Le blogue de Guy Perron

La vie de nos ancêtres à travers les documents d'archives… entre La Rochelle et les colonies…

14 – Condamnés à quitter La Rochelle en 1661 et 1662 (1/4)

La Rochelle. 24 septembre 1661. Le coutelier Joachim Villain comparaît devant Messieurs les juges de la police à la suite d’une ordonnance visant à prohiber l’établissement dans la ville de tout protestant non rochelais de souche.

Comme des centaines de familles, Joachim n’a qu’une heure ou deux devant lui avant de comparaître, ce qui ne lui donne guère le temps ni les moyens de se défendre. Avec sa famille, il est condamné à quitter La Rochelle  dans les quinze prochains jours sous peine de 500 livres d’amende[1].

Extrait de l’« ALfabet des nomps de Ceux qui ont esté condamnez a vider… » (Source : Archives municipales de La Rochelle. Audiences de police. FFARCHANC39, fol. 237r)

Extrait de l’« ALfabet des nomps de Ceux qui ont esté condamnez a vider… »
(Source : Archives municipales de La Rochelle. Audiences de police. FFARCHANC39, fol. 237r)

Tous ceux qui sont traduits devant la cour de la police de La Rochelle sont sûrs d’être condamnés, sans même obtenir un sursis de quelques heures pour obéir. À peine le jugement rendu, les sergents cours chez les condamnés par la sentence : ils saisissent ce qu’ils trouvent de meilleur et de plus beau jusqu’à concurrence de l’amende et des frais de justice, et jettent le reste dans la rue, meubles, marchandises et effets. On met hors de leurs maisons des vieillards, des enfants au berceau, des femmes sur le point d’accoucher[2] ! On sollicite les familles à changer de religion pour conserver leur demeure et s’épargner les diverses peines qu’elles s’exposent.

Rappelons qu’au fil des ans, les relations entre les catholiques et les protestants sont fréquemment semées de querelles mineures[3]. Elles deviennent plus tendues à partir de 1661 sous l’action de quelques notables qu’on appelle les Propagateurs. Parmi eux émerge Pierre Bomier (1617-1685)[4], avocat du roi au présidial, qui va mener une véritable guerre contre les huguenots[5].

Son premier grand succès est une ordonnance qui enjoint la sortie de la  ville à tous les protestants qui y étaient entrés en contravention avec l’article XXIV de la Déclaration royale de 1628[6] : environ 2200, attachés avant tout à leur foi, subissent douloureusement l’expulsion, tandis que 450 préfèrent se convertir pour sauver leur situation[7].

Le 14 octobre 1661, l’intendant Colbert Du Terron publie cette ordonnance sur la déclaration de 1628 avec des extensions si considérables « qu’il n’y eut plus un réformé à La Rochelle qui pût se promettre de ne pas être inquiété au sujet de son domicile[8] ».

En effet, cette ordonnance de 1661[9] contient plusieurs articles mais celui qui porte attention est l’article 4 : que si quelques originaires de La Rochelle, chefs de famille, étaient sortis depuis la réduction (1625) et n’y étaient pas retournés dans l’an et jour de leur sortie, ils étaient eux, et leurs enfants, déchus du droit que leur naissance leur avait acquis[10].

Extrait. Article quatre de l’ordonnance de 1661. (Source : Archives municipales de La Rochelle. Audiences de police. FFARCHANC39, fol. 225r à 231r)

Extrait. Article 4 de l’ordonnance de 1661.
(Source : Archives municipales de La Rochelle. Audiences de police. FFARCHANC39, fol. 225r à 231r)

Ceux Qui ont sorty auparavant la dessante des anglois pour neStre _
compris dans la Rebelion & qui neanmoins appres Sa reduction  ont Continue _
Leur demeure dans les lieux ou Ils se sont retirez et qui nont point _
retourné appres lan & Jour en Cette ville suivant lescript randu au _
conseil privé en explication de la declara[ti]on _

Cette ordonnance est confirmée le mois suivant par arrêt du Conseil d’État et publiée à son de trompe !

Le parti du Roi ne pouvait trouver meilleure homme en Pierre Bomier. Il avait pour objectif de chasser tout d’un coup un fort grand nombre de familles de La Rochelle ou les réduire à abandonner leur religion[11]. Bomier a réussi… mais plusieurs familles protestantes se résolues de souffrir quand même pour l’Évangile…

Signature de Joachin Villain en 1666.

Signature de Joachim Villain en 1666.

