il fera voile du port de la Rochelle aussitôt que toutes les choses nécessaires pour l’armement des deux vaisseaux L’Aigle d’Or et Le Jardin de Hollande seront prêtes et qu’il aura embarqué toutes les munitions et victuailles destinées pour la subsistance et entretien des familles que le roi fait passer aux dites terres.

Il prendra la route ordinaire et la plus droite qui y conduit et, étant à dix ou douze lieues de l’île de Terre-Neuve, il détachera celui des deux vaisseaux [Le Jardin de Hollande] sur lequel on aura chargé à la Rochelle les familles, vivres, munitions tant de guerre que de bouche, ustensiles et autres choses que le roi a ordonné pour l’habitation de Terre-Neuve avec ordre au capitaine du navire d’aller les décharger au port de Plaisance[6] et mettre entre les mains du sieur Thalour du Perron, commandant pour le roi en ce lieu, les instructions qui lui seront adressées par sa Majesté.

Pendant ce temps, l’autre vaisseau [L’Aigle d’Or] continuera son voyage vers la rivière Saint-Laurent sans se détourner et arrêter en aucun lieu, si ce n’est qu’il soit en nécessité de faire de l’eau[7] ou de quelque autre chose. Le roi désirant cette séparation dans la distance pour faciliter davantage le débarquement et, par ce moyen, soulager en quelque façon la fatigue des passagers et ménager les victuailles destinées pour leur nourriture pendant le trajet.

Celui des deux vaisseaux qui s’arrêtera à Plaisance [Le Jardin de Hollande] aura ordre, après y avoir fait son déchargement, de suivre l’autre [L’Aigle d’Or] dans la rivière Saint-Laurent droit à Tadoussac, où il trouvera sa conserve[8] ou avis de ce qu’il aura à faire en cas qu’elle monte jusqu’à Québec.

Et comme il est à présupposer que celui qui y sera arrivé le premier aura tout le temps de travailler au débarquement de ce dont il sera chargé, l’autre aura le moyen et le temps de faire la même chose avec moins de précipitation et plus d’ordre, ce que le roi ordonne particulièrement au sieur Gargot. De plus, qu’il ait soin de faire remettre dans les magasins de l’habitation de Québec le reste des victuailles destinées pour la subsistance des passagers qui n’auront pas été consommées pendant le trajet.

Avant d’entrer dans le fleuve Saint-Laurent, passant près de l’île du Cap-Breton, Gargot pourra, s’il le juge à propos, envoyer une chaloupe le long de la côte de l’Acadie avec ordre à celui auquel il en donnera le commandement d’aller jusqu’au havre du lieu appelé Port Royal pour y apprendre des nouvelles du sieur de la Tour qu’on présuppose y être encore. Il devra s’informer de l’état des forces et de l’établissement que lui et les Anglais peuvent avoir non seulement audit Port Royal mais encore en la rivière Saint-Jean et au lieu appelé Pentagouët. Après quoi, le commandant de la chaloupe reprendra le chemin de la rivière Saint-Laurent pour se rembarquer sur le vaisseau du sieur Gargot et l’informer de ce qu’il aura appris pendant son voyage.

Le sieur Gargot prendra soigneusement garde que les passagers, soldats et matelots qui seront embarqués sur l’un et l’autre des navires soient nourris et traités conformément au Règlement qui en a été fait par ordre de Sa Majesté et dont l’expédition lui sera mise entre les mains pour la faire observer avec tout le bon ordre et la discipline qui doit d’être pratiqués sur les vaisseaux du roi.

Il s’avancera dans la rivière Saint-Laurent jusqu’au port de Québec, si possible, pour y débarquer les hommes, victuailles, armes et munitions dont les vaisseaux seront chargés et y restera autant de temps qu’il sera nécessaire pour un entier éclaircissement des choses qui seront utiles au service du roi afin de l’informer à son retour par des mémoires exacts, prenant garde seulement de ne pas s’engager trop avant dans la mauvaise saison pour ne pas rendre la navigation de son retour plus longue et plus difficile[9].

Le sieur Gargot pourra porter l’étendard ou pavillon blanc sur l’arrière de son vaisseau pour toute marque de commandement. S’il rencontre des navires marchands, pêcheurs ou autres qui veulent faire route de conserve avec lui, pour plus grande sûreté, il aura soin de les escorter autant qu’il pourra tant en allant qu’au retour du voyage.

S’il rencontre en mer des vaisseaux étrangers, corsaires ou autres, il évitera de se commettre mal à propos avec eux, eu égard à la qualité de son armement, sans toutefois rien perdre ou relâcher pour l’honneur des vaisseaux de Sa Majesté, qui s’en remet à la bonne conduite du sieur Gargot.

Extrait de « Partie orientale du Canada ou de la Nouvelle-France… ». Source : http://www.raremaps.com/gallery/detail/32517mp?view=print

Extrait de « Partie orientale du Canada ou de la Nouvelle-France… ».
Source : http://www.raremaps.com/gallery/detail/32517mp?view=print

 


[1] Site web : http://savart.info/savard/1663/
[2] Source : Fonds Placide-Gaudet, fonds no 1 (boîte 1), 1.I-23. Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson. Université de Moncton.
[3] Dictionnaire biographique du Canada en ligne. (Source : http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=8150& )
[4] Pour faciliter la lecture, le texte a été résumé en français contemporain.
[5] L’Aigle d’Or, qui va voyager de concert avec Le Jardin de Hollande, quitte La Rochelle le 3 juin 1663.
[6] Dans la baie de Plaisance, dont il avait perdu le gouvernement lors de la chute de Fouquet, Gargot de La Rochette avait conduit en 1662 une petite colonie de 50 personnes. Trudel, Marcel. Histoire de la Nouvelle-France, tome IV, La seigneurie de la Compagnie des Indes occidentales 1663-1674, Montréal, Éditions Fides, 1997, p. 21.
[7] Se fournir d’eau bonne à boire.
[8] Quand plusieurs navires font un corps en un voyage, avec promesse de se conserver, garder et défendre l’un l’autre.
[9] Les vaisseaux du roi L’Aigle d’Or et Le Jardin de Hollande quittent Québec le 26 octobre 1663.

Publicités

Catégories :Filles du Roy, France, La Rochelle, Québec, Terre-Neuve

2 réponses

  1. Bonjour, faudrait sous peu changer le lien référant à mon site à: http://savart.info/savard/migration/1663/
    Merci, Denis J. Savard, Thériault, NB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s