Même si son nom figure sur l’ « ALfabet des nomps de Ceux qui ont esté condamnez a vider… », Joachim Villain est toujours à La Rochelle en 1666[12]. On peut penser qu’il a quitté La Rochelle temporairement, car il est « demeurant de présent à Marennes » en avril 1662, lors de la signature du contrat de mariage de son fils Abraham avec Suzanne Petit[13]. A-t-il pu prouver ses origines rochelaises pour y être retourné ?

C’est dans les registres d’audiences de la police, conservés aux archives municipales de La Rochelle, que l’on retrouve ces listes des « condamnés à quitter » la ville en 1661 et 1662 :

–          Alphabet des condamnés à quitter la ville entre le 5 janvier 1661 et le 20 janvier 1662 suivi du nom de ceux qui ont été envoyés absous à l’audience;
–          Mémoire de ceux qui ont soutenu avoir droit de demeurer à La Rochelle (1661);
–          Extrait des condamnés à quitte la ville en l’année 1662 suivi du nom de ceux qui ont été envoyés absous en 1662 et du nom de ceux qui ont été assignés à quitter la ville en 1662 et qui doivent vérifier.

Famille étendue de Joachim Villain et d'Anne Canté (Source : Généalogie de Guy Perron)

Famille étendue de Joachim Villain et d’Anne Canté
(Source : Généalogie de Guy Perron)


[1] Louis Delmas, L’église réformée de La Rochelle, Toulouse, Société des livres religieux, 1870, p. 217.

[2] Louis Delmas, ibid. p. 219-220.

[3] Les protestants sont loin de conserver la pleine et entière jouissance de la liberté religieuse que leur garantit la déclaration de 1628 : entraves constantes à leur développement, gêne apportée à la libre éducation de leurs enfants, obstacles à la publication de leurs écrits, distinctions entre les anciens et les nouveaux Rochelais, etc. Delmas, ibid., p. 203.

[4] « Ce Bomier a été un des plus furieux persécuteurs qui se soient jamais élevé contre la religion ». Delmas, ibid., p. 214.

[5] Marcel Delafosse et autres, Histoire de La Rochelle, Toulouse, Éditions Privat, « coll. Pays et villes de France », 1985, p. 206.

[6] XXIV. Que nulle personne faisant profession de la Religion prétendue reformée, & d’autre que de la Religion Catholique, Apostolique & Romaine, ne sera receu à venir de nouveau habiter en ladite Ville, si ce n’est qu il y ait demeuré cy-devant, & y fut auparavant ladite descente des Anglois. Source : http://www.histoirepassion.eu/.

[7] Marcel Delafosse et autres, ibid., p. 206.

[8] Louis Delmas, op.cit., p. 216.

[9] Cette ordonnance est intitulée ainsi : « Enjoint a tous Ceulx de la religion Pretendue reformée quy Se Sont habitues en cette ville depuis Sa reduction contre la declaration du Roy de Sortir hors dicelle quinzaine appres la publication des preSantes a paine contre les Contrevenans de cinq Centz livres damande Et sur les meSmes paines deSfences a touttes perSonnes de quelle quallité Et condition quelle Seront de les retirer & Loger &. »

[10] Abraham Tessereaiu, Histoire des réformés de La Rochelle depuis l’année 1660 jusqu’à l’année 1685 en laquelle l’Édit de Nantes a été révoqué, Amsterdam, veuve Pierre Savouret, 1689, p. 7.

[11] Abraham Tessereau, ibid., p. 3.

[12] AD17. Quittance de 300 livres par Marie Mouchard, veuve de Luc Peron, de La Rochelle, à Joachim Villain, maître coutelier, de La Rochelle. Greffe Jacques Savin. 3 E 2062, fol. 97r. 2 août 1666.

[13] AD17. Greffe Pierre Moreau. 3 E 59/266, fol. 85 et 86v. 14 avril 1662.

Publicités

Catégories :France, GÉNÉALOGIE, La Rochelle

1 réponse

  1. Merci Guy,

    J’ai tout lu et la situation La Rochedlle du temps de nos anctres certains moments s’est trouve bien pire que l’on pourrait de l’imaginer.

    J’aimerais, si je trouve l’nergie en traduire tout ou partie pour tre remis aux archives de la National Huguenot Society dont nous sommes membres. Il va sans dire en donnant tout le crdit son auteur, soit toi-mme. en cette Society l’on cumule tout que l’on peut sur la gnalogie et l’histoire des huguenots, en particulier ceux qui ont une descendance en Amriique du Nord.

    Donc deux questions:

    1) puis-je me permettre de faire une traduction de ces renseignements pour ladite Society;

    2) je me demande si tu as pu lire mon court article que je leur soumettrais aussi si tu crois qu’il est exact et valable. Veux-tu s.t.p. m’en jeter un mot?

    Ren

    _____

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